Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 09:52

2004-man_on_fire-111.jpg

 

Avec Man on Fire, Tony Scott se lance dans le thriller à la fois sans concessions et à haute teneur cinéphile, cherchant les concepts cultes comme cet étonnant sous titrage des répliques espagnoles directement écrites au milieu de l’écran (bigger than life, baby !). Confiant un rôle indestructible à Denzel Washington et bénéficiant d’une popularité fiévreuse, Man on Fire se classe exactement dans la même case que Taken, à savoir film d’action idéologiquement douteux filmé avec les pieds.

L’histoire : John, ancien soldat aujourd’hui alcoolique, trouve un boulot de garde du corps auprès d’une riche famille mexico-américaine. Il est affecté à la garde de leur enfant, une gamine mordue de natation. Mais dans une ville où les kidnappings ne cessent de se produire, on n’est pas à l’abri très longtemps…

 

Man-on-Fire.jpg

Que ne ferait-on pas pour ces beaux yeux...

 

Vraiment, Man on fire constitue une reprise involontaire du style néo-besson si parfaite qu’elle est proche de surpasser le maître (d’ailleurs, la comparaison avec Léon est évidente, seulement, dans son manichéisme, Léon développe intelligemment et de façon plutôt sensible ses personnages, alors qu’ici, on se prend du cliché non stop dans la gueule). Je passe rapidement sur le style visuel du film, complètement hideux (mais même les fans du film le reconnaîtront, nombre de ses passages souffrent d’un montage calamiteux et d’une musique digne de la purge auditive Death Race) pour me concentrer sur le contenu idéologique du film, à savoir que la fin justifie les moyens. Certes, dans tous les domaines (économique, politique, militaire), l’efficacité est prouvée. Et donc ici, dans le cadre d’un enlèvement, rien de change. Ces types ont enlevé la gamine et en ont probablement tué d’autre, c’est pas des rigolos. Du coup, Denzel se pointe et commence à exterminer leur famille, leurs proches, sur fond de musique rock’n roll parce que c’est l’heure de la vengeance des morts. Ca en serait presque drôle si le film ne croyait pas aussi sérieusement en son propos (franchement, c’est du Taken tout craché, le coup de l’exécution sommaire dans ta face…). Mais pendant la torture, Besson n’avait pas osé nous mettre du rock cool, c’est maintenant chose faite. Si l’effet voulu était de choquer davantage, c’est raté, on tombe dans une complaisance pour la souffrance digne d’un torture porn, or ce n’était pas vraiment le but initial…). Comme le héros se sacrifie, on va dire que son ardoise est redevenue blanche… Parce qu’il n’en est pas à son premier cadavre (d’ailleurs, vu comment Denzel les enchaîne, on comprend que c’est un vétéran, un vrai, et tout ceci nous mène donc vers un discours sur la Rédemption… Une rédemption à la Solomon Kane donc, mais avec des mexicains à la place des démons). Le thème de la rédemption constitue la principale profondeur du personnage de John, qui en dehors de ça ne fait pas preuve de beaucoup d’humanité. Il s’attache à une gamine, oui, et au nom de son beau sourire, fait sauter des dents à coup de crosse, fourre des explosifs dans le cul du commissaire (corrompu), le tout avec un sérieux si rigide qu’il en devient glaçant. Histoire de renforcer un peu le contexte du manichéisme, nous avons la bonne mère américaine (Radha Mitchell, mignonne) qui n’a que les larmes de son corps comme argument, et le père mexicain fanatique et si avare qu’il en vient à commanditer l’enlèvement de sa fille pour toucher une partie de la rançon. Mais qu’est-ce que c’est que ce rebondissement stupide ? Ca permet de donner un prétexte pour qu’il se suicide, car sa sale gueule de mexicain commençait à énerver le spectateur. Voilà clairement un personnage sacrifié auquel on n’accorde pas la moindre chance, sa mort est inutile, mais on lui accorde une importance telle qu’on ne peut l’ignorer… Malgré une ou deux idées intéressantes (le coup de feu en top départ), Man on Fire échoue complètement à créer du sentiment là où Léon y parvenait assez bien. Le problème d’alcoolisme de John n’est qu’une façade de départ, car du jour au lendemain, il lâche la bouteille pour prendre le fusil à canon scié et dégommer du kidnappeur à tour de bras. Il est toujours le héros monolithique, c’est juste qu’il avait oublié de se raser. Dans ce récit d’action qui semble avoir été écrit par le rédacteur de Faits Divers Criminels, plusieurs thématiques classiques, des rebondissements à foison et un rythme d’enfer, qui concurrence grandement Taken sur son propre terrain. Une conception de la justice finalement assez compréhensible.

 

0,5/6


2004
de Tony Scott
avec Denzel Washington, Dakota Fanning

 

Man_On_Fire_18347_Medium.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 20/06/2013 12:38

Ou "maman m'a toujours dit que la bonne chair c'est meilleur que le poisson c'est plus gouteux!"

borat8 19/06/2013 23:13

Au moins après le défonçage de gueule, Hannibal viendrait s'occuper du reste! Sinon tu ne tourne rien en ce moment?

voracinephile 20/06/2013 07:03



Avec des messages moraux, genre "ma maman m'a toujours dit que c'était mal de gâcher de la bonne viande... A la guerre comme à la guerre !"



borat8 18/06/2013 20:38

J'ose imaginer les Basterds avec l'ami Hannibal dans les rangs! Attention les nazis; le cannibal arrive!

voracinephile 19/06/2013 22:20



Magnifique exemple, il ne dépareillerait pas devant Eli Roth (qui trouverait enfin un camarade à sa mesure...)



borat8 17/06/2013 22:21

C'est ce que j'avais lu en effet à sa sortie, à savoir un film vraiment grotesque et qui n'a même pas la descence d'offrir une vraie mise en scène.

voracinephile 18/06/2013 10:40



Collabos et criminels de guerre, Beware ! Hannibal arrive pour vous peler les roustons et les manger en brochettes ! Beware ! Beware !



borat8 17/06/2013 20:43

Mais si on le voit le Uliel, tous les jours à la télé dans la pub Bleu de Chanel!lol Sinon on le verra dans le biopic sur Yves St Laurent de Lespert.

voracinephile 17/06/2013 21:55



Ah, il fait un petit détour par la pub, le Hannibal court sur pattess ? J'en ai profité cet après midi pour revoir les Origines (parce que quand même, il a été mon film préféré à l'époque de sa
sortie), ben je suis assez tombé de haut. Ce n'est pas tant que ce n'est pas fidèle, c'est que la portée sentimentale est réduite à néant, que les explications n'expliquent rien (franchement, on
ne voit toujours pas pourquoi Hannibal a fini cannibale), et que le film a tendance à tellement diaboliser les méchants qu'Hannibal devient une sorte de vigilante pseudo-sadique pas
impressionnant un instant (franchement, le commissaire Popil qui n'arrête pas de répéter que c'est un monstre... Mais qu'il se lève et qu'il foute une claque à Hannibal pour qu'il lâche ce
sourire à faussettes !)



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche