Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 20:35

715.jpg

 

Jean Paul Belmondo a été une attraction nationale, c’est indéniable. Ayant surtout versé dans la comédie, le suspense et le polar, il peut se vanter d’avoir marquer le cinéma à plusieurs reprises (Flic ou voyou, Le professionnel, L’as des as…), en s’assurant la bienveillance d’un public qui l’a toujours suivi. Le magnifique est probablement l’un de ses meilleurs, voire le meilleur de sa filmographie, en tout cas le projet le plus réjouissant auquel il ait participé. A la manière d’un OSS 117, Francis Veber se livre à une parodie irrésistible de la saga James Bond, le tout avec un sens aigu du détail et une audace rare qui placent le film à des lieues au dessus de tout un pan de la comédie française.

L’histoire : Au Mexique, un agent secret est piégé dans une cabine téléphonique avant d’être balancé aux requins. Vu la gravité de l’affaire sur laquelle il était engagé, Bob Saint-Clair, homme d’élite des services secrets français, est dépêché sur place, avec pour contact une certaine Tatiana…

 

magnifique3.jpg


Le magnifique est tout simplement un film culte. Ni plus ni moins. Irrésistible d’un bout à l’autre, s’appuyant sur un Belmondo encore plus macho qu’à l’ordinaire dans l’étoffe de son héros invincible, c’est une parodie d’une générosité rare, qui ose absolument tout pour nous faire rire (le passage d’orgie de violence, où Belmondo fait exploser en gros plan au fusil la tête d’un homme de main avant d’en empaler un second sur un pic et de se livrer à un véritable bain de sang, est un sommet d’absurde, où chaque détail gore relance les éclats de rire comme rarement on avait osé). C’est ce genre d’audace qui montre combien on s’écarte de la comédie pépère qu’on nous propose aujourd’hui. Francis Veber se surpasse à l’écriture, et si il tourne tous les détails habituels du film d’espion en ridicule, il se livre aussi à une brillante réflexion sur le statut d’écrivain. Bob Saint Clair n’existe pas, il est le héros d’un roman écrit par Merlin, écrivain vivant dans un appartement en travaux et galérant pour percer dans le métier. Cette géniale mise en abîme permet non seulement d’ajouter de nombreux gags originaux (beaucoup de personnages emmerdant Merlin dans la vie réelle se retrouvent à l’intérieur du récit, le plus souvent pour se faire dézinguer par le héros), mais aussi de montrer combien l’état d’esprit de l’écrivain influe sur le ton qu’il donne à son récit. Fantasmant volontiers sur son personnage d’agent secret qui a tout ce que lui n’a pas (charisme, femme, argent…), Merlin le tourne totalement en ridicule au cours d’un final d’anthologie, qui ose ce qu’OSS 117 suggérait tout bas. Une telle audace prise avec un héros, ça tient du jamais vu. Pour sublimer le film, il est indispensable de parler des dialogues, presque tous cultes. Bébel marche devant la piscine, bronzage d’apollon, pectoraux saillants, toutes les femmes le regardent pendant qu’il retourne vers sa co-équipière. « Vous plaisez aux femmes… » « Je ne sais pas ! ».  Ou encore pendant la mort d’un témoin, où un pope arrive en brandissant une croix orthodoxe qui se révèle être une arme camouflée. Bob Saint-Clair l’abat sans hésiter. « D’où sort ce pope ? » « Aucune idée. » « Ils sont partout ! ». Et de ce genre de perles, le film en est truffé. Poursuivant les aventures tout en revenant régulièrement au réel, Le magnifique touche juste avec ses deux personnages principaux, et se révèle être une révélation pour l’amateur de film culte à la française. On n’en attendait pas tant…

 

5/6


1973
de Philippe de Broca
avec Jean-Paul Belmondo, Jacqueline Bisset

 

vlcsnap-2011-10-14-23h54m44s84.png

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 05/10/2013 20:24

Dès le passage de la flic lesbienne on ne croit plus une seconde au film. Impossible de ne pas rire devant séquence aussi cliché. Le pire étant Hossein qui prend un malin plaisir à mater comme un
gros pervers de première. Joyeuse pâques je l'ai vu jeudi. C'est sympa mais bon tu ne crois pas une seconde au quiproquos de départ (Marceau sortait de La boum!lol).

borat8 05/10/2013 00:27

L'homme de Rio et Les tribulations d'un chinois en Chine sont récemment sortis en BR, une occasion comme une autre de les découvrir. Après il y a Peur sur la ville, L'as des as, Le cerveau ou plus
nanardesque Le professionnel où son sex appeal explose dans un déluge de testostérone!

voracinephile 05/10/2013 18:21



Oh, le professionnel, je l'ai déjà. Bébel qui fout une grosse baffe à la lesbienne qui drague sa femme avant de tuer Robert Hossein dans un duel plus western qu'un Il était une fois dans l'ouest,
ça vous fait beugler de virilité ! Déjà vu l'as des as et le cerveau, ainsi que Les tribulations... J'ai aussi le guignolo, amusant mais trop sérieux par endroits... Et enfin joyeuses pâques,
auquel je n'ai jamais adhéré...



Vince12 04/10/2013 21:11

Excellent film j'adore. Bébel casse son image. le film est plus profond qu'il n'y paraît par ailleurs.
Sinon James rien à voir mais je suis surpris que tu n'es pas rebondi sur mes chroniques du Fils de Caligula et de Morpho sur naveton ;)

voracinephile 05/10/2013 00:43



J'ai raté ça ? Bordel de merde !



borat8 03/10/2013 11:38

Un vrai bonheur pour le fan de Bebel que je suis. Il s'autoparodie en homme d'action complètement frappadingue et le fait que ce ne soit que des scénettes venant d'un auteur est pour le moins
fantastique. Un film dans le film assez amusant mais il est encore plus drôle de voir l'ami Bébel qui ne sait pas comment finir sa foutue histoire, au risque que ses émotions interfèrent dans son
récit. Je ne sais pas si ce n'est pas mon favori de Bebel.

voracinephile 04/10/2013 17:37



^^Le revoir lors de sa diffusion a été une expérience salutaire, j'avais oublié qu'il était aussi bon. Et la chronique sur Borat m'avait réjoui ^^. Je le déclare officiellement mon favori,
maintenant, il me maque encore quelques films de bébel pour l'affirmer définitivement (l'homme de Rio entre autres). Et je dois en revoir certains, comme Flic ou voyou...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche