Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 07:19

Le-Roi-des-ronces.jpg

 

Avec Le roi des ronces, le spectateur ne sait clairement pas à quoi s’attendre. Film d’animation sorti en 2011 dans l’anonymat, l’affiche ne paye pas de mine (se fendant en plus d’une tag line assez peu inspirée : « Dans ce futur dévasté, personne ne vous entend crier ! » merci Alien !), et le pitch se révèle juste ultra excitant. Mais est-ce là la perle rare ? Nous nous contenterons de dire que le film commence très bien est finit assez mal.

L’histoire : dans un futur proche, un virus apparu subitement pétrifie ses victimes, sans chance de survie ni de remède. Une compagnie médicale ayant récemment mise au point un processus de cryogénisation sélectionne une centaine d’individus contaminés, pour être endormis le temps de trouver un remède. Après un laps de temps indéterminé, ils se réveillent dans un complexe dévasté, où de nombreux monstres s’attaquent à eux.

 

photo-Le-Roi-des-Ronces-Ibara-no-O-2009-3.jpg

 

Avouez que c’est stimulant. En fait, dire que Le roi des ronces commence comme un vrai bijou n’est pas exagéré. Le traitement de l’épidémie de Médusa (épidémie provoquant la pétrification des cellules humaines) est réaliste, et la description de sa propagation n’a rien à envier aux films de zombie. La peur est réelle, les réactions gouvernementales logiques et le portait de chaos général complètement convaincant. Les explications fournies autour de cette campagne de cryogénisation se tiennent, et on accepte facilement la comparaison très « japonaise » avec La belle aux bois dormants, histoire de bien jouer la carte de la métaphore inutile, mais appropriée. Le contexte est vraiment bien planté, les objectifs sont clairs, l’animation est plutôt soignée… Un sans faute pour l’instant. Puis commence le film à proprement parler, avec le réveil brutal des différents patients. Sans assistance, presque réveillé par accident, sans réponse de l’intelligence artificielle sensée assurer leur survie, les voilà qui errent dans le hall de stockage, livrés à eux même, avant la première attaque de monstres. Autant dire que cette dernière est d’une violence inattendue, n’hésitant pas à faire gicler l’hémoglobine, et à zigouiller la quasi intégralité des survivants d’une seule traite. Si le spectateur n’a pas la pression avec ça… Le roi des ronces vire brutalement sur le survival horror, où les survivants sont à la fois menacés par des monstres badass, la progression de leur maladie et les tensions internes du petit groupe qui en a réchappé. Parti comme ça, on est bien immergé dans l’histoire et prêt à en découdre. Mais hélas, c’est à partir de ce moment que le film se casse la gueule. Si les monstres font des blessures gores, leur design n’est pas toujours réussi, et surtout, quand le film explique leur origine, le spectateur n’y croit plus du tout. Plutôt que de se limiter à un contexte de survie, Le roi des ronces s’aventure dans un domaine complètement à part, à savoir la matérialisation des rêves. Avec le bon vieux coup de l’intelligence artificielle qui cache quelqu’un derrière elle. Malgré quelques séquences d’action appréciables et quelques ambiances sympathiques (les couloirs remplis de ronces), le Roi des Ronces se révèle être un film assez mineur, doté d’une bonne animation et d’excellentes idées de départ, hélas, gâchées par un retournement de milieu de film très maladroit.

 

2,8/6


2009
de Kazuyoshi Katayama

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jerome 13/04/2017 22:30

J’ai dû visionner ce film d’animation japonais deux fois d’affilée pour comprendre l’histoire. Néanmoins, j’ai adoré le scénario, la musique et les personnages. Selon moi, ce long-métrage est à voir et à revoir.

Kapalsky 05/12/2013 16:46

Si le film n'est pas un chef-d'oeuvre de l'animation (les transitions 2D / 3D ne sont pas toujours convaincantes) et que le final est un peu trop over-the-top dans sa dimension horrifico-poétique,
il reste quand meme rigolo à regarder.
Quoi que dans le genre et avec les mêmes thématiques, je lui préfère "Blue Gender", qui dose plus sur la psychologie que l'action brute. :D

voracinephile 07/12/2013 15:44



Oh oh ! Un nouvel animé à tester ! Je préfère moi aussi le terrain de la psycho pour ce genre de sujet, donc, je testerai volontier. Je ne crachepas sur le potentiel divertissant du Roi des
ronces, mais certaines pistes du scénario ne m'ont pas vraiment convaincu (plus que les petites erreurs graphiques que tu as relevé).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche