Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 10:52

http://1.bp.blogspot.com/-WgMeAaPczb0/UHLYZMzJaRI/AAAAAAAAAKk/uQPEoUFoRtY/s1600/parents+1989.jpg

 

Parents est un film américain sorti en 1989, soit l’année de ma naissance (yep !). Un film d’horreur qui s’apparenterait principalement à une comédie vu son cadre très années 50 (banlieue colorée à la Edward aux mains d’argent, société de consommation opulente, soirées barbecue ou dîners grillades…), mais qui développe des éléments malsains, dérangeants, qui culminent jusque dans un final des plus glaçants. Une véritable redécouverte !

L’histoire : Une famille s’installe dans leur nouvelle maison : un pavillon de banlieue d’une petite ville des Etats Units. Mais leur enfant, Michael, ne manifeste aucun enthousiasme, et montre rapidement des signes de violence refoulée…

 

http://cinemaslasher.files.wordpress.com/2012/04/parents.jpg

 

Vraiment, excellente surprise qu’est Parents, puisqu’à aucun moment, on ne peut se douter dans quel genre d’histoire on s’embarque. Si l’introduction développe tous les clichés des années 50 pour notre plus grand plaisir nostalgique (les parents se mettent à danser dans leur nouvelle maison, la mère fait un gâteau au sucre dans sa nouvelle cuisine entièrement aménagée, le premier barbecue est allumé…), l’abattement visible sur le visage du gamin sape rapidement les modestes espoirs de voir un beau film arriver. Car si l’absence évidente d’enthousiasme de Michael casse l’image de banlieue proprette, elle est régulièrement brisée par des passages oniriques particulièrement glauques. Michael se jette sur son lit, PAF ! il s’enfonce dans une mer de sang bouillonnant qui n’a rien à envier à Shining ! On lui demande de faire un dessin de sa famille ? PAF ! Il nous ruine son crayon rouge à dessiner des hectolitres de sang souillant les vêtements de 2 ogres… Quelque chose ne va pas avec Michael, c’est évident. Rapidement, il semble y avoir conflit avec ses parents, sans qu’il puisse en expliquer les raisons. Au fur et à mesure que le film avance, il commence à les espionner, avec l’aide de sa camarade de classe (s’étant taillé une réputation sinistre avec sa gueule de revenant), sans parvenir vraiment à quelque chose de concluant, mais toujours en étant harcelé par ses visions terrifiantes. Toutefois, alors que le film avance, on pourra noter l’évidente fascination que les parents entretiennent pour la bonne chaire… Jusqu’à ce que la belle peinture des années 50 s’écaille et laisse entrevoir la monstruosité. Le film s’amuse sérieusement à égratigner le cliché serein de cette époque d’opulence en basculant d’un coup dans un glauque inattendu, aussi brutal que déstabilisant. Sans vouloir spoiler l’ultime révélation nous entrainant vers un dernier acte beaucoup moins sage (il va y avoir quelques morts), on peut dire qu’on arrive dans une catégorie du genre horrorifique qui a rarement reçu un traitement aussi original et respectueux du spectateur. Largement capable de provoquer le malaise encore de nos jours, Parents est une angoisse de mort, une sorte de Coraline malsain qui n’hésite pas à filmer la violence quand elle peut décupler l’impact de l’histoire, en restant toujours soucieux de son ambiance rétro. Une bisserie méconnue à découvrir vraiment de toute urgence…

 

4.8/6

 

1989
de Bob Balaban
avec Randy Quaid, Mary Beth Hurt

 

http://0.static.wix.com/media/afa3df_178c858ad6aa0ea07f98c6696513ccf3.jpg_1024

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

princécranoir 17/11/2012 15:45

En effet !

princécranoir 17/11/2012 12:22

Je n'avais jusqu'ici entendu parler de ces "parents" mais voilà que ton commentaire me met sacrément en appétit ! facilement trouvable cette denrée ?

voracinephile 17/11/2012 14:02



Je pense que tu aimeras, ces Parents cultivent l'ambigüité avec un sens aigu de la tension (et la fin délivre son quotas d'hémoglobine). Maintenant, ce film est très rare, je n'ai pas rouvé
d'édition française en DVD, et rien nous plus sur internet (à peine une seule copie sur Torrent, en VO). Une tragédie pour un film d'une telle qualité.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche