Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 10:45

http://www.imagesetmots.fr/images/convoyeur.jpg

 

Difficile de faire un film d’action en France, on le sait. Donc, le moins qu’on puisse faire, c’est d’encourager les tentatives en démêlant le bon du moins bon. Et ce travail se révèle un peu compliqué avec un film comme Le convoyeur. En effet, tout part d’une bonne intention, mais le script a un tel goût d’inachevé qu’il laisse franchement dubitatif après réflexion. Sur le coup, il emballe, mais les séquelles nous laissent un peu hésitants.

L’histoire :   Alexandre Demarre intègre en tant que convoyeur  une société de transports de fonds, la "Vigilante". En quelques mois, les fourgons ont fait l'objet de trois attaques meurtrières, les braqueurs ne laissant aucun témoin. Il fait connaissance de ses collègues, Jacques, Bernard, Nicole, La Belette... Les fêtes de Noël approchent et l'anxiété grandit dans les esprits. Sans compter que la société, au bord du dépôt de bilan, doit être prochainement rachetée par un groupe américain...

 

http://imados.fr/history/8/8/6/michel-trillot-albert-dupontel-et-claude-perron.jpg


Ce qui est bon dans Le convoyeur : l’angle d’attaque, un type ambigu qui s’engage dans le métier de convoyeur, qui apprend les ficelles du métier et qui affiche parallèlement des troubles nerveux et un caractère maniaco-obsessionnel. Grâce à Dupontel, qui sait décidément porter la casquette de bien des personnages, notre héros possède une certaine profondeur, surtout après la scène du flash back, où l’on en apprendra plus sur ses motivations. Sa prestation, surtout physique, donne une certaine efficacité au personnage (ce dernier plan où il reste stoïque malgré ses jambes en train de brûler, veut tout dire). Le casting n’est pas mauvais, utilisant une galerie d’acteur plutôt convaincante, même si Dujardin manque cruellement de présence (c’est juste le type cool gentil sympa). Enfin, des séquences d’action bien filmées, avec un dernier acte énervé, qui même si il reste un peu cheap, atomise toutes les gunfights d’un Nid de guêpe.  Pour un film d’action français, voir de si bons points mérite d’être noté, mais ceci ne va pas sans défauts. Avec des dialogues au ras des pâquerettes, Le convoyeur ne peut guère prétendre à plus que divertir, ses personnages n’apparaissant comme guère plus que des images vouées à disparaître après le générique. Et si on garde son cerveau trop actif, on remarque pleins de trous au niveau du tricot scénaristique. Un exemple d’entre mille : à quoi sert la bonne qui s’intéresse à la chambre de Dupontel ? Rien. Elle ne sert strictement à rien. Et pourtant, elle apparaît pendant plus d’un quart d’heure. De la chaleur humaine, certes, mais pourquoi la traiter comme ça ? Et quid de cette convoyeuse, personnage secondaire le plus attachant, qui sort simplement du bâtiment en plein carnage avant de se tirer. Ne méritait-elle pas une meilleure fin ? Si l’on sort du parcours Dupontel, tout le monde finit dans le fossé après un virage en queue de poisson, et on s’achève dans une conclusion boucle qui solde la séance, concluant certes poliment sur le thème de la vengeance, mais laissant tout le reste en plan. Avant de réunir toute l’équipe pour faire le film, les scénaristes auraient dû prendre un peu plus de temps pour arrondir les angles, quitte à rallonger un peu la durée du film (une heure vingt, on a fait plus long…). Dommage que le film ait voulu tirer tout de suite, en prenant un peu plus son temps, ça aurait été un carton assuré.

 

3.5/6

 

2003
de Nicolas Boukhrief
avec Albert Dupontel, Jean Dujardin

 

http://s.tf1.fr/mmdia/i/98/9/3905989oyktq.jpg?v=1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

2flicsamiami 04/10/2011 15:04


Alors faudrait que je le regarde encore une fois, mais je n'avais pas trouvé plus de défauts au Convoyeur qu'à d'autres standards du thriller (français ou non). En tout cas, je le préfère de loin à
La Proie.


voracinephile 04/10/2011 16:40



Glasp ! La Proie est devenue mon petit chouchou depuis que je l'ai découvert. C'est sûr qu'il ne fait pas dans l'originalité, mais au moins il reste plutôt cohérent (si on oublie ses incohérences
d'action). L'intrigue s'articule bien. Le convoyeur fait clairement dans l'originalité (avec un sens de l'action frontal lui aussi), mais il s'articule moins bien. Il y a des trucs en trop, ou un
peu bâclés. Avec d'excellents éléments, on a au final un film sympa, meilleur que bon nombre de nos tentatives hexagonales, mais avec des défauts. Niveau action à la française, avec Valette, je
trouve que Fred Cavayé a aussi du potentiel.



2flicsamiami 04/10/2011 08:26


Je ne suis pas d'accord avec toi. Ce film est brillant, Jean Dujardin est excellent (je trouve qu'il campe parfaitement son personnage), et le film a le mérite de s’intéresser à un métier très peu
mis en scène au cinéma. Après, pour les trous narratif, cela ne m'a pas plus dérangé que cela.


voracinephile 04/10/2011 09:19



Ah, enfin un désaccord franc ! Oui, c'est original de parler des convoyeurs ! Oui, Dujardin campe bien son rôle de type sympa. Mais il finit par être tellement sympa qu'on le grille 20 minutes à
l'avance. Le cadre du film est bon, mais le script possède de belles faiblesses, comme en témoigne cette fin où on tue tout le monde à part la convoyeuse sympa, qui part on ne sait pas trop où.
Et je vais me répéter, mais l'histoire avec la femme de chambre de l'hôtel, elle ne sert vraiment à rien, à part nous dire que le héros est sympa, mais qu'il plaisante pas. La première fois que
je l'ai vu, je le trouvais génial, mais l'ayant revu un peu plus tard, je trouve qu'il supporte mal un second visionnage.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche