Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 14:23

http://www.rueducine.com/wp-content/uploads/2012/06/rueducine.com-mais-qu-avez-vous-fait-a-solange-1972.jpg

 

Retour au giallo à l’ancienne avec un titre plutôt connu dans le genre : Mais Qu’Avez-Vous Fait à Solenge ? D’une provocation à l’italienne plutôt gratinée (le héros est un professeur qui sort avec une de ses élèves), MQAVFS est un pur plaisir coupable dans une branche assez décomplexée du giallo, les meurtres ayant ici des connotations sexuelles au premier degré (le meurtrier transperce le vagin de ses victimes avec un couteau). Une bonne copie.

L’histoire : Un professeur souffrant d’un mariage fané vit une aventure épanouie avec l’une de ses élèves (voilà comment on arrondit un bulletin scolaire !). Mais lors d’une de leurs escapades, ils sont témoin du meurtre scabreux d’une autre étudiante de leur école…

 

http://idata.over-blog.com/2/75/01/59/Cinema/Mais-qu-avez-vous-fait---Solange-2.jpg

 

Ah, il est bien beau, le corps professoral italien exilé en Angleterre ! Et ces anglaises, quels jolis minois, sanglés dans des uniformes un peu courts… Immédiatement, le fantasme du film sur le milieu étudiant suscite de petits sourires complices du spectateur, tant les repères moraux sont immédiatement évacués de l’histoire. C’est simple, nous avons un professeur qui a la chance d’avoir trouvé une élève qui l’aime, mais qui se refuse un peu quand même. Mais voilà, alors qu’ils rament sur une petite rivière, la jeune femme voit au travers de la végétation les détails d’un meurtre, ce qui amène bientôt la police à enquêter dans l’école de la victime. Des rumeurs commencent à parler d’un pervers, et on ne peut que leur donner raison quand on voit les sévices infligés par l’assassin. Une séquence hilarante tant son côté dramatique (une radiographie où l’arme est profondément plantée dans le bassin de l’adolescente), visant l’impact, est autrement plus traumatisant pour les parents, qui voient là juste un détail scabreux sur la mort de leur fille (en gros, la scène est uniquement là pour montrer le couteau planté). L’enquête est lancée, et notre enquêteur anglais, il n’aime pas trop qu’on s’en prenne aux jeunes filles, surtout anglaises. Très vite, vu la galerie des tronches patibulaires de notre corps professoral, on se doute que c’est l’un d’entre eux qui a fait le coup, mais lequel ? C’est ce que notre héros va tenter de découvrir, assez vite car rapidement, les corps d’adolescentes sans vie se mettent à tomber comme des mouches. Des doigts commencent à se pointer vers notre héros, mais heureusement, l’assassin est tellement efficace que notre professeur a rapidement un alibi. On nous attire aussi sur la fausse piste d’un habit de prêtre, ce qui nous vaudra une séquence nanarde de l’interrogatoire d’un témoin qui pète littéralement un câble et se met à donner tout ce qu’il a, nous gratifiant d’une performance digne de figurer sur nanarland. De moments nanars, il y en aura aussi un autre dans le doublage français, dans une séquence où notre professeur vient interroger un jeune photographe noir. On s’attend à entendre un accent d’esclave typique de ce genre de production, mais le noir se met d’un seul coup à parler avec une voix de lord anglais (il parle le français avec un accent anglais), ce qui provoque un décalage tellement inhabituel qu’on explose de rire tellement c’est improbable. Enfin bref, finalement (et comme prévu), on découvre l’assassin en dernière bobine, ainsi que la scabreuse histoire qui a provoqué ces meurtres (vu le générique qui filmait les futures victimes, on s’en doutait un peu). Il n’empêche qu’en copie restaurée, MQAVFS est un régal pour les yeux, qui titre plutôt bien parti de son esthétique anglaise tout en évitant de trop donner dans le gore. Il préfère privilégier un petit côté vicieux pour ses meurtres à l’arme blanche et aime particulièrement les fausses pistes qui font gagner du temps. Mais comme tout bon giallo qui se respecte, MQAVFS est généreux avec son public, n’hésitant pas à emmener son spectateur en plein milieu d’un vestiaire de fille qui n’a pas grand-chose à envier à l’ouverture de Carrie…  Un sympathique divertissement réédité par Neo Publishing.

 

4/6

 

1972
de Massimo Dallamano
avec Fabio Testi, Karin Baal

 

http://strasbourgfestival.com/2011/wp-content/uploads/2011/08/solange-557x190.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 24/11/2012 12:10

Ancien opérateur pour Sergio Leone, Dallamano n'est effectivement pas manchot pour découper avec habileté ce Giallo pur sang. Je note que comme moi tu fais le rapprochement de la scène des douches
avec celle de "Carrie" d'un autre grand "voyeur" du genre qu'est De Palma. je trouve que cette affaire Solange (qui montre, après "I spit on your grave", la petite fille de Buster Keaton une
nouvelle fois livrée en pâture à la perversité masculine) ajoute à la violence inhérente au genre une forme de transgression morale avec le rapprochement entre le professeur marié et son élève, le
tout dans le cadre très corseté d'une institution religieuse.

voracinephile 24/11/2012 18:56



C'était d'ailleurs chez toi que j'avais connu ce titre, j'ai pu enfin juger du résultat. Merci pour ta mise en bouche, le divertissement était à la hauteur de la transgression morale que tu
décrivais. Un très sympathique Giallo, même si l'explication est bateau, le film se suit avec intérêt (d'autant plus que la mise en scène est soignée.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche