Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:55

offspringposter.jpg

 

Un film sauvage aujourd’hui, et un cas intéressant car tout le monde a découvert sa suite en lui reconnaissant les qualités qu’elle mérite avant d’avoir vu ce premier film, initiateur d’une saga plongeant à fond dans la sauvagerie glauque. Il s’agit d’Offspring, adaptation d’un roman de Jack Ketchum, dont la suite s’intitulera The Woman (film qui aura d’ailleurs de bien plus grandes ambitions sociologiques). Offspring ne va pas chercher si loin dans la lutte de sexe, en fait, il est surtout à ce jour le meilleur rip-off de la Colline a des yeux (l’original). Il en assume le kitsch avec un sens de la frontalité immédiatement asséné, qui donne au final un curieux résultat.

L’histoire : dans une petite ville côtière des Etats Units, une série de meurtres d’une sauvagerie rare se déroule depuis des années, sans que les autorités parviennent à en déterminer la cause. Ces agissements sont l’œuvre d’une famille de cannibales, vivant en autarcie depuis plusieurs générations.

 

vlcsnap-00012.jpg

 

Les spoilers du synopsis n’en sont pas, nous avons droit dans les 10 premières minutes à un massacre dans les règles d’une famille entière, débités sous nos yeux par des cannibales en haillons et peinturlurés de boue, équipés d’outils émoussés visiblement volés chez l’habitant. C’est en fait cet étrange mélange, cheap et réaliste, qui fait la spécificité d’Offspring, et en fait le meilleur héritier de La colline… de Craven. Il n’a pas de budget, et met en scène d’une façon réaliste et frontale (à l'instar de Aja qui rendait chaque apparition des cannibales impressionnante) ses mangeurs d’hommes, humains retournés à leurs instincts primaires et vivant en meute organisée, pillant de temps à autres les maisons isolées histoire de se remplir la pense un bon coup. Oui, la première confrontation avec les cannibales est proche du ridicule, tant le décalage entre la modernité et notre meute contraste. Mais une fois la pilule avalée, l’histoire devient prenante et surtout, malgré son absence de gros enjeux, les détails qu’elle s’obstine à souligner portent leurs fruits. Si les présentations des adultes lambda que nous allons suivre échouent à impliquer (seul le gamin et l’enfoiré de service en décapotable attirent notre attention), celle de la meute et de ses différents membres (on y reconnaîtra la femelle de The Woman, déjà figure d’autorité et de sauvagerie redoutable) intéresse vraiment, l’organisation hiérarchique tribale posant déjà les relations entre ces êtres de pure survie. Le reste de l’histoire se contente, comme prévu, de suivre les confrontations entre tous ces personnages, dont l’issue semble peu certaine… La facture de film extrême passe ici surtout par des maquillages gores assez crades, et par le déchaînement de violence qui touche tout le monde (les enfants sont loin d’être épargnés, dans les deux camps). Avec ces deux qualités, le film joue simplement sur la survie des différents protagonistes, en suivant simplement les mouvements humains, en captant quelques sentiments ça et là, dilués dans la violence sèche. Les films de cette trempe sont rares, et si Offspring assume la débauche de sa violence, son efficacité implique le spectateur, en l’entraînant sur un terrain qu’on redécouvre (oubliez les détours mortels et autres légumes du genre…). En note de fond, nous avons ponctuellement quelques lourds constats sociologiques (l’enfoiré notoire se tire toujours des situations en laissant les autres prendre à sa place (le sort qui lui est réservé rappelle l’issue du remake de La nuit des morts vivants), ce sens du sacrifice pour sauver l’enfant…) qui viennent apporter un peu de matière pour les débats de fin de projection, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est la plongée totale dans la survie qui fait la force d’un petit film comme Offspring. Après, les acteurs pas toujours terribles et quelques faiblesses ça et là (une certaine redondance au bout de la première heure) contiennent Offspring dans sa facture de petit film d’horreur méconnu (en terme de réflexion, il n’atteint pas le quart de The Woman), mais il plante d’honnêtes bases, et la fraîcheur avec laquelle il s’attaque au genre (un absurde réaliste) lui donnent toutes ses chances pour une découverte chez soi, mais en VO (le film n’a pas encore été édité en France).

 

4/6

 

2009

de Andrew van den Houten

avec Jessica Butler, Kelly Carey, Holter Graham

 

m0618moviedenied1jpgjpg-49381552c4f29232_large.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

princécranoir 27/02/2014 10:24

Marci James pour cet avis très éclairant sur ce film qui avait attiré mon attention après avoir vu "The woman". Je vais peut-être me laisser tenter si je le trouve à petit prix.

voracinephile 27/02/2014 17:11



Da rien, prince ^^ Je t'informe par contre qu'il n'est pas encore édité en France. Si tu veux l'acheter, ce sera donc le dvd anglais (ou américain, mais ils sont en zone 1). J'ai vu le film en VO
non sous titre, ça n'handicape en rien la compréhension, le résultat est prenant une fois le kitsch des cannibales digéré...



Vince12 26/02/2014 09:04

Connaît pas mais l'ambiance a l'air intéressante en tout cas.

voracinephile 26/02/2014 20:17



C'est vraiment un film méchant. Après, c'est fauché et pas forcément bien joué, mais le résultat est estimable. Pas vraiment de subversion ici, mais une horreur assez vicérale qui fonctionne
bien.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche