Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 06:49

http://www.hollyweb.org/affiche/1991/07/9825.jpg

 

Les adaptations de Stephen King abondent, mais peu ont été relativement faites à bon escient, dépendant beaucoup des objectifs de leur réalisateur. Et assez étonnamment, Rob Reiner est un de ceux qui s’en tirent le mieux dans les adaptations de deux romans de Stephen King : Misery et Dolores Claibornes, et cela avec des budgets modestes. Pour Misery, Rob mise sur des acteurs compétents et utilise le canada comme toile de fond pour ce thriller intimiste et malsain, en aseptisant toutefois la violence dont King pouvait faire preuve. A la découverte d’un bijou du genre !

L’histoire : Paul Sheldon, écrivain d’une série de livre, prends la route en ignorant qu’une tempête de neige se prépare. Il a un accident et est secouru par Annie Wilkes, ancienne infirmière, qui l’emmène chez elle et le soigne. Mais cette femme est aussi sa plus grande admiratrice, et réagit assez mal à la fin de son dernier roman.

 

G6247_860489200.jpg


Tout d’abord, on notera le duo d’acteur qui crève l’écran : James Caan/Kathy Bathes, qui remplit plutôt bien le film. Si l’interprétation de Paul est parfois un peu trop classique (aucune folie dans le personnage), Annie Wilkes est tout simplement mémorable, et continuera de nous hanter bien après la fin du film, faisant véritablement éclater le potentiel d’actrice monstrueux de Kathy Bathes (vraiment une des actrices les plus douées que j’ai pu voir dans ma vie). Graduant sa folie avec ce qu’il faut de retenue et d’impulsivité, c’est un dragon femelle particulièrement effrayant, le film étant plutôt fidèle au matériau d’origine, à la fois sur le tableau du thriller et de la psychologie. En effet, Annie Wilkes a une vision de l’œuvre de son auteur, et elle entend bien continuer à la voir dans ses prochaines productions. Ainsi, en le forçant d’abord à détruire son dernier manuscrit non publié et à reprendre une saga qu’il a finit par détester, Annie fait effectuer une cure de style et d’inspiration à son auteur, en le forçant à relever un challenge plutôt ambitieux dont l’enjeu est sa pure survie. Il doit donner le meilleur de lui-même pour espérer avoir une chance de s’en tirer. Sur ce postulat simple, que King exploitait à merveille, Rob parvient assez bien à en retirer l’esprit pervers, l’épilogue du film apportant la conclusion attendue à cette histoire tragique, mais pas gratuite car laissant des traces indéniables à l’auteur. Mais si le film développe un sous-texte sur le lien fan-auteur et sur l’auteur et sa création, il reste avant tout un thriller très bien construit qui joue sur l’isolation de l’individu (incapable de se déplacer seul ou avec peine) et la folie peu à peu découverte (la séquence du livre de souvenirs). Cependant, le film fait attention à toujours rester modeste, et évite de s’aventurer dans les excès gores que se permettait King. Au lieu de l’amputer d’un pied à la hache et de cautériser au chalumeau, Paul verra ses chevilles broyées à la masse (scène tout de même impressionnante), et le flic simplement abattu au fusil là où il passait sous la tondeuse à gazon. Cependant, l’intensité graphique n’en est pas gâchée. Le film reste parfaitement fonctionnel en l’état, et peut ainsi élargir son public en limitant ses débordements de violence. Ainsi, même si l’acte final reste particulièrement violent, le jouissif qui s’en dégage renforcé par la tension du récit rend le spectacle vraiment stimulant, déclenchant souvent des réactions explicites chez le public en face de l’évènement. Simple, efficace et concis, Misery est une petite merveille d’adaptation et un thriller parfaitement exécuté qui a valu à Kathy quelques prix d’interprétation féminine. Elle valait au moins ça ! Une date dans mon initiation cinématographique.

 

5/6

 

de Rob Reiner
avec James Caan, Kathy Bates

 

http://hfr-rehost.net/http://static.guim.co.uk/sys-images/Film/Pix/pictures/2009/7/29/1248880678922/Kathy-Bates-in-Misery-199-001.jpg

"C'est pour ton bien, Paul... A la une, à la deux..."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leatherface 23/10/2011 18:27


Ah celui-là ce fut une sacrée claque quand je l'ai vu ! As-tu aussi regardé Dolores Claiborne ?


voracinephile 23/10/2011 19:04



Vu Dolores Claibornes (je dois l'avoir chroniqué parmi les drames). Le film m'a révélé Kathy Bates, que je considère toujours comme une excellente actrice. Misery doit être LE thriller qui m'a
marqué pendant ma période Stephen King, et comme je l'ai découvert pendant mes premières années dinitiation cinématographique, il reste une grosse référence pour moi. Un sacré moment de tension,
magnifiquement servi par un duo d'acteur adéquat.



Ze Ring 26/07/2011 18:32


Un excellent film! Vu très jeune, et j'en garde toujours un très bon souvenir, je dirai également que Stand by me, de Reiner, est également une tuerie!
P.S. : La première scène de mon scénar est en ligne sur mon blog ;)


voracinephile 27/07/2011 09:57



Je vais aller lire ça au plus vite ! Et sinon, ces adaptations par Rob Reiner sont de vraies réussites !



varlin 26/07/2011 15:50


Excellent film,avec une Kathy Bates remarquable.Elle nous enchantera aussi dans Dolores Claibornne (que je préfère à celui-ci) dont tu nous donneras ton avis.


voracinephile 26/07/2011 16:39



Aha, tu préfères Dolores ? Je vais essayer de soigner ma critique lorsque je me le chroniquerai !



2flicsamiami 26/07/2011 11:55


Film proprement hallucinant sur la puissance des mots (et des histoires) sur l'existence des lecteurs. Kathy Bates est monstrueuse.
Après, je pense que la retenu graphique que tu souligne par rapport au roman est peut-être du à la volonté du réalisateur de rendre le film réaliste et ne pas verser dans une certaine bouffonnerie
(comme la fin de Fargo, que j'adore également).


voracinephile 26/07/2011 12:48



En effet, c'est hallucinant de voir ces processus d'identifications entre lecteur et création artistique. Une thématique pas si souvent traitée dans le registre du huis-clos, qui s'y prête à
merveille.


Pour la retenue du film, je pense qu'ils voulaient rester sobre certes par soucis de réalisme, mais aussi parce qu'ils préfèrent mettre en avant la thématique de l'auteur exploité par ses fans
que sur la folie d'Annie Wilkes. Cela dit, le final restitue parfaitement l'état d'ébullition dans lequel on se trouve en fin de film ! Pour Fargo, ce final gore m'avait aussi pas mal surpris, et
rentre tout à fait dans l'humour noir des frères cohen. Pour misery, je ne pense pas que ça aurait été le cas, le film restant plutôt dramatique malgré un usage bien dosé de l'ironie avec Paul.



Alice In Oliver 26/07/2011 10:20


très bon thriller porté par le sadisme de Kathy Bates, incroyable en maniaque schizophrène ! Dommage que le film se refuse à aller plus loin ds la boucherie, comme c'est le cas ds le roman.


voracinephile 26/07/2011 12:31



Oui, je vois que tu as lu aussi cet excellent roman, que je trouve être l'un des meilleurs des écrits du King (avec mon petit préféré Jessie). Joli numéro d'acteur, mise en scène efficace. Des
qualités qui reviendront dans l'excellent Dolores Claiborne, j'en reparlerai bientôt !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche