Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 15:04

http://www.imagesetmots.fr/images/little_miss_sunshine.jpg

 

Au rayon des comédies, il est rare que je trouve vraiment une chaussure à mon pied. Mis à part de trop rares comédies qui savent être drôles, et parfois même jubilatoires (avec des messages qui font plaisir, comme La Famille Addams, ou dans un autre style Team America), je considère la plupart des comédies comme des projets faciles et commercialement viables qui utilisent la carte de l’humour pour parler de clichés ou de choses dont on se moque (l’immonde comédie politique Potiche). Pour tout dire, je n’attendais pas grand-chose de Little miss Sunshine. Grosse surprise pour moi : c’est une des meilleures comédies américaines que j’ai pu voir ces derniers temps.

L’histoire : La famille Hoover, aux caractères très contrastés, décide de faire un voyage de 1200 kms pour permettre à leur fille de participer au concours Little miss Sunshine.

 

http://erwanlecloirec.typepad.fr/erwanlecloirec/18472057.jpg


Vraiment, magnifique comédie que ce film, qui illustre des personnalités très différentes avec un tact d’une délicatesse vraiment rare. En deux minutes, pendant le générique de début du film, les réalisateurs Dayton et Faris font la parfaite synthèse des failles de chaque personne : le père est obnubilé par la réussite sociale, l’oncle passe par une période dépressive après une tentative de suicide ratée, le grand père vit sa vieillesse dans l’excès qu’il a raté pendant son adolescence, le fils se mure dans le silence, et la fille vit dans le monde illusoire qu’offre la télévision. La mère est tout simplement dépassée par les caractères qui forment sa famille, et n’arrive pas à les faire cohabiter dans le même environnement. Ce qui est fort intéressant dans ce film, c’est la confrontation de ces différents caractères, de leurs limites et de leur amélioration. Car ce voyage long en minibus va être l’occasion d’une cure psychologique familiale de premier choix, chaque personnage allant se retrouver face à ses angoisses les plus profondes. A ce titre, je tiens à féliciter le casting, parfait de long en large. Chaque acteur a su trouver le ton juste pour son personnage, et ça se ressent très vite, le spectateur comprenant les réactions de chaque personne. Le père devient immédiatement le plus détestable, insistant lourdement sur la réussite de chaque individu dans la vie, et traitant de loosers tous ceux qui n’entrent pas dans ses critères de combativité. Derrière sa façade assurée et son plan de réussite imbattable en neuf étapes, il pue tout simplement la peur de l’échec, avec une telle force qu’il agace systématiquement le spectateur quand il prend la parole. Se trouvant en plein milieu du voyage face à un échec professionnel total, son personnage fera un gros travail de reconstruction, et finira par devenir aussi attachant que les autres. Assez logiquement (le travail d’identification a marché à merveille avec moi), celui qui m’a été le plus sympathique a été immédiatement le fils, qui face aux comportements excessifs de sa proche famille, s’est retranché dans un vœu de silence symbolique (compris totalement de travers par le père), qui le retranche cependant en dehors du monde, ce qui le fera sérieusement se remettre en question lorsque que son rêve volera en éclats. Le film parlant de lui-même, inutile de tout décrire ici. J’ajouterai seulement que le personnage légèrement sous exploité dans l’histoire se révèle être la mère, qui ne va jamais vraiment au-delà de ses difficultés. Le concours final est en revanche jubilatoire, le spectateur comprenant immédiatement où les réalisateurs veulent en venir avec le concours de beauté Little miss Sunshine où des mineures ultra maquillées se dandinent en maillot devant une assistance scandaleusement ravie. Irrésistible de bout en bout, fine étude psychologique de chacun de ses caractères, Little miss sunshine est une vraie perle, qui touche juste et fait souvent rire. Un très bon numéro.

 

5/6

 

2005
de Jonathan Dayton, Valerie Faris
avec Greg Kinnear, Toni Collette

 

http://www.smh.com.au/ffximage/2007/01/22/lil_miss_sunshine_wideweb__470x312,0.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

varlin 05/10/2011 18:41


J'ai beaucoup aimé ce film,drôle et intelligent vraiment un bon moment.


voracinephile 05/10/2011 21:11



Globalement, les critiques qui l'entourent sont toutes assez élogieuses. Après, il ne faut pas non plus sacraliser ce film, mais c'est un portrait de famille plutôt touchant. Une excellente
surprise !



Alice In Oliver 03/10/2011 12:41


oui, c'est ça.


Alice In Oliver 03/10/2011 11:19


oui, une comédie sympa et authentique. Après de là à crier au génie comme j'ai pu le lire parfois...


voracinephile 03/10/2011 12:04



Après, faut prendre la comédie pour ce qu'elle est : un moment de détente, ici interprété par un casting talentueux. Après, rien de novateur ni de très cinématographique. Un portrait de famille
attachant.



2flicsamiami 02/10/2011 14:51


Après une longue absence (rentré universitaire oblige) je reviens :)
Little Miss Sunshine est effectivement un très bon film, très savoureux et très lumineux.


voracinephile 03/10/2011 11:02



Salut 2flics ! Ravi de ton retour ! Une comédie qui m'a agréablement surpris quand je l'ai vu. Avec des acteurs convaincants, ce film a été un vrai bol d'air.



Alice In Oliver 30/09/2011 10:08


même remarque que pour J'ai tjs rêvé d'être un gangster: bon film mais assez surestimé, je trouve.


voracinephile 03/10/2011 10:10



Je m'attendais à une comédie moyenne en le regardant, et j'ai été assez surpris. Je pense que c'est l'autheticité des personnages qui a fait le succès du film, ainsi qu'un humour plutôt naturel.
Une comédie qui n'a rien de bien méchant, mais d'une sincérité qui fait vraiment plaisir. Me laissant emporter par mes sentiments, il s'est pris une note plutôt généreuse...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche