Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 20:48

orphyr_affiche.jpg

 

Orphyr est un court métrage d'une bonne longueur (16 minutes au compteur, générique inclus), et qui a pour ambition de se lancer dans le récit merveilleux. Citant The dark Crystal ou Legend, Jonathan Degrelle s’attaque à son œuvre sous l’angle du classicisme, et réussit finalement plutôt bien à tirer son épingle du jeu délicat (vu l’étroitesse du budget, réussit à illustrer le fantastique était un sujet délicat).
L’histoire : Orphyr, paysan naïf, un brin soiffard, mais à bon fond, fait preuve de sa générosité à la Dame Verte, qui lui remet un âne pouvant résoudre tous ses problèmes d’argent, à condition de connaître la formule appropriée.

 

vlcsnap-445014.png


Immédiatement, l’ingénuité du conte enfantin est posée, et sera continue pendant l’ensemble du film. C’est un pur retour aux récits de l’enfance, à la fois dans la simplicité du ton, dans la naïveté du personnage principal (mais moins dans les situations abordées) et dans l’intervention pure et simple du fantastique. C’est immédiatement la facture visuelle de l’ensemble du filme qui séduit, ce dernier se révélant beau, doté d’une élégante photographie et d’effets spéciaux numériques qui évitent autant que possible le too much. Du travail à l’ancienne, même si nous sommes éloignés du kitch foisonnant d’un Legend. Mais sans s’égarer dans des comparaisons excessives (les budgets ne sont pas les mêmes, ni les ambitions), le résultat tient clairement du bon, et le soin du travail accomplis se note dans les décors, les cadrages et dans le magnifique éclairage de l’ensemble du film. Parti comme on l’était, on s’attendait à un message sur l’avarice, c’est finalement un pamphlet sur l’envie que le conte délivre, par l’intermédiaire d’un couple d’aubergistes peu scrupuleux qui préfèrent détrousser Orphyr en substituant à son âne magique un autre tout à fait banal, avant d’avoir pu comprendre comment utiliser la poule aux œufs d’or. Pour les amateurs de récit ingénus, le film est un régal, qui ne veut jamais céder à la noirceur même quand celle-ci transparaît (le départ de la femme d’Orphyr). Même lors d’une séquence de vengeance, il se refuse à filmer une quelconque forme de violence, préférant se concentrer sur un plan cartoonesque avant d’enchaîner sur le mot de la fin. Concrètement, le récit est limpide, la mise en scène épurée, fignolée avec soin, et possédant un respect évident pour le fantastique. Les acteurs se révèlent gentiment convaincants dans leurs rôles, et s’amusent à retrouver les personnages qui ont peuplé leur enfance. A l’exercice délicat du conte filmé sur lequel il est facile de se casser les dents (Le petite Poucet), Orphyr se révèle somme toute convaincant, et tire de son format réduit la force d’aller à l’essentiel, sans digression inutile. Un travail méritant.
 
4,5/6

 

2013

de Jonathan Degrelle

 

vlcsnap-444370.png

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 23/04/2013 09:18

Volontiers. Je suis toujours friand de ce genre de découvertes.

voracinephile 23/04/2013 19:49



Je prendrai le temps de t'envoyer cela par message personnel



princécranoir 22/04/2013 10:49

Il m'a l'air intéressant ce petit film. Je note le coup de main de Corinne Masiero, décidément incontournable depuis quelques temps.

voracinephile 22/04/2013 22:48



Une petite récréation fantastique amusante, qui pour le coup saisit avec un certain charme l'ingénuité des contes de notre enfance... Une initiative à encourager en tout cas. Si tu ne parviens
pas le voir, je pourrais te communiquer l'adresse mail du réalisateur.



borat8 21/04/2013 14:02

Je repasserais pour dire mon avis de toutes manières.

alice in oliver 21/04/2013 11:28

content que tu aies apprécié ce court métrage qui mérite tous les encouragements

voracinephile 21/04/2013 13:39



Effectivement, j'encourage moi aussi l'initiative. Espérons que le prochain travail de Grenelle sera aussi réussi, et plus ambitieux...



borat8 21/04/2013 00:21

Je vais le voir pendant les vacances, son réalisateur m'ayant laissé le lien. Avec le bac blanc, je n'ai pas eu le temps mais je vais regarder.

voracinephile 21/04/2013 10:52



^^ C'est gentil à Jonathan d'avoir pensé à nous... Je pense que tu apprécieras, c'est un petit conte sans prise de tête, un divertissement à l'ancienne qui parvient à atteindre ses objectifs sans
se forcer.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche