Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 20:55

591_130129193824.jpg

 

Avec Les profs, la comédie française reprend un nouveau souffle. Fort de ses 3,9 millions d’entrées, le film peut donc se vanter d’avoir été un petit succès, et compte sans doute sur le dvd pour augmenter davantage ses recettes. C’est assez peu surprenant, au vu de la pauvreté de l’ensemble de la production, de l’indigence du script à la facture télévisuelle de l’ensemble.

L’histoire : en 2012, le taux de réussite au bac est de 86%. Mais au lycée Jules Ferry, il n’est que de 13%, malgré l’embauche des meilleurs enseignants de France. Aux pires élèves, le rectorat choisit d’y envoyer les pires professeurs francophones.

 

20479833.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Avec un tel scénario, on avance déjà en terrain connu. Déjà, aucune adaptation de bédé à gags n’a fonctionné en France. Aucune ! Mais les producteurs continuent, surenchérissant avec un Boule & Bill déjà atterrant par cette nouvelle purge estampillée franchouillard. Sauf que les comédies franchouillardes divertissantes n’existent même plus. Quitte à réaffirmer mon mauvais goût, on ne voit plus des films comme Astérix contre César, où on sacrifiait un peu le rire à des tentatives spectaculaires. Mais ici, le rire est sacrifié sur l’autel du vide, de l’insipidité, de l’absence d’enjeux. En guise de scénario, le film aligne les gags à la chaîne, rivalisant en lourdeur pour chacun des caractères des professeurs en charge de l’établissement Jules Ferry. Rendez vous compte que pendant 50 minutes, ce ne sont que des gags qui jouent sur leur caractère (alors qu’on a compris au bout de 10 minutes). Déjà, le film s’ouvre sur un flash info TF1 (oh, devinez qui a avancé des ronds pour faire le film ? La voilà notre belle chaîne nationale), avant de nous annoncer, comme tentative de justification, qu’on va rassembler les pires profs de l’hexagone. L’occasion pour nous de prendre des nouvelles de Christian Clavier, pour qui le rôle de Cutiro flemmard se révèle être des vacances. Quelques kilos de plus qu’à l’époque d’Astérix, mais il semble être en bonne santé. La prof d’anglais Gladys est la pire prof parce qu’elle lance des craies sur les élèves, Eric le prof d’EPS est le pire prof pour ses méthodes douteuses d’exercice et pour les blagues discriminatoires qu’il fait, Albert le prof de chimie fait tout péter, Maurice le prof de philo est incompréhensible, Amina la prof de français (alors qu’on n’a plus français au bac, mais bon, ce n’est pas une vraie terminale) est beêêêêlle, et Polochon le prof d’histoire connaît simplement l’histoire de Napoléon. Voilà, l’essentiel des gags vous est résumé ici. Dans cet océan de médiocrité, on retiendra sur les performances de 3 personnes. Arnaud Ducret, contraint de jouer la grosse brute sans cervelle qui débite des blagues absolument plate en traitant un gros arabe d’Obélix mangeant du couscous (c’est tellement abrupt que ça n’est même pas drôle, et ce n’est même pas de l’humour politiquement incorrect, c’est de l’agression verbale). On retrouve aussi Stefi Celma, la copine de Norman dans le mémorable Pas très normales activités, qui a été castée ici simplement pour son physique. Sérieusement, c’est peut être la plus à plaindre dans l’ensemble de la production, tant son seul talent recherché semble être un physique agréable (elle n’est pas drôle une seule fois). Et enfin, derrière le rôle du prof d’histoire et aussi au rang de réalisateur, Pierre François Martin Laval. Je ne sais pas si se tourner en ridicule constitue une preuve d’ouverture d’esprit (venant de la part d’un nanardeur comme moi qui a en plus tourné un nanar assez honteux, ça serait plutôt du masochisme avec un poil d’autodérision), mais à ce jeu, il part très loin pour prendre des coups. Se mettant en scène dans une histoire d’amour complètement inepte avec la prof d’allemand, Martin Laval rivalise de stupidité en se lançant dans les gags éculés du premier degré, où il prend au pied de la lettre les conseils des autres profs pour aller draguer la dame. On touche le fond quand il nous refait la pub de Coca Cola en mode gros porc (sincèrement, quand un film s’abaisse à mimer une pub, que peut-on dire ?) et on le ré-atteint pendant l’épisode prince charmant… Et la prof tombe amoureuse… Mais comment peut-on encore nous ressortir des clichés d’une connerie pareille ? C’est vide de toute substance, ça n’est même plus drôle tellement c’est vide de toute signification. Mais on nous en fait reprendre quand même, car le remplissage, c’est aussi l’art de tenir jusqu’à la fin du nouveau format divertissement familial : 1H20 (c’est pas assez court). Au moins, le film a le bon goût d’éviter toute opinion politique hypocrite (le lycée finit par honorer exactement les statistiques qu’on attendait de lui, on ne peut en exiger plus des lycées publics de toute façon), il se prolonge dans la gratuité jusqu’au final, instant de délivrance où l’équipe du film nous dit au revoir avec une chorégraphie chantée. Comme à la fête de fin d’année en fait. Véritable ode à la vacuité, plusieurs millions de français me contrediront, décrétant qu’au final, il y a des pisse-froids incapables de s’amuser devant un divertissement sans prétentions. Car Les Profs n’a effectivement aucune prétention, c’est juste qu’il cherche à faire rire avec des clichés vieux de 50 ans… Enfin bon, le film a marché, quelques gags font mouche, l’adaptation des bandes dessinées risque donc de continuer. Vivement Titeuf ! Vive la France !

 

0,5/6


2013
de Pierre-François Martin-Laval
avec Christian Clavier, Isabelle Nanty

 

LES-PROFS-PHOTO5.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 06/09/2013 23:09

A vrai dire la BD correspond mieux à une série de gags type Scènes de ménage. Pour la prof non c'est juste de l'affinité gagnée au fil des années. Je ne touche pas au dessus de 30 et elle en est
très loin. :D

borat8 06/09/2013 20:18

Le pire c'est que la BD, qui n'est pas du grandiose mais est quand même assez drôle, doit être plus drôle que son adaptation. Oui ça m'a bien fait rire le passage où tu dis qu'il n'y a pas de réel
terminale. J'ose imaginer s'ils avaient pris mes L avec que des mecs s'étant engagé dedans pour se taper la prof de littérature! Par ailleurs, j'ai eu d'excellentes relations avec ma prof de litté
mais pas pour les mêmes raisons!lol

voracinephile 06/09/2013 20:57



La BD possède des gags sympathiques, et elle n'est pas ennuyeuse. Pour le coup, le concept s'adapte assez bien au format BD, mais le film est une BD filmée, avec un vague scénario qui est absurde
au dernier degré, et pas dans le bon sens du terme (ce ne sont même pas les pires profs imaginables).


Oh là pour la prof de littérature ! Tu l'aimes pour sa culture étendue, et elle raffole de tes photos de profil de son côté ^^



borat8 06/09/2013 14:59

Autant la BD est sympa autant là ça donne envie de vomir rien que par la bande-annonce. Entre la perruque foirée de Nanty, Clavier qui fume de la beu, Kev Adams que j'ai envie de claquer, PEF qui
me gonfle vraiment au fil des années et la soi-disante prof sexy qui n'en a rien (désolé pour elle mais bon), c'est vraiment la catastrophe. Je préfère encore revoir Profs avec Bruel et Les sous
doués.

voracinephile 06/09/2013 19:54



C'est d'ailleurs marrant, parce que justement, ces nouveaux Profs pompent salement Les sous doués passent le bac... Qui à faire des fautes de goûts, autant que ça soit jusqu'au bout. D'ailleurs,
la terminale de ce lycée est une terminale générale, pas d'orientation en L, S ou ES... On sort tellement de la réalité que ça en devient navrant...



alice in oliver 06/09/2013 11:08

il m'a l'air bien naze celui là donc pourquoi pas, d'autant plus que je crois qu'il est dispo sur youtube

voracinephile 06/09/2013 19:49



Oh, mais tu parles de la comédie de l'année, Alice ! 3,9 millions d'entrées ! Alors incline toi comme tout le monde !



arnaud291 06/09/2013 10:44

Franchement, ta note et ton avis ne me surprennent pas. je me suis coltiné plusieurs fois la bande annonce à la dernière fète du cinéma et ça avait l'air bien navrant. Rien que Clavier en train de
fumer un pétard augurait déja du pire.

voracinephile 06/09/2013 19:47



De ma part, cette chronique était courrue d'avance. Rien qu'à l'affiche, on repère les navets français maintenant. En l'ayant revu 3 fois avec différents membres de ma famille (qui ne l'ont pas
détesté, voir l'ont trouvé drôle), même avec de la bonne volonté, je n'y arrive pas. C'est insupportable au bout d'un quart d'heure...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche