Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 18:28

ruines.jpg

 

En 2009, une petite série B qui avait l’air inoffensive a fait son petit effet dans le monde des cinéphiles : Les ruines. Adapté du livre de Scott Smith et porté à l’écran par Carter Smith, ce film a tout du bon petit huis clos gore comme on les aime, en renouvelant toutefois un peu la formule, puisqu’il mise d’avantage sur la guerre d’usure que sur des attaques brusques et spectaculaires.

L’histoire : un groupe d’étudiants font connaissance avec un allemand de leur âge, qui leur propose une balade en forêt jusqu’à une ruine où son frère effectue des fouilles archéologiques.

 

http://img.over-blog.com/450x300/4/00/03/91/les-ruines-30552-copie-1.jpg

 

Un pitch certes orienté (on se doute que leur périple va mal tourner), mais jusqu’à ce qu’on ait confirmation de la menace, celle-ci restera ambigue… Si on croit d’abord la voir chez les mayas (comme une sorte de Borderland en mode archéologique), on se rend vite compte que la menace est plus sournoise que ça. Jusqu’à ce que l’on découvre le pot aux roses et que le potentiel paranoïaque du film commence enfin à éclater. Vu que la spécificité du film a été spoilée quasiment partout, on ne va pas tourner autour du pot : ces plantes carnivores sont l’ennemi le plus sournois qu’on ait pu voir dans un film ces derniers temps. Non content de profiter de l’immobilité des proies qu’elle vise, elle est aussi capable d’imiter des sons, chose qui lui permettra de séparer le groupe à plusieurs reprises et d’en boulotter quelques uns. Hélas, le film étant plutôt court, la plante se contentera de reproduire vaguement des sons, alors que dans le roman, cette dernière parvenait à mémoriser carrément des dialogues entiers, et s’amusait à en répéter quelques morceaux pour faire de la manipulation psychologique sur les survivants. Peut être too much écrit comme ça, mais dans le roman, certains tournent presque à la folie à cause de cela. Si nos personnages n’avaient que peu d’intérêt pendant leur première demi-heure, le gore qui va leur être imposé dans l’heure qui suit est quant à lui plutôt impressionnant, bonne synthèse des concepts décrits par le livre, de l’amputation à l’auto-mutilation. Des détails craspecs qui viennent encore gonfler l’atmosphère de ce thriller à ciel ouvert, où la majorité du film se suit en plein soleil. Après, le tout reste assez sommaire. La psychologie des personnages reste plutôt minimaliste (deux lignes de dialogues sont sensées justifier une manie obsessionnelle d’un des personnages), voire à peine décrite, et certains trouvent la mort dans des conditions si absurdes qu’on en vient à se demander pourquoi le film a recours à de tels procédés. Ainsi, alors que le désir de survie des personnages était quand même bien présent bien que malmené par notre chirurgie au couteau de chasse, le script se débarrasse d’un coup de deux personnages principaux, comme pour donner un  coup de fouet à un rythme qui faiblissait, alors qu’il y avait encore de la matière à exploiter. Enfin, le dénouement, carrément nihiliste dans le bouquin, trouve ici une issue beaucoup trop clichée et frustrante pour continuer à remporter notre adhésion (le seul personnage sympathique du film se sacrifie pour sauver une cruche de la pire espèce). Si finalement, les personnages des Ruines n’ont rien pour attirer notre attention, il n’en est pas de même de sa créature remarquablement bien gérée (la passivité de la plante est particulièrement efficace) et de ses saillies gores qui font serrer des dents. Plutôt efficace au vu des circonstances.

 

4/6

 

2008
de Carter Smith
avec Jonathan Tucker, Jena Malone

 

http://img.over-blog.com/622x415/0/58/79/68/The-Ruins-Les-Ruines/the-ruins-les-ruines-carter-smith-05.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leatherface 20/01/2012 23:27

Hâte de le revoir, j'avais passé un bon moment. Je ne savais pas que c'était tiré d'un livre par contre.

voracinephile 21/01/2012 20:16



Le bouquin est un excellent thriller, je te le conseille, il pourrait faire l'objet d'une chronique de bonne facture...



alice in oliver 20/01/2012 23:08

oui, c'est vraiment une bonne surprise pour une série B horrifique qui mérite mieux que l'anonymat

voracinephile 20/01/2012 23:42



Nous travaillons à sa reconniassance et sa notoriété publique ^^



Duncan 20/01/2012 21:43

J'avais bien aimé lors de sa diffusiom sur canal,mais ça fait longtemps.
Je me souviens de la mort de l'enfant,de l'ampution des jambes de l'allemand à coup de caillasse et de l'acteur qui joue dans Smallville et X men,le mec qui fait de la glace.

voracinephile 20/01/2012 22:08



^^ Une bonne petite série B qui tient ses promesses en effet, avec des acteurs impliqués et du gore qui démange ! Plutôt recommandable au vu de ce qu'on se coltine par les temps qui courent...



alice in oliver 20/01/2012 20:44

une série B surprenante qui commence de façon très classique pour mieux prendre le spectateur à la gorge par la suite

voracinephile 20/01/2012 21:28



Hélas, la carte de la surprise a été complètement périmée à sa sortie, où tout le monde a spoilé la vraie nature de l'ennemi. Après, les truculences gores provoquent de belles démangeaisons, mais
les personnages peinent à attirer notre sympathie. Mieux vaut aller lire le bouquin, mais en l'état, ces Ruines sont une assez bonne adaptation dans l'ensemble.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche