Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 14:01

Monsters.jpg

 

Cloverfield et District 9 ont montré que les extra terrestres filmés en mode found footage, ça faisait réaliste et donc plus immersif. Ces deux films ayant fait leur petit effet (surtout en ces temps de passion pour les caméras domestiques qui filment des portes qui claquent), d’autres projets viennent fleurir sur ce terrain, comme par exemple Monsters, qui nous promettait une zone au Mexique sillonnée par des créatures qu’un couple devait traverser pour rejoindre les Etats Units. Une belle balade qu’on s’imaginait spectaculaire, alors que toute cette façade n’était qu’un prétexte pour nous faire suivre le voyage d’un couple qui va peu à peu se former. Un film humain dans une situation intrigante, qui rajoute un peu plus au dépaysement.

L’histoire : Après le crash d’une sonde de la NASA dans la jungle mexicaine, les populations constatent dans les années qui suivent l’apparition de créatures gigantesque dans les environs de l’accident. Une zone de confinement est crée, où les extra terrestres sont sensés être contenus. Pour rejoindre les USA, un reporter et une fille qu’il est payé pour escorter tentent de traverser la zone.

 

Monsters-film-still.jpg

 

Un tel pitch m’a tout d’abord beaucoup fait penser à The Mist pour son atmosphère de dépaysement provoquée par l’apparition d’une faune non terrestre. Puis, quand le film se lance, on se rend compte assez vite que nous n’aurons pas de scène d’action au programme (en témoigne cette ouverture en caméra infra-rouge qui plante plus un contexte réaliste qu’une action lisible. Les personnages nous sont alors présentés. Nous avons le reporter, un homme parfois cynique sur son travail (son monologue sur la valeur des clichés catastrophe en dit long sur son travail, vu qu’il a l’air d’apprécier vraiment la photographie), qui veille sur une jeune femme, souhaitant rentrer aux USA mais victime des décisions des autorités qui ferment peu à peu les moyens de transports au fur et à mesure que la menace s’étend. Si les 20 premières minutes du film servent à nous planter les personnages et à les mettre le dos au mur suite à un vol de passeports, le reste du film est un excellent voyage, qui parvient intelligemment à insérer dans son récit de voyage au Mexique des détails qui viennent rappeler la présence des créatures, comme une présence constante de militaires ou d’hélicoptères observateurs, et plus rarement des créatures (la plupart du temps cachées, il n’y aura que le final magnifique pour nous en dévoiler quelques unes). C’est ce voyage étrange qui fait le film, qui retient l’attention du spectateur pendant une heure trente sans pour autant rechercher le spectaculaire dans un contexte qui s’y prêtait plutôt bien. C’est un détournement des codes du film de monstre plutôt rafraîchissant, puisqu’il permet d’épicer une love story réaliste se déroulant au cours d’un voyage aux limites de la légalité, qui va avoir pas mal d’influence sur la vie de nos protagonistes. La trame du film est claire, les acteurs impliqués, les effets spéciaux réussis… En bref ce petit film a tout pour lui, pour peu qu’on lui accorde le droit de privilégier les sentiments de ses protagonistes au spectaculaire des grosses créatures. Vraiment frais, comme formule, et c’est le premier film d’un réalisateur qu’il faudra peut être surveiller.

 

4.9/6

 

2010
de Gareth Edwards (II)
avec Whitney Able, Scoot McNairy

 

http://www.filmsfix.com/wp-content/uploads/2010/06/Monsters-Gareth-Edwards-Cannes-2010-petit-budget-realisateur-mexique-02-580x245.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 06/02/2012 09:26

un film de SF assez surprenant et réalisé avec les moyens du bord, l'ensemble ressemblant davantage à un survival amoureux.

voracinephile 06/02/2012 12:44



Oui, le budget du film est finalement très bas, 200 000 $, je crois... Après, je l'ai moins vu comme un survival (la tension est pour ainsi dire, assez faible, à part la scène en pirogue, la
scène dans le van et le final à la station service), mais plutôt comme un voyage en dehors des sentiers battus épicé par une faune étrange, et nous offrant des personnages attachants.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche