Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 18:07

nymph__span.jpg

 

Après l’horriblement frustrante non sortie de la partie II du sulfureux Nymphomaniac (qui sera, on l’espère, délivré en une seule partie non censurée), est venu enfin le temps du rattrapage. Si cette seconde partie est moins provocante formellement (on s’est habitué à la structure du premier, et le nombre de coït y baisse drastiquement), c’est dans le fond que cette opus dérange, et pas avec le dos de la cuillère. Au programme aujourd’hui : le culte des noirs à grosse bite, la pédophilie et le sadomasochisme. Lars, merci d’avoir tout donné !

L’histoire : Joe, fraîchement devenue frigide, tente d’abord de compenser sa frustration par la vie de famille, qu’elle délaisse peu à peu en prenant rendez vous chez un bourreau fétichiste aux règles particulières…

 

nymphomaniac-2.jpg

 

Après un premier opus brillant dans sa sensibilité (et clairement pompeux dans ses effets intellectualisant la sexualité, amusant car le film détruit ces parenthèses par une simple remarque bien sèche de Joe, un régal), cette seconde partie reprend sans rappel pour suivre la plongée de Joe dans la frustration d’avoir l’appétit sans le goût. Si les petites anecdotes cocasses (le coup des cuillères) et la relation avec son amour retrouvé (Jérôme) compensent (avec l’arrivée d’un bébé mis au monde par césarienne histoire de lui refuser l’accès au « sanctuaire »), l’absence de réaction, au fil du temps, pousse Joe à rechercher des sensations de plus en plus fortes. Arrive alors le cliché de l’étalon noir, au cours d’une scène absolument provoc où Joe, ayant réclamée les services de deux frères, se retrouvent dans une conversation digne de querelle de marché, avec des noirs qui parlent presque comme les terroristes de Team America avec monstrueux pénis en érection se faisant face. On retrouve bien là une piste déjà explorée par notre danois dans Manderlay (mon cru préféré de sa filmo, pour rappel), qui au cliché typiquement européen du mâle noir bien membré, ose rajouter son utilisation du mot « nègre », en y allant de sa petite réflexion sur le poids historique du mot qui a été banni par la société, usé ici pour désigner le cliché que recherchait Joe afin d’assouvir ses fantasmes. Sacré Lars, la moitié de la salle te déteste déjà…


Passé cette séquence de frustration étrange, le film s’attaque au sadomasochisme violent, puisque Joe se met ici aussi service d’un inconnu (dont nous ignorerons tout, si ce n’est les services qu’il rend dans les locaux glauques où il opère). Commence alors la thérapie par la douleur, où Joe cherche l’extase à la fois par ses nerfs mis à vif (acquérant une sensibilité comme jamais elle n’en avait douté) et peut expier sa nature qu’elle perçoit comme viciée. Mais ces séances l’éloignent du domicile, où son enfant restait à sa surveillance. Et d’un coup arrive sans prévenir la scène identique à l’ouverture de Antichrist. Salaud de Lars, tu vas oser nous la faire ? Ce tour de cochon est d’autant plus génial que Antichrist et Nymphomaniac se mettent en résonnance, apportant un nouvel angle de lecture au scandale cannois de l’époque et connectant finalement ses films, dans un univers où la morale ne semble exister que selon l’état d’esprit des personnages qui l’habitent. L’humiliation et la déchéance, Nymphomaniac les exploite à fond, réduisant autant que possible les digressions de Seligman et s’axant sur le parcours de Joe, transitant par les nymphomanes anonymes. L’histoire avance sans cesse, passant d’étape en étape, avec des postures qui s’adaptent plus à la situation traversée qu’à un message global. Nymphomaniac n’est pas un film cohérent sur la longueur, il ressent avec profondeur les situations qu’il traverse et prend une posture incarnée par un choix de l’héroïne, souvent le plus polémique possible (avec parfois la dose de jubilatoire qu’il faut : voir sa sortie du groupe de nymphomanes).


Arrive enfin le gros morceau du film (avec le final hautement déprimant) : la pédophilie. Inutile de chercher la cohérence, Joe devient une employée de gangster dont le but est de faire craquer des payeurs récalcitrants. L’anecdote en vient alors à raconter à un riche client un fantasme bien innocent comme il faut : celui du petit blondinet du jardin public voulant jouer avec lui. Le film balance la bombe incendiaire : louer les pédophiles qui ne passent pas à l’acte, osant reconnaître l’aphrodisiaque UNIVERSEL suscité par l’innocence, et généralisant largement cette pulsion dans la société. Seul un faible pourcentage passe à l’acte et fait effectivement du mal, les autres se contentent de garder l’indicible pour eux. La plus grosse claque morale possible est lâchée (et Lars ose placer « démocratie » et « hypocrisie » dans une même phrase : panard absolu en terme de provocation justifiée). Assumant son parallèle entre le mal causé par la pédophilie et la nymphomanie quand ils sont réalisés, on sent que Lars a abordé quelque chose de gros, avec un des tabous les plus indicibles de notre société (qui oserait en parler, sous peine de passer pour un défenseur des pédophiles, et par extension pour un pédophile car on n’est pas à un raccourci près), et l’avoir exposé sous un angle délicieusement subversif.


La fin se révèle être une bonne claque morale, détruisant une dernière fois les repères du spectateur avec le personnage de Seligman, qui encore au début de cette seconde partie de sa nature asexuée et qui finalement retrouve son appétit alors qu’une femme blessée commence à lui faire confiance. Une séquence monstrueuse moralement, dernier coup dans la gueule  du spectateur, ancrant définitivement la sexualité comme la pulsion la plus puissante dans l’esprit humain. Un traumatisme pour la morale, et une victoire pour Freud. Un choix qui finalement brouille encore une fois la notion de bien et de mal, laissant le spectateur sans d’autres repères que les siens et ceux des personnages (qui évoluent selon le temps). Œuvre intense, plus sulfureuse dans le fond que dans la forme (moins de nudité, pas mal d’érection), Nymphomaniac est bien une œuvre à l’image de son réalisateur, que la volonté de provoc prétentieuse amène à s’interroger sur des sujets passionnants pour l’intellect. La pure œuvre de masochiste du cerveau.

 

5/6


2013
de Lars von Trier
avec Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgård

 

805249-charlotte-gainsbourg-jamie-bell-nymphomaniac.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 25/03/2014 20:31

En même temps c'est uniquement pour le festival donc cela apparaissait comme une avant-première. C'est d'ailleurs que Shia LaBeouf nous a merveilleusement cité Cantona avant son trip "i'm not
famous".

voracinephile 29/03/2014 15:28



^^ Le Shia a considérablement amélioré son image ces dernières années. Et on peut même dire que son jeu d'acteur s'améliore. Prendre des risques, ça paye !



2flicsamiami 25/03/2014 12:53

Une critique qui confirme le désintérêt total que j'éprouve pour cette production.

voracinephile 25/03/2014 22:53



Le style débonnaire de la chronique accouplé à la provoc gratinée du film ne plaira pas à tout le monde (j'avoue avoir lu des impressions peu flatteuses sur le film en question). Toutefois, les
thématiques qu'il soulève peuvent prêter à polémique. Les tares du cinéma de Lars von Trier sont évidentes ici, je respecte ton avis de ne pas y prêter attention.



borat8 24/03/2014 18:10

Elle a été diffusé à Berlin de toutes manières donc logiquement lorsque le film sortira en DVD, il y aura probablement la version longue.

voracinephile 24/03/2014 23:36



Ah, ils ont eu de la chance en outre-rhin... Comme quoi on fait confiance au public là bas ! Parfait, nous attendrons.



Vince12 24/03/2014 14:45

Surtout que par rapport à ce que tu dis dans ta critique j’adhère immédiatement au débat du film.

voracinephile 24/03/2014 22:26



Je n'ai pas été très précis sur la première controverse à propos du mot nègre, Von Trier fait directement écho à ses propos à Cannes, et balance que la société interdit l'usage de certains mots,
quand bien même leur signification était justifiée dans le cadre où ils étaient employés. Vraiment, il y a de belles questions qui méritent une discussion fournie.



Vince12 24/03/2014 14:42

Ah tu as enfin vu cette seconde partie. Il faudra que je découvre pour ma part.J'ai toujours un problème de rythme avec ses films mais c'est quand même rassurant d'avoir qui ne se plie pas aux
conventions et aborde des sujets "interdits" avec leur vision personnelle quitte à ce que ça déplaise à certains.

voracinephile 24/03/2014 22:18



Question rythme, j'espère que le contenu parviendra à te faire surmonter ce handicap (car ça ne s'arrange pas dans ses films, le débit y est toujours régulier). Nymphomaniac est un joli brulôt
sociétal, assez centré au niveau de la ceinture, mais qui se révèle magistral à plusieurs reprises...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche