Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 15:39

http://2.bp.blogspot.com/_8vfB21pJZhE/SwRHsg3l3rI/AAAAAAAAAnM/Uo9hzWqEPQg/s1600/last_days.jpg

 

Est venue pour moi l’occasion d’aborder un film assez atypique dans le paysage cinématographique : Last Days. Tergiversation philosophique improvisée sur les derniers jours de la vie de Kurt Cobain avant son suicide, Last Days pose quelques unes des obsessions psychologiques de Gus Van Sant, connu pour son style posé et ses partis pris tranchés (le remake de psycho par exemple), le tout avec la contrainte de l’improvisation. Beaucoup d’ambitions pour un résultat vide de sens, qui est à mon esprit l’un des films les plus chiants que j’ai vu de ma vie.

L’histoire : Imaginez une heure et demie de tranche de vie où le réalisateur croit filmer de la psychologie alors que non.

 

http://soundiscinema.files.wordpress.com/2010/12/g3808792171718.jpg

 

Last Days, où comment dormir en 5 minutes, est en effet l’un de mes premiers rejets psychologico réflexifs dans ma culture cinéphile. Découvert à 16 ans avec un ami amateur de musique (qui avait été donc attiré par la mention de Kurt Cobain sur la jaquette), le film, rempli de références à l'univers du chanteur (vestimentairement en tout cas), flirte avec l'ennui absolu, du genre qui vous happe sans jamais vous passionner. On voit la volonté de vouloir faire de la psychologie intimiste (l’arrivée des mormons et leur discours lénifiant sur leur religion en face des chanteurs ouverts d’esprit), mais impossible d’y consacrer à chaque fois plus de 2 minutes, tant la mollesse de la mise en scène ruine toute tentative d’attention soutenue du public (par moments c'est évident, par moments, on renonce). Last days est un de ces films qu’on peut regarder en faisant un problème de maths sans rater grand chose ou si on le rate, on ne l'aurait pas vu de toute façon. Tout est dans Last Days : le retour à la nature (l’interminable introduction), la scène d’amour gay, le trouble identitaire du personnage (qui met une robe), le rejet de la vie commerciale (la scène avec l’avocat noir venu préparer un contrat d’embauche)… Mais c’est d’une chianterie tellement colossale qu’on ne s’intéresse pas, et que l’on doit lutter contre l’envie de zapper à toutes les minutes. Jouant avec nos nerfs dans le mauvais sens du terme, Last Days est une épreuve qui essaye de vous faire craquer en rallongeant constamment sa version des faits, en faisant évoluer des personnages mous, qui improvisent visiblement et dont les conversations vides de sens ne nous concernent pas, bref en repoussant l'échéance à plus tard. Le suicide final, attendu, arrive comme un cheveu sur la soupe, le réalisateur ayant regardé sa montre pour dire « ah ben ouais, il serait temps… ». Reste toutefois de bonnes idées de plans, comme ce travelling final qu'on imagine suivre l'âme vers le ciel. Last Days, ou comment Gus Van Sant se plante en beauté avec une des plus insupportables masturbations intellectuelles jamais faites. J’ai toujours envie de laisser une chance au réalisateur (on m’a beaucoup promis avec Paranoïd park), mais en l’état, Last Days est au cinéma d’auteur ce que Disaster movie est à la comédie : abrutissant.

 

0,4/6


2005
de Gus Van Sant
avec Michael Pitt, Lukas Haas

 

http://image.toutlecine.com/photos/l/a/s/last-days-2005-16-g.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 31/01/2013 23:34

Sinon en rapport avec Last days, Les guignols en avaient fait une parodie avec Raffarin. "Inspiré des derniers jours de Raffarin au gouvernement" Et là tu le vois en train de chanter dans les mêmes
tenues que Michael Pitt "Yes needs the no, to win against no, win the yes!" Une véritable pignolade!

borat8 31/01/2013 21:04

Perso je regarde Million dollar baby pour sortir le mouchoir. Au moins, il y a de vrais sentiments...

voracinephile 01/02/2013 13:41



Indéniablement, je vais devoir le revoir. Très longtemps que je ne l'ai pas revu, et vu sa réputation de chef d'oeuvre.



borat8 31/01/2013 17:48

M'a l'air assez déprimant comme film. Une fille en phase terminale, un mec déprimé, ils s'aiment, elle meurt, merde!

voracinephile 31/01/2013 20:34



Complètement ! Mais au moins, peut être qu'on arrivera à chialer des rivières avec un sujet aussi commun. A voir !



alice in oliver 31/01/2013 14:40

ah oui, et n'hésite pas à me dire ce que tu penses des différents morceaux envoyés !

voracinephile 31/01/2013 20:15



Tu auras un retour dès que j'aurai tout écouté. Probablement pas ce soir car je vais aller voir Django, mais demain avec grand plaisir...



alice in oliver 31/01/2013 13:52

voici quelques liens:
http://www.youtube.com/watch?v=2D37POA11KY
http://www.youtube.com/watch?v=Nco_kh8xJDs
http://www.youtube.com/watch?v=zTuD8k3JvxQ
http://www.youtube.com/watch?v=83gddxVpitc
http://www.youtube.com/watch?v=DB7htfZc-WQ

voracinephile 31/01/2013 14:19



Merci beaucoup ! Je vais explorer tout ça !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche