Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 18:02

Mothers-day

 

Ceux qui connaissent la Troma ne connaissent peut-être pas Mother’s day, un petit film de Charles Kaufman (le frère de Lloyd, qui a fait preuve de beaucoup de talents sur des projets comme L’invasion des profanateurs de sépulture et Quills) ou une famille de psychopathe trucidait n’importe qui pour faire plaisir à maman. Darren Lynn Bousman, qui s’est mis à dos toute une communauté de cinéphiles amateurs d’horreur (responsable des séquels Saw 2 à 4), avait jeté le doute avec Repo, the genetic opera (film condamné par son manque de budget, mais qui parvenait à faire un film de SF chanté, ce qui est assez ambitieux et inhabituel pour être souligné. Et avec le remake de Mother’s day, il parvient enfin à trouver le bon rythme, les bons cadrages… C’est tout simplement le Home Invasion le plus réussi depuis le remake de La dernière maison sur la gauche.

L’histoire : Alors qu’un couple organise une fête dans leur nouvelle maison, une famille débarque dans la place en croyant être chez eux.

 

http://images.icnetwork.co.uk/upl/nejournal/jun2011/0/3/do-not-reuse-pic-a-scene-from-the-film-mother-s-day-image-3-498086977.jpg


Le pitch n’est pas vraiment top, mais il est dur de résumer ce qui doit être l’un des meilleurs thrillers horrorifiques de ce début d’année. C’est bien simple : tous les interprètes de ce film sont brillants, et le rythme est impeccablement géré du début à la fin, nous immergeant au cœur de cette soirée qui vire en prise d’otages et en racket plus ou moins organisé. Première constatation, on s’intéresse autant aux bourreaux qu’aux victimes, ces dernières étant constamment partagées entre le doute et l’envie d’agir (ou de fuir). Quant à notre famille, les gosses sont des braqueurs dont le dernier coup a mal tourné, et qui pensaient retrouver leur mère en revenant à la maison familiale. Le hic, c’est que cette dernière a été saisie pendant la crise de l’immobilier, et qu’elle appartient maintenant à d’autres. Un contexte social qui humanise un peu nos malfaiteurs, car à côté de cela, on a fréquemment affaire à de vrais barjes qui n’hésitent pas à mettre leurs victimes en face de dilemmes cruels et sobres possédant ici un réel impact émotionnel (contrairement aux Saw qui misaient sur un renouvelement constant des tortures et sur du gore tape à l’œil). Méchant, Mother’s day l’est, pratiquement sans pitié avec tout son casting (si les victimes sont plus nombreuses et par conséquent prennent plus cher, les bourreaux sont loin d’être épargnés), ce qui permet d’entretenir continuellement la tension qui porte le récit (même si, on vous le dit tout de suite, la situation évolue surtout avec la mort du premier bourreau). Quant aux mères en question, nous aurons affaire à la mère de famille type institutrice autoritaire (elle a élevée ses enfants seule et les a toujours tenus à l’écart du monde extérieur) qui maitrisera la situation pendant une bonne partie du film (mais qui cède quand même devant les souhaits de son cadet), et la nouvelle maîtresse de maison, mariée mais dont l’unique enfant est mort dans un accident de voiture. Il s’agit donc de confronter deux figures maternelles assez opposées, mais finalement loin d’être vierges de tout défaut. Complètement amoral dans son récit, Mother’s day s’assume comme un thriller plutôt méchant et à la conclusion finalement logique vu le traitement réservé aux personnages (on évitera de spoiler le dénouement). Enervé, particulièrement efficace et nous offrant une palette de personnages aux réactions diverses (pour le coup, chacun est crédible), Mother’s day est un excellent remake, qui redore vite fait le nom de son réalisateur et qui pourrait bien se retrouver quelque part sur un Top 2012.

 

5/6

 

2010
de Darren Lynn Bousman
avec Deborah Ann Woll, Jaime King

 

http://www.scifi-universe.com/upload/galeries/images_film/22099/motehrday_2010img6.jpg

Brutal !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zogarok 13/08/2013 02:14

Vu ce week-end. Je lui mettrais plutôt 3/6, mais le conseille. Après Repo! et même les premières suites de Saw, Bousman a manifestement un style, un univers à lui, avec lequel il manque encore de
recul pour bien le maîtriser - ça s'applique dans son cas, ce n'est pas une généralité absolue. Evidemment, le personnage de DeMornay est génial - je vois que tu ne le cite pas tellement.

Et puis cette fameuse image... qui a été une référence, presque la source, de plusieurs petits débats ^^

voracinephile 13/08/2013 19:08



Ah, tu reviens enfin sur ce magnifique maquillage d'explosage au fusil à pompe... Il faut dire que le film l'exploite tellement mal qu'il fallait un peu lui rendre justice ici... Sur la saga Saw,
je crois que je vais m'en donner à coeur joie. Boucherie, charcuterie, traiteur et livraison... Bousman a du potentiel et des idées, il manque juste de libertés. Il faut que je vois les makings
of des Saw, car à ce qu'il paraît, à partir du 4, les studios mettent vraiment la pression sur les réalisateurs, ce qui aboutit aux formatages visibles aujourd'hui dans les bacs. La saga Saw et
son rythme infernal dévoile assez bien cette mécanique industrielle de production... Encore faut-il s'épargner les featurettes commerciales habituellement tournées où tout le monde te dit que
celui là va être meilleur que le précédent.


De Mornay a un bon rôle, mais c'est moins son personnage que toutes les interactions entre les personnages qui m'ont intéressé. Il y a une mécanique dans Mother's day plus subtile que prévu, et
les rythme, finalement, ne baisse pas en intensité. Et l'amoralité de l'ensemble garantit finalement de vrais rebondissements et un thrillers qui parvient à surprendre. Question home invasion, je
n'en espérais pas tant...



Leatherface 20/01/2012 23:46

Dis-donc la dernière image... un peu excessif pour soigner le mal de tête non ? ^^

voracinephile 21/01/2012 20:21



Mauvaise idée de prendre un mentos après une rasade de coca ^^. C'est la grosse séquense gore du film, servie par des effets convaincants (mais Maniac reste toujours impressionnant dans le
genre).



alice in oliver 20/01/2012 23:06

Darren Lynn Bousman en passe de devenir un bon réal ? Et ben...

voracinephile 20/01/2012 23:40



Un peu comme Uwe Boll en somme... Sauf qu'il marque ici un bon coup d'essai !



alice in oliver 20/01/2012 20:42

Darren Lynn Bousman qui réalise un bon film ? Remarque, l'article sur mad movies était vraiment convaincant

voracinephile 20/01/2012 21:24



Un putain de gros thriller, qui m'a fait un choc aussi bon que Red State (même si les thématiques sont bien sûr très différentes). Vraiment, j'ai été surpris, d'autant plus que le film n'est pas
mal torché (c'est beaucoup mieux foutu que n'importe quel épisode des saw) et que le suspense reste toujours bien tendu. Rebecca de Mornay s'en sort bien mieux ici que dans La main sur le
berceau.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche