Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 12:27

minuscule-pre-affiche2-va-l.jpg

 

Minuscule est une série pour très jeunes enfants (à partir de 3 ans), que j’ai découvert cette année un peu par hasard (en faisant des recherches sur l’excellent jeu pour enfant Botanicula). Au postulat technologique simple (des personnages numériques incrustés dans des décors réels) s’ajoutait un aspect « fable » extrêmement rafraîchissant, et un univers propice à laisser voguer son imagination, en retrouvant toute la jubilation d’imaginer le monde par les yeux des insectes. Après une première saison de bonne qualité, arrivait la deuxième, moins inspirée, reprenant finalement la formule à succès sans la faire évoluer davantage. Le passage au long métrage marque donc une nouvelle étape, puisque le scénario ne pouvait plus se contenter du format d’une dizaine de minutes utilisé par la série. Le résultat de ce passage est plutôt réussi, sans surprise et ponctué de quelques fautes de goût, mais à la hauteur des attentes.

L’histoire : une jeune coccinelle, séparée de sa famille et ayant perdu sa capacité de voler, se lie d’amitié avec une troupe de fourmis rapportant avec elles une boîte remplie de sucre, excitant la convoitise des Fourmis rouges.

 

Photo-du-film-MINUSCULE-LA-VALLEE-DES-FOURMIS-PERDUES.jpg

 

Sur l’esthétique, ce Minuscule d’une heure et demie a bien réussi à recycler son esthétique déjà dévoilée dans la série, et cherche même à embellir ses plans (un très gros travail sur les gros plans et sur la lumière naturelle a été faite pour rendre au mieux les lieux parcourus par les insectes, à leur échelle). En terme de voyage initiatique graphique, l’esthétique de Minuscule est une réussite. On peut également pointer qu’un certain effort sur le charisme des personnages a été fait, dans la présentation très mélo de la coccinelle (ça met toujours la larme à l’œil, le petit nenfant abandonné qui rampe sous la pluie en cherchant ses parents) et dans celle des fourmis noires, qui se révèle un équipage soudé et compétant pour l’aventure promise. La première moitié du film se déroule donc comme un espèce de film d’aventure où nos héros ont le trésor et doivent le rapporter avec eux, tout en le préservant des nombreux dangers qui les entourent. Un classique plutôt sympathiquement adapté (le passage dans la rivière), qui offre une jolie aventure pas très innovante, mais charmante. Ce qui nous mène alors aux points négatifs du film. Déjà, entre nous, je ne supporte pas les gags scatos à base de prout qu’on ressort aux marmots qui se mettent à glousser, donc constater que Minuscule s’abaisse par moments à ce niveau est agaçant. Enfin, Minuscule est sur un remake des Deux tours. Oui, le second opus du seigneur des anneaux. Sans doute que les moins de 6 ans n’y verront que du feu, mais voir un tel pompage, glissé mine de rien parce que c’est un film pour enfant, on ne va pas dire que c’est bien honnête. Dans le genre pompage, c’est qu’on a des plans calqués sur le film de Jackson (les déplacements de l’armée des fourmis rouges, le siège du gouffre de Elm de la fourmilière…), sans qu’il n’y ait plus beaucoup de surprise pour le spectateur adulte. On rajoute à cela un rythme plutôt mou, sans grande surprise. En fait, c’est plutôt l’état d’esprit de Minuscule qui lui permet d’emporter finalement le morceau. Cette glorification d’un quotidien insignifiant qu’on ignore (où un pique nique oublié devient une source de richesse inestimable que tout le monde se met à convoiter), qui filme des tas d’insectes tout mignons avec une empathie ingénue, c’est ce qui fait la fraîcheur et finalement la sympathie du monde créé par la série. S’ajoute à cela un souci technique plutôt bien négocié, et un film qui, sans inventer la poudre, parvient à faire quelques étincelles. On peut supporter quelques scories infantiles le temps de profiter d’un coucher de soleil avec nos insectes émerveillés.

 

3,8/6


2013
de Thomas Szabo, Hélène Giraud

 

minuscules-9.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

titi70 13/03/2014 15:44

Il n'y a pas de mal, tout le monde peut se tromper.

arnaud291 10/03/2014 15:04

Je ne parlais pas de Minuscule que je n'ai pas vu, mais, de La Grande Aventure Lego.

voracinephile 12/03/2014 10:53



Méprise de ma part, je te présente mes excuses.



arnaud291 08/03/2014 14:32

@ Xelloss

J'ai plus de trente ans, et pour tout te dire, je suis ressortit de la salle en ayant l'impression d'ètre trop vieux pour ces conneries. le film ne m'a jamais fait rire, ni sourire, je me suis
juste ennuyé. l'option parodie est bien vu, mais, on est loin des ZAZ. Pour les références, elles sont amené avec une telle lourdeur que c'est difficile de ne pas les voir. perso, je classe ce film
entre Les Schtroumpfs et les Chimpmunks, vu qu'on est au méme niveau dans l'humour.

voracinephile 08/03/2014 16:16



Je te trouve dur Arnaud... Dans la catégorie films pour enfants, Les schtroumpfs (que j'ai vu au ciné) et les Chimpmunks sont des navets commerciaux et sans la moindre âme. Minuscule, il y au
moins cet émerveillement pour le quotidien invisible, une beauté graphique de tous les plans, et surtout, le caractère muet nous épargne un gros lot de beauferie et de lourdeurs. Certes, les gags
sont d'un bas niveau et manquent de finesse, mais il y a matière à un peu s'émerveiller. On ne se tape pas de l'électro avec des insectes qui dansent...



Xelloss 05/03/2014 16:35

Nom de Zeus, Lego une daube ?
Quel âge as tu ?
(attention, ce n'est pas une question de troll ;) )

A mes yeux, les moins de 25~30 ans ne pourront pas (et ce n'est absolument pas de leur faute) apprécier ce film à sa juste valeur car n'ayant jamais manipulé les petites briques...

Les jeux tentent de recréer la construction/déconstruction mais le fun de pouvoir réaliser des choses réalistes ou tout à fait improbable pas ses petites mimines est quelque peu limitée avec un jeu
vidéo.
Il n'y à rien de plus jouissif que de regarder une réalisation qui prend le tiers de la pièce dans laquelle vous êtes en pensant à la tronche que va tirer votre mère/compagne/colloc'/etc quand elle
rentrera XD

Une version "numérique" qui donne un aperçu du niveau de débilométrie que l'on peut atteindre si l'on passe en mode "imagination débridée" est "TIM", The Incredible Machine
( http://www.youtube.com/watch?v=klfz7nPy5Vw )

Bref, le GROS problème de Légo est que c'est un film de Legoteur pour Legoteur... les D'Jeunz risquent de se faire chier quelque chose de concret (à en vider la réserve de Moltonel XD )
Le style Stop Motion va aussi en perdre une partie en route.

Une chose est sûre, c'est un film à ne pas aller voir si l'on est fatigué car vous passerez à coup sûr à côté des nombreuses références et jeux de mots..

titi70 05/03/2014 15:47

Je l'ai raté également et j'éspère pouvoir le voir à sa sortie DVD. J'apprecie beaucoup la série qui est vraiment bien faite. Quant je pense que j'ai vu la grosse daube chiante Lego, j'aurais mieux
faire de garder mes sous pour Minuscule.

voracinephile 05/03/2014 16:44



Ah, je note ton avis pour Lego, tu es le premier que je prends à en dire du mal... Minuscule te donnera de quoi sourire, on retrouve bien l'univers de la série. Beaucoup de repompage quand même
pour tenir la durée, mais la beauté visuelle est toujours là, et on ne s'ennuie jamais...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche