Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 13:17

le_bonheur_est_dans_le_pre-0.jpg

 

Etienne Chaviliez frappe de nouveau après le mémorable La vie est un long fleuve tranquille, avec une nouvelle comédie tout aussi grinçante : Le bonheur est dans le pré. Toujours sous couvert de l’humour, le réalisateur s’arrange à nouveau pour faire la critique de classes sociales avec un enthousiasme véritablement communicatif. Avec un humour décapant et des acteurs sincères, nous voici en face d’une excellente comédie, qui derrière ses airs comiques développe un propos social cohérent, et qui ne se révèlera pas au final inquisiteur.

L’histoire : Francis vit un quotidien merdique, tiraillé entre une usine interrompue par une grève et une famille froide et antipathique. Seule consolation : son chien et son meilleur ami Gérard, beauf au grand cœur. Un soir, une émission de télé change rarement son quotidien.

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/82/1/bonheurb-3652821ektlf_1731.jpg?v=1


Les ingrédients de départ sont typiquement français : avec un contexte social, cependant plus atypique que d’habitude. En effet, notre personnage principal est un patron pris en otage par ses employées, qui font grève sans tenir compte des impératifs commerciaux qui l’assaillent. Cependant, Chaviliez n’ira jamais plus loin, préférant se concentrer sur la critique de la bourgeoisie, avec les portraits inquisiteurs de sa femme Nicole et de sa fille Geneviève, détestables dès la première minute. La comédie leur devra beaucoup, le portrait suffisant à lui seul à créer le comique acide auquel Etienne semble avoir pris goût (et nous aussi d’ailleurs). Mais la situation change vite quand au cours d’une soirée, une émission enquêtant sur des personnes disparues publie une photo lui ressemblant étrangement, et disant le disparu mari d’une autre femme. A la maison, c’est le scandale, et Francis commence sérieusement à envisager d’aller retrouver cette famille tombée du ciel. Délaissant peu à peu le propos social, le film prône peu à peu un retour aux sources agricoles, ici montrée comme la solution pour mener une existence simple, paisible et saine. Le bougre n’a pas tort, et le débat se posera toujours là. Mais sans tirer de conclusions, Etienne met en balance son protagoniste entre les deux milieux, qui finissent au final par se rejoindre dans une gentillesse bon enfant qui contentera tout le monde. A noter toutefois une fin un peu hors sujet, qui justifie le prétexte du film plutôt que de continuer sur les gags de classes qu’on aimait tant. On retiendra du film quelques dialogues savoureux (Eddy Mitchell est irrésistible en bon vivant vulgaire et franc du collier, et ses engueulades avec Nicole font tout simplement rire aux larmes tant le spectateur éprouve de l’empathie pour le personnage). Un peu franchouillard sur les bords, mais honnête sur la longueur, le film réjouit, sans toutefois prétendre à un statut plus glorieux que celui de la bonne comédie. La facture technique est télévisuelle, la musique simple. Mais les acteurs, illustrant parfaitement les caractères sans jamais forcer le trait, font la différence, et épatent par leur spontanéité. Un excellent moment, qui n’éclipsera pas l’excellent La vie est un long fleuve tranquille.

 

4.5/6

 

1995
de Etienne Chatiliez
avec Michel Serrault, Eddy Mitchell

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/photos/diaporama/le-bonheur-est-dans-le-pre/le-bonheur-est-dans-le-pre-1995__16/4378213-1-fre-FR/le_bonheur_est_dans_le_pre_1995_reference.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 10/10/2011 10:19


et bien, perso, je le préfère à la vie est un long fleuve tranquille. La performance d'Eddy Mitchell est vraiment l'atout charme de cette comédie cynique.


voracinephile 10/10/2011 10:53



C'est vrai qu'Eddie Mitchell est tout simplement rayonnant dans ce film en bon vivant qui a le coeur sur la main. Des personnages très sympathiques, mais la satire sociale de La vie est un long
fleuve tranquille m'a plus parlé, car traitant d'un contexte familial que j'ai connu un temps. Mais une excellente comédie au demeurant.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche