Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 06:32

the-texas-chainsaw-massacre-the-next-generation-movie-poste.jpg

 

Massacre à la tronçonneuse 4, autrement dit la nouvelle génération, n’a jamais fait couler beaucoup d’encre, la plupart des critiques se contentant d’écrire : « l’épisode le plus mauvais et le plus improbable de la saga. » Un tel jugement était il mérité ? C’est ce que s’était demandé votre humble serviteur, qui a généreusement sacrifié une heure et demie de son temps pour vérifier. Son verdict : l’expression est faible !

L’histoire : Sortant d’une Prom Night où ils ne sont pas vraiment les bienvenus, une bande de jeunes part en forêt et s’égarent avant d’exploser leur bagnole. Devinez qui va venir leur prêter un cric…

 

http://1c.img.v4.skyrock.net/1c7/marilynmansonshocking/pics/2997129709_1_7_IfqAWmls.jpg

Aurais-je fait en erreur en rempilant cette fois ci ?


Dès le départ, TCM 4 part sur une très mauvaise pente, en nous présentant des personnages principaux qui n’ont strictement rien d’attachant. Rien, pas une once de charisme à se mettre sous la dent. C’est à vrai dire tellement chiant qu’on baille aux corneilles pendant 20 bonnes minutes avant de voir débarquer le premier taré de la famille, à nouveau joué par un acteur totalement différent du premier. La famille n’a donc aucune stabilité, le casting se fout complètement de la continuité, et on comprend alors qu’on est dans un film parti dans la même optique que TM 3, sauf que ça va être bien pire… En fait, dès le départ, on se rend compte qu’on va encore avoir droit à un remake foireux du premier, sauf qu’ici, il ne va même pas y avoir de gore, ni de malsain… Y a pas un truc qui cloche ? Un TCM pas gore ni malsain ? Mais qu’est ce qu’il reste alors ? Ben pas grand-chose, le film échouant constamment dans ses fréquentes tentatives humoristiques, qui n’ont pas grand-chose de trash, et qui sont donc parfaitement inoffensives. La folie des personnages ne frappera jamais assez, et on se rend vite compte qu’on assiste surtout à un cabotinage d’acteurs qui ne vaut que pour lui-même. Le coup de la jambe commandée par une télécommande relève du portnawak nanardeux de la pire espèce. Leatherface subit les outrages les plus infamants, se retrouvant obligé de jouer les clowns de cirque avec ses victimes qui courent dans tous les sens sans qu’il se décide à en attraper une, et finissant par se contenter de découper (en hors scène) une masque dans une fille, à porter une robe et à se maquiller comme elle. Il devient une sorte de travelo grotesque et totalement à côté de la plaque, faisant rire involontairement (ou pleurer, au choix) dès qu’il tente de piquer un sprint avec sa tronçonneuse. Le dernier acte est alors une repompée du second et se termine sur une note peu transcendante, qui achèvera le spectateur d’un ultime éclat de rire en montrant Leatherface effectuer quelques pas de danse quasiment en tutu, en parodiant le geste de TCM 1 ou 2.  Bref, on est dans la honte absolue, et le spectacle se révèle parfois tellement pénible à regarder qu’on en vient à zapper des minutes pour abréger le moment. Sans la moindre effusion de sang, on peut dire que c’est l’une des pires séquelles jamais produites dans le monde de l’horreur.

 

0.5/6

 

Réalisé par Kim Henkel
Avec Matthew McConaughey, Renée Zellweger

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Navet (prétentieux)
commenter cet article

commentaires

hdef 29/04/2014 20:39

" Les passages un peu expérimentaux de Hooper manquent en revanche " et vu que c'était tout ce qui donnait à la version de 1974 son côté si unique et perturbant, voire atypique, forcément, ça
coince !!

voracinephile 30/04/2014 21:24



Ca ne faisait pas tout, mais l'ambiance grimpait vraiment pendant ces périodes.



hdef 27/04/2014 13:56

Oui, mais avec des ingrédients de base, on ne fait pas autre chose que tous les navets du genre (slasher surtout) qui sortent aujourd'hui ! Donc ça ne suffit pas.
Pour ce qui est du film de Nispel, je ne suis pas d'accord.
Le but de Hooper dans son film de 1974 n'est pas "juste" de montrer qu'on peut faire un film d'horreur choquant sans qu'il soit gore mais de générer un malaise avec ce qu'on ne voit pas (donc il va
plus loin), de nous faire comprendre que notre imagination se retourne contre nous.
Clairement, le film de Nispel est très loin d'être aussi fûté, et l'absence de gore le rend très ennuyeux à mes yeux. Au lieu de vouloir concurrencer le film de 74, il eut été plus malin d'essayer
tout simplement de tourner un film d'horreur lambda, ou tout simplement de ne pas tourner de remake du film inimitable, imbattable et inégalé de Hooper.

voracinephile 29/04/2014 20:22



On est d'accord, le traitement et quelques idées sont nécessaires pour faire un film à potentiel (et encore, ce n'est pas toujours réussi, voir Cabin in the woods pour s'en rendre compte). Je
film de Hooper est une avalanche de glauque. C'est marrant, car je ne m'attendais pas du tout à cela. Il faut dire que ce titre a toujours enflammé mon imagination étant jeune (c'est le premier
titre qui ressort quand on parle de films d'horreur à cet age, surtout que j'avais aperçu la jaquette que le loueur de VHS), alors la découverte a dissipé bien des espoirs, tout en plantant un
climat vraiment inattendu.


Le film de Nispel se contente d'être un remake sommaire, sans innovation, mais soignant son esthétique et quelques symboles puissants (l'abattoir, la cave...). Les passages un peu expérimentaux
de Hooper manquent en revanche (ce fameux grincement pendant les séquences flash, très lié au titre).



hdef 25/04/2014 11:51

"Détesté ? Mais pourquoi tant de haine ? Tu as déjà dû t'exprimer sur naveton, j'irai voir cela." Je n'ai donné mon avis que pour Massacre à la tronçonneuse : le commencement, pas pour le film de
Nispel, mais je peux te le donner ici :
Ben à mon sens, quand on a dans la caboche l'idée de faire un remake d'un film aussi insoutenable et mythique que Texas Chainsaw Massacre, primo, on ne s'arme pas d'un casting tout droit sorti de
Souviens-toi l'été dernier, secondo, on donne un peu de relief au méchant (comme dit Hitchcock, "Plus le méchant est réussi, meilleur est le film") qui semble en l'occurrence particulièrement
empoté et tertio, on ne fait pas de cette saga un slasher !!! Car à mes yeux, Massacre à la tronçonneuse cuvée 2003 lorgne sérieusement vers le slasher de bas-étage (et je suis gentil).
Côté gore, c'est zéro (oooooooooooh !!! Du sang numérique !!!), à l'inverse du Commencement qui lui, faute d'être bien écrit et réalisé avec soin (Liebsmann a un bon photographe mais ne sait
visiblement pas par quel bout on tient une caméra), offrait au moins un sacré quota de violence assortie d'un Leatherface enfin concerné par ce qui se passe, et qui n'a pas l'air d'un Obélix
bûcheron à la voix cassée (je lui prêterai bien une de mes tisanes, moi !).
Pour moi, le remake mérite un 0/6 pointé, alors que par générosité, j'offrirai bien un 2 (je suis sadique, hein ?!! Un vrai petit Leatherface, on me le dit souvent. Et on me dit aussi "Un deux,
hdef te coupera en deux, trois quatre, remonte chez toi quatre à quatre...") au Commencement

voracinephile 26/04/2014 17:47



Ah, ton avis est particulièrement affuté. Pour le casting de Souviens toi l'été dernier, ce sont des ados, pas grand chose que je puisse défendre. Pour Leatherface en revanche, ne pas le traiter
comme un attardé mental (aucuns gémissements, il est une espèce d'ogre de conte de fée) a renforcé l'ambiance assez esthétique qui a été privilégiée dans le remake. Quant à l'absence de gore,
j'avais pris ça plutôt d'un bon oeil, et cela respecte finalement l'original qui évitait d'en montrer. Et rien de numérique, en tout cas, rien de moche (au contraire de TCM 3D, qui nous a collé
absolument tout ce qu'on pouvait faire de pire, là pour le coup, les ados sont dignes d'un slasher bas de gamme).


J'accepte la critique sur le style de filmage de Liebesmann, il ne sait pas torcher des plans corrects (bon sang, la scène de l'accident...). Mais un 2/6 pour une pure commande commerciale, je te
trouve plutôt juste, les ingrédients de base sont là...



hdef 23/04/2014 13:10

Pas vu cet opus-ci ! Par contre, j'aime beaucoup le numéro 2 (je n'ai jamais tenu le coup face au 1 par contre) et j'éprouve un sentiment de sympathie fort généreux pour Massacre à la tronçonneuse
3 : Leatherface de Jeff Burr, qui tente de revenir aux sources en se rapprochant du ton craspec de la version 1974 bien que le film n'ai pas été tourné au Texas. On y retrouve Viggo Mortensen (tout
juste sorti de The Indian Runner) dans un rôle de péquenot ultra-flippant.
Du reste, je te renvoie au très bon article de leatherface (le blogueur, hein, pas le tronçonneur...) sur le film, qui t'explique en long, en large et en travers pourquoi il te faut absolument le
(re)découvrir en unrated.
J'ai détesté le remake de Nispel, la préquelle ultraviolente de Liebsmann et le truc (spin off ? Séquelle ? Remake ?) de Lussenhoop, par ailleurs...

voracinephile 23/04/2014 19:51



Hé hé ! Massacre à la tronçonneuse 4, faut le voir pour le croire... En l'occurence, je te conseille de l'éviter. Content que tu apprécies le 2, c'est mon préféré (un incroyable cocktail d'humour
et de glauque). J'avais lu effectivement les énormes chroniques de leatherface (qu'hélas j'ai un peu délaissé depuis). Il avait fait un très gros boulot d'archive. Mais sur massacre à la
tronçonneuse 3, le problème ne s'est pas posé, car j'ai acheté le film en unrated et je l'ai découvert ainsi, donc dans les meilleurs conditions.


Détesté ? Mais pourquoi tant de haine ? Tu as déjà dû t'exprimer sur naveton, j'irai voir cela. J'avoue avoir un gros faible pour TCM : the beginning, pour le coup largement adepte du gore
gratuit (alors que la saga n'avait jamais cédé à la facilité), mais curieusement, cet abaissement du critère d'exigence donne un vrai film d'exploitation sauvage, dont j'ai apprécié la
surenchère. Un gros truc de consommateur de glauque, mais une générosité rare dans l'horreur. Quant au truc, il n'existe pas (bon sang, on est presque au niveau de massacre à la tronçonneuse
4)...



duncan 20/07/2011 18:41


Transformer Leatherface en travelos?
Pourquoi pas,surtout que la scène de maquillage du 1er coupé au montage etait vachement troublante,mais bon,faut pas que ça devienne caricatural.
Toujours pas vu le 2eme,putain Chop Top!


voracinephile 21/07/2011 09:31



Ce TCM 4, c'est un remake du premier (encore un), mais les personnages sont outrancièrement mal joués, et le trash est régulièrement anihilé par l'apparition d'un comique qui bousille toute forme
d'ambiance. Dans TCM 2, Leatherface est drôle, mais ça reste quand même vachement malsain, alors qu'ici on a plus cette ambiance glauque et poisseuse. Conclusion : ce n'est plus un massacre à la
tronçonneuse. Mieux vaut s'intéressr aux deux premiers et à la rigueur au troisième.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche