Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:42

paperhouse.jpg

 

Les films fantastiques faisant intervenir des enfants prennent un gros risque. Trouver le subtil équilibre entre le merveilleux et le comportement du gamin est un exercice délicat, pouvant donner le meilleur (Max et les maximonstres) comme le pire (l’Histoire sans fin II). Cependant, certains films parviennent à réaliser des portraits à la fois réalistes et prenants, tout en cherchant à créer un univers simple, au dehors de la réalité. A ce jeu, Paperhouse se révèle être une découverte inespérée.

L’histoire : Une petite fille capricieuse, vivant chez une nourrice pendant que ses parents sont séparés, fuit une réalité dure pour se réfugier dans un monde minimaliste, dont elle dessine les bases sur du papier…

 

vlcsnap-2011-02-18-13h25m13s10.jpg

 

Excellente surprise que voilà ! Paperhouse frappe immédiatement très fort en faisant preuve d’une remarquable acuité dans sa perception de la logique infantile. Collant de près à son héroïne pendant son cours, Paperhouse montre des enfants rapporteurs, hypocrites, menteurs. Mais avec toujours cette touche d’ingénuité et ce désir de plaire aux adultes qui règlent leur vie. Paperhouse n’a pas une vision péjorative des enfants, mais il saisit remarquablement les stratagèmes dont ils usent pour rallier les adultes à leur cause, ou parvenir à leurs fins. Mimant un évanouissement, l’héroïne avoue aller particulièrement bien à sa nourrice sur le chemin du retour de l’école, et quand cette dernière décide de l’y ramener, notre gamine boude en prenant pour prétexte le fait que sa nourrice ne s’inquiète plus pour elle. C’est si mignon, les enfants ! Et ce genre de détails significatifs de la psychologie infantile, Paperhouse en déborde. Des points forts qui doivent beaucoup à la performance des acteurs, unilatéralement bons, quelque soit leur âge. On aura lors d’une autre séquence, un camarade de jeu qui pour faire une mauvaise blague à notre gamine, lui lance une orange alors qu’elle est en équilibre dans un arbre. Une situation banale, mais le film saisit bien l’infime plaisir de la mauvaise blague assumée. Le fantastique n’est pas particulièrement revendiqué ici, le film utilisant des codes très oniriques pour le mettre en scène (souvent, c’est en dormant que la petite retourne dans cet univers, constitué d’une plaine et d’une maison solitaire). Au fur et à mesure que notre enfant dessine l’intérieur et plusieurs personnages, ce dernier s’élargit, et permet à notre petite fille de s’exprimer sur ce qu’elle vit. Clouée au lit par une fièvre, le dessin devient un refuge, peu à peu attaqué par des cauchemars qui renouent avec la peur d’un Nightmare on Elm Street. Avec des effets spéciaux excellents et un certain respect de codes fantastiques (les objets dessinés ne peuvent plus être modifiés, ceux qui sont incomplets le demeurent ad vitam eternam), Paperhouse crée un univers intéressant, et parvient surtout à capter une enfance particulièrement réaliste, emplie de sentiments et d’énergie, pas toujours utilisée à bon escient (l’ingratitude donne parfois envie de coller des gifles, les caprices aussi). Une découverte étonnante, pour le coup vraiment attachante.

 

5/6


1988
de Bernard Rose
avec Charlotte Burke, Jane Bertish

 

paper-house-accroche_043208.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 22/12/2013 17:07

Pourtant le film semble avoir une sacré aura, cf les articles passionnés que j'avais lu dans les deux magazines précités.

voracinephile 24/12/2013 15:03



A en juger par son prix, il est estimé. Maintenant, je ne trouve pas qu'il ait l'étoffe d'un grand film. Mais en tout cas c'est un travail honnête avec d'intéressantes idées et de bons acteurs



borat8 20/12/2013 21:01

Ce film a une énorme réputation et Mad Movies et Cinémateaser en avaient parlé à sa sortie DVD avec une fièvre incroyable. Le sujet m'intéresse en tous cas et au vue de sa réputation je pense que
je peux y aller tranquille.

voracinephile 21/12/2013 21:59



Je ne connaissais pas la réputation du film, mais il ressort souvent dans des listes de films fantastiques méconnus. C'est moins fantastique que ce que j'imaginais, mais on a là un Nightmare n
elm street pour enfants tout à fait valable. Surtout qu'au niveau des acteurs, tout le monde assure.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche