Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 19:54

http://www.avoir-alire.com/IMG/jpg/La_queue_du_scorpion_grande.jpg

 

Si je vous avais écrit tout le bien que je pensais de Mais qu’avez-vous fait à Solange il y a quelques chroniques, que devrais-je dire de La queue du scorpion ? Véritable merveille du Giallo, d’une originalité et d’une inspiration qui font rêver, utilisant à merveille les codes pour façonner un divertissement entier, La queue du scorpion se hisse immédiatement comme l’un des meilleurs représentants du genre (sans toutefois égaler la densité atmosphériques des grands Argento), à la fois original et efficace.

L’histoire : un riche homme d’affaire décède dans un accident d’avion suspect. Sa femme se trouve alors en position de toucher une assurance décès d’un million de dollars si elle accepte de se rendre à Athènes pour s’acquitter des formalités bancaires. Mais elle est rapidement la cible de plusieurs personnes qui veulent elles aussi toucher la cagnotte…

 

queue-du-scorpion-3-1-g.jpg

 

Dès l’ouverture, le cinéphile peut être pris d’une incontrôlable excitation, puisqu’on se rend immédiatement compte qu’Amer, le génial giallo à la française classé sur ce blog dans les OFNI, a pompé sa bande originale sur La queue du scorpion. Ce thème principal à la guitare donne immédiatement la pêche, nous rassurant sur la qualité de ce qui va suivre. Et bon sang, quelle intrigue ! Il règne constamment une certaine ambigüité autour de tous les personnages du film. Si ça ne fait pas un pli que l’épouse a commandité l’assassinat de son mari pour toucher le pactole, beaucoup de monde l’espionne. Une maîtresse ayant recours aux services d’un tueur italien, un envoyé de la banque grecque enquêtant sur les circonstances de l’accident… Et bientôt un mystérieux assassin qui commence à décimer tout le casting en emportant l’argent. Mais alors que l’argent est en sa possession, il semble continuer à tuer les différentes personnes liées au défunt… Pourquoi ? C’est l’une des multiples questions auxquelles il faudra répondre. Le film se révèle rapidement être un sérieux récit policier palpitant, où le côté giallo se manifeste essentiellement dans la mise en scène des meurtres, qui parviennent tous à instaurer un suspense payant qui provoque par moments de belles frayeurs. Mettant la pédale douce sur le gore (un œil crevé pour la pire scène, mais ça reste minime), le film préfère nettement les entailles vicieuses distribuées à tout va par le tueur qui se révèle être un as du maniement du cran d’arrêt. Relativement peu d’indices qui nous font patauger pendant une bonne partie du film, nous incitant à trouver nous même la réponse. Mais ce qui est louable, c’est que ce film n’hésite pas à quelques moments clefs à sacrifier des protagonistes principaux. Bien difficile dès lors de trouver un héros ou une héroïne (même si le détective privé devient vide le principal personnage du film), tant le doute imprègne la pellicule. Avec un final violent concluant cette histoire avec brio, La queue du scorpion se révèle être l’un des meilleurs giallo que j’ai pu voir, rivalisant avec Les yeux de Laura Mars ou encore le maousse l’éventreur de New York de Fulci. Un vrai régal.

 

5/6


1971
de Sergio Martino
avec George Hilton, Alberto de Mendoza

 

http://2.bp.blogspot.com/-l94iCrRNTFk/TkL7L1H_D8I/AAAAAAAAAJE/eniy7XahWmc/s1600/qds4.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

titi70 12/11/2014 16:42

Je l'ai vu et je serais moins enthousiaste que toi. Perso, je trouve l'intrigue quelque peu pompé sur La Baie Sanglante, avec ses personnages s'entretuant pour un héritage, et le résultat assez mal joué. Rèste quelques bons moments, mais, le réalisateur se prend pour Mario Bava, alors que ce dernier aurait fait beaucoup mieux.

Vince12 01/12/2012 20:32

Il est vraiment atypique, on est loin d'un western d'action avec de grandes fusillades. Ca démystifie vraiment le genre

voracinephile 02/12/2012 23:16



Affaire à suivre, je ferai une chronique si j'arrive à le voir.



Vince12 01/12/2012 09:31

Il sera chroniqué sur Naveton, je serais moins sévère perso.

Sinon rien à voir mais je crois James que tu es en pleine réconciliation avec le western. c'est pour quoi je te conseille de mater Missouri Breaks lundi soir sur Arte.
C'est un western atypique et je pense qu'il pourrait t'intéresser, d'ailleurs si tu veux jeter un coup d'oeil je l'ai chroniqué sur naveton ça peut te donner une petite idée.

voracinephile 01/12/2012 19:52



Merci du conseil ! Je tâcherai de réserver le poste de télé pour lundi soir et je vais aller lire ça !



princécranoir 30/11/2012 21:46

Ah Martino ! "le continent des hommes poissons" quel souvenir ! "la rue de la violence" avec Merenda, nettement mieux. Mais c'est surtout avec ce giallo au titre typiquement animalier (dans la
lignée des "oiseaux au plumage de cristal" et autre "tarentule au ventre noir") qu'il sauve sa réputation.

voracinephile 01/12/2012 19:51



Jamaias vu ce continent des hommes poissons, mais j'avoue nourrir certains espoirs à son sujet... C'est tellement lovecraftien que j'en salive rien que d'y penser...



Vince12 30/11/2012 17:52

Ah oui vraiment nanarde là! Sinon de Martino je ne sais pas si tu as vu La montagne du dieu cannibale

voracinephile 30/11/2012 21:22



Non, pas vu, mais je connais sa sinistre réputation. Un des plus mauvais films de cannibales, je crois.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche