Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 06:37

http://ed2ktorrent.free.fr/upload/Films/slugs-mutations-22920921.jpeg

 

Juan Piquer Simon a fait pas mal de choses pendant sa carrière. Du slasher gore (le sadique à la tronçonneuse) au film de bestiole (Slugs) en passant par l’aventure grand public (le moyen les diables de la mer), il n’a pas souvent eu accès à de gros budgets, mais il s’est toujours attelé à ses projets avec un sérieux qui mérite un certain respect. Ainsi, Mutations (slugs) est une petite série B dans le ton de beaucoup de projets qu’on a pu voir, mais Juan fait bien les choses, qui plus est avec un sérieux admirable. Petite remise en mémoire de ce film méconnu.

L’histoire : dans une petite ville, on répertorie de plus en plus de morts et de disparitions, aussi bien d’animaux que de personnes isolées. Parallèlement, on relève plusieurs problèmes de canalisations bouchées dans les égouts. Mike Brady, agent des services sanitaires, se rend alors compte que ces évènements sont liés à des limaces anormalement développée et devenues carnivores.

 

http://img.over-blog.com/444x250/2/26/70/65/Films/Slugs/Slugs-7.jpg


Face à un pitch pareil, difficile de garder son sérieux avant d’avoir vu le film. « Tu la sens, ma grosse limace carnivore ? Il va nous foutre des accélérés de gastéropodes et des sauts de limaces au milieu, et je sens d’ailleurs qu’on va pas les voir souvent. A la rigueur, ça pourrait faire un navet sympathique… ». C’était moi avant le film. Et bien pas du tout. Pour peu qu’on soit sensible au charme de la série B (à savoir se farcir 15 minutes d’introduction avec des personnages un peu quelconques, mais pas déplaisants, tolérer le rythme frustrant qui veut que personne ne fasse rien avant d’être sûr à 100%...), Mutations est un divertissement largement à la hauteur, déjà original dans son pitch (le coup des limaces, on ne le fait pas souvent). On remerciera d’ailleurs Juan Piquer Simon, qui investit une partie du fric du tournage dans un élevage de limaces noires impressionnantes, réellement grosses et crédibles. Et il n’y en a pas qu’une trentaine. Madame, il y en a des milliers. Juan devait déverser des bacs entiers de limaces avant de tourner ses prises, parce qu’il y en a vraiment partout (ce qui rend la menace assez omni-présente). Deuxième bon point : les limaces se déplacent normalement (peut être un poil plus vite que la moyenne, mais guère plus). Elles ne s’attaquent donc qu’à des personnes immobiles où enfermées dans des pièces. Et les limaces, on les voit. Lors des attaques, elles envahissent carrément tout l’appart, sortant silencieusement des canalisations sans crier gare. Les victimes glissent dessus, s’en prennent du plafond, et ces saloperies ne lâchent pas une fois accrochées. Le script s’amuse d’ailleurs avec leur constitution, rendant leur bave mortelle, et les décrivant comme porteuses de parasites sanguins mortels eux aussi (un inconscient en ayant boulotté dans sa salade en fera les frais). Niveau gore, le film joue assez la carte de la générosité. C’est bien simple, on dirait que les effets spéciaux ont été réalisés par l’équipe de Fulci, tant ils s’intègrent bien dans l’ambiance bis du projet. On regrettera juste ce plan où une limace mord le doigt du héros, un peu abusé. Le dernier acte, jouissif, se payera le luxe de nous offrir encore quelques rebondissements et quelques morts avant le grand nettoyage (avec ce qu'il faut de bancal, les héros utilisant un produit brûlant au contact de l'humidité... dans les égouts). Vraiment, beaucoup d’ingrédients savoureux du bis sont là avec les limaces mutantes. On aura d’ailleurs droit à pas mal d’invasions de domiciles qui étendront la menace à toute la ville. Côté acteur, ils jouent assez sobrement pour un tel projet, et on évite les cabotinages qui tirent d’habitudes ces films vers le bas plus qu’ils ne les servent (ce qui n’est pas le cas d’Horribilis). En bref, un film totalement sérieux, avec quelques saillies gores bien senties, dont l’efficacité, bien qu'inégale, n’est pas à remettre en cause. Plutôt amusant.

 

4/6

 

de Juan Piquer Simon
avec Michael Garfield, Kim Terry

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 29/06/2011 22:28


oui c'est clair: une belle preuve de mauvais goût !


voracinephile 30/06/2011 07:37



Oh moins, on sait tout de suite qu'on est dans de la pure exploitation, ce qui confère une nouvelle aura jouissive au projet. Il faut voir la présentation grindhouse en début de film, ça crée un
premier sentiment de satisfaction.



Alice In Oliver 29/06/2011 18:35


y'a mieux, c'est vrai !


voracinephile 29/06/2011 20:35



Mais voir une intro avec des satanistes la bistouquette à l'air en pleine nature sur un drapeau nazi étalé par terre, ça pose tout de suite l'ambiance...



Alice In Oliver 29/06/2011 12:35


d'ailleurs, va falloir aussi que je revoie I drink your blood


voracinephile 29/06/2011 13:18



Oui, c'est un bon petit morceau ça aussi, bien que je n'ai pas été entièrement convaincu de sa suprématie aux dires de ses fans.



Alice In Oliver 29/06/2011 10:50


de la bonne série B comme je les aime. Par contre, en relisant ta chronique, je me rends compte que je ne m'en souviens plus bcp.


voracinephile 29/06/2011 11:59



Oui, j'avais oublié moi aussi pas mal de tetites choses, comme ces parasites sanguins. Des petites surprises de ci de là, qui devraient ravir les bisseux. En tout cas, ce film m'a donné envie de
revoir I drink your blood, je pense qu'on le retrouvera bientôt sur mon blog.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche