Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:00

man-of-steel-affiche.jpg

 

Man of Steel, sortie du moment, centralise beaucoup d’espoirs de la part des cinéphiles, le film tentant de s’attaquer à la légende de superman d’une façon neuve (ce n’est pas faute de répéter que Nolan a participé à l’élaboration du scénario), le tout sous la direction de Snyder, réalisateur aussi redouté qu’acclamé pour ses adaptations de comic book (300 et Watchmen, des films qui ont beaucoup divisé). Le résultat tient clairement du spectacle grand public, même si n’évitant pas pendant certaines séquences de l’humanisme emmerichien, faisant preuve d’une certaine habileté à mimer la profondeur…

L’histoire : Krypton, planète condamnée par l’effondrement de son noyau interne, se voit victime d’un coup d’état mené dans ses dernières semaines de vie mené par le général Zog. Lui ayant dérobé la bibliothèque génétique de la planète entière, un des membres du conseil parvient à faire fuir son fils l’artefact dans une capsule spatiale.

 

superman_in_man_of_steel-HD.jpg


Snyder, jusqu’à maintenant, avait conservé un champ de vision aux limites du pessimisme (son premier essai, L’armée des morts, en est le meilleur représentant avec Sucker Punch), et s’attachant surtout à cerner les limites de ses personnages (Watchmen, les hiboux nazis de Gahooles…). En bref il ne mimait pas la profondeur, il allait la chercher loin, très loin, en se plongeant parfois dans la crasse humaine pour y parvenir. Dans Man of Steel, il semble complètement avoir changé son fusil d’épaule, puisqu’il évacue toute noirceur, y compris dans l’enfance de superman, gentiment brimé par ses camarades et apprenant à prendre sur lui parce que c’est dur. Un matériau riche, mais complètement anesthésié par une mise en scène grand public qui, plus il avance, plus il a du mal à cacher son fond typiquement blockbuster type Independance Day. Man of steel est en quelque sorte l’anti-Watchmen, et chaque public de ce dernier (pour ou contre) se retrouvera dans le camp opposé pour ce nouveau film, d’un triomphalisme à la gloire de la confiance qu’on peut accorder aux hommes. La principale question que se pose Superman reste : l’humain est-il digne de confiance. A cela, le père adoptif, campé par un Kevin Costner d’une justesse bluffante, y répond non avec beaucoup de finesse. Et à la question de Superman, le film répond Oui, et avec les trompettes et les drapeaux, s’il vous plaît ! Le film commençait plutôt bien en filmant les derniers instants de Krypton, il y avait là un magnifique climat d’apocalypse, s’attachant à illustrer les derniers balbutiements de la vie politique avec une tentative de coup d’état. Mais une fois Krypton explosée (et les instigateurs de la rebellion emprisonnés et mis en orbite (bon sang, ils prennent la peine de faire ça alors qu’ils vont tous mourir dans quelques heures)), on arrive sur Terre, et là, on commence à plonger. Le nouveau superman est un freak. Soit. C’est en effet dur de devoir perpétuellement cacher sa nature. Mais face à cette écrasante supériorité, notre homme d’acier se révèle d’un humanisme à en rendre jaloux ses concitoyens. Sa franchise est appréciable, mais son côté gentiment donneur de leçon, pensé pour rendre le personnage sympathique, ne parvient pas vraiment à lui donner la profondeur recherchée. Et quand les insurgés reviennent, ils prennent la peine d’avertir la Terre de se soumettre à leur directive : livrer Superman. Autant dire que l’humanité entière fait preuve d’une conduite exemplaire. Alors que tous les autres pays non concernés (tous sauf les USA, donc) semblent se tenir quat et continuer le cours de leur existence sans mettre la pression à l’internationale, les GI joes s’occupent de l’encadrement de l’opération en défendant brillamment leur orgueil masculin situé sous la ceinture (« je m’en branle de ce que vous direz au général ! » asséné à la délégation extra-terrestre lors du premier contact en direct, classe comme carte de visite), tout en étant visiblement totalement inapte à lutter en face de la menace du pauvre vaisseau du général Zog. Général Zog campé par un Michael Shannon aux motivations claires, mais qui échoue complètement à lui donner l’étoffe d’un méchant mémorable. Une déception pour ma part, malgré un affrontement titanesque. D’ailleurs, plus l’intrigue avance, plus le vide est évident, plus Nolan et son camarade scénariste comblent les blancs avec des séquences à effets spéciaux qui veulent visiblement en mettre plein la vue, transformant la dernière demi-heure en remake d’ID4, explosant les immeubles, pulvérisant les grattes ciels (avec des humains qui préfèrent s’aider les uns les autres quitte à tous y rester), et se terminant par du mano-y-mano pas très convaincant niveau profondeur. Face à l’enjeu principal du film (Superman possède dans ses cellules la mémoire génétique de tous les habitants de Krypton), notre homme d’acier lui fait un gros bras d’honneur, parce que les hommes, c’est bien, faut juste leur faire confiance, et si on leur fait confiance, ben ils nous le rendent bien. Beaucoup trop gentil pour faire partie de la filmographie de Snyder, Man of Steel est donc une relecture assez ratée, qui fait surtout craindre le pire pour Christophe Nolan quand on voit au service de quels projets il offre son talent de suspense, ici substitué à une mythologie quasi biblique (avec même passage chez un prêtre, gentille initiative, hélas un peu trop appuyée). Un blockbuster bouffi qui casse donc bien des idées, malgré des effets somme toute spectaculaire et des personnages qui se laissent suivre. Un défonçage sans animosité, mais mis à côté d’un Sucker Punch déjà pas irréprochable, la descente niveau ambition est raide…

 

2/6


2013
de Zack Snyder
avec Henry Cavill, Amy Adams

 

Man-of-Steel-Photo-Nokia-Russell-Crowe_Jor-El.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

search here 04/12/2014 10:12

Well I am sure that people of all ages will enjoy this movie if they do not have much expectations seeing Christopher Nolan’s name among the cast. This movie was criticized only for the reason that people expected a lot from it.

Xelloss 08/07/2013 16:04

Nom de Zeus, je n'ai pas vu les aventures de Burton (je viens de lire le topic sur ton blog)
Mais je vais combler cette lacune nanardesque !



Pour ce qui est de W-Waz Z,

/! Attention, Spoiler /!

Je voulais parler de la protection de bras que se fait le héros et un autre perso après.
C'est la première fois que je vois ça dans un film de Zombies/Infectés
(A moins que j'ai loupé un autre film)

Qu’est ce que j'ai pu hurler dans ce genre de films/séries quand je vois les héros partir "à poil" sans même une revue scotchée sur les membres
(Peut être que les Zombies/Infectés mangent délibérément du scotch pour ne pas que les survivants puissent fabriquer des armures-du-pauvre ? XD )

voracinephile 08/07/2013 21:09



Oui, très bonne idée aussi j'ai trouvé, la protection de bras. Vraiment une idée pratique, c'est d'ailleurs le style typique de Max Brooks (son guide de survie en est truffé). Je te recommande
ses livres, d'excellentes fictions dans le genre, même si les zombis sont moins nerveux que dans le film.



Xelloss 05/07/2013 11:47

+1 pour la mutinerie...
Le soucis c'est que le Capitaine Sparrow ne l'aurait pas vu de cet oeil et aurait fomenté une alliance avec un certain Harlock pour donner contrer les plans de Zod...
Bref, un beau merdier en perspective XD

Blague à part, le scnénar que tu esquisses aurait pu valoir un film a lui tout seul et ça aurait pu être jouissif de voir comment Zod s'y serai pris
(manipulation, traîtrise, complots, etc)


(Rien à voir avec l'espace, nous avons visionné World War Z mercredi en 3D... des plans tout en profondeur, 2h de film qui passent super vite et enfin une action intelligente du héros face à des
zombies (c'est pas trop tôt XD) bref, du bonheur )

voracinephile 05/07/2013 21:27



Oh, merci pour tous ces compliments sur les modifications de scénario ^^ Même si je ne suis pas au niveau des grands scénaristes, j'aime faire de petits brainstorming autour des films et évoquer
des idées, des améliorations. Avec borat, nous en avions fait de belles déjà... Il y a même une ébauche de scénar publiée sur ce blog, narrant la suite des aventures de Jack Burton (j'ignore si
tu es fan de ce cru de Carpenter, pour ma part, je m'étais amusé comme un fou dessus).


 


J'ai beaucoup aimé world war z aussi. Un film grand public de zombie, qui à la subversion, préfère une efficacité de tous les instants... Enfin une alternative convaincante à 28 jours plus tard.



Xelloss 04/07/2013 14:14

Et c'est là qu'on voit les vrais Couillus !
S'occuper de la Justice avant la survie du peuple, faut en avoir une énOoOorme paire dans le slip
(C'est peut être pour ça qu'ils ont le slip par dessus... Oo )

voracinephile 05/07/2013 11:10



^^ Exactement ! Enfin, je vanne un peu ces détails, mais fallait bien faire revenir zod d'une façon ou d'une autre. Perso, je l'aurais bien vu emmené en tant que prisonnier dans un vaisseau avec
tous les officiels, et nous aurions suivi son évasion et sa mutinerie dans le vaisseau, dont il aurait fini par se rendre maître... Beaucoup plus réaliste.



Xelloss 02/07/2013 20:40

boouuh Gandalf !
Magicien de pacotille qui se ch... dessus face au Roi Sorcier XD !
Bon,il faut avouer qu'il se fait vieux à ce moment... et qu'il n'a pas de pomme de pin à lui envoyer sur le coin du museau à Mr-j'-ai-une-masse-à-faire-pâlir-d'envie-Laura :P

Pour ce qui est de Krypton, j'ai aussi adoré le peu de chose que l'on voit de leur gouvernement/mode de vie
ce qui m'a titillé c'est comme tu dis, l'envoi de prisonniers alors que la planète s'effondre
(Peut être l'évacuation est-elle déjà finie ?)

voracinephile 03/07/2013 12:27



Ah non, aucune évacuation ! Je crois qu'ils le disent d'ailleurs, il est trop tard pour sauver la planète et sa population, tout est perdu... Mais bon, on ne va pas interrompre une tâche aussi
primordiale que le bannissement des criminels ! Il faut que l'ordre soit maintenu jusqu'au bout...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche