Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 10:05

aff.jpg

 

Photo obsession est un thriller relativement peu marquant du début des années 2000, dont la principale particularité est de mettre Robin Williams dans un rôle un peu désaxé qui contraste avec l’essentiel de sa filmographie, qui l’érige en optimiste infatigable et en motivateur de premier plan parfois rattrapé par la réalité. Avec Photo Obsession, il se lance dans le thriller psychologique, qui recycle intelligemment sa gentillesse naturelle en la prêtant à un personnage ambigu, qui hélas trébuche peu à peu sur son parcours…

L’histoire : Sy Parish est un développeur de photos sans histoire et sans vie affective. Dans l’ombre de sa chambre noire, il collectionne les photos d’une famille en particulier, pour laquelle il voue un véritable culte. Jusqu’à ce qu’il découvre que l’aventure qu’entretient le mari avec une femme des environs…

 

ph3.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Les bases du film sont tout simplement excellentes. A l’époque de la pellicule, quoi de plus commun que les officines proposant de développer les photos pour confectionner les fameux albums souvenirs. Pratique sur le déclin avec l’avènement du numérique, mais qui se révèle encore pleinement d’actualité pour les aficionados de la pellicule. En l’état, Photo Obsession est un film qui feint la psychopathie, cette dernière étant tout sauf spontanée. C’est même son problème d’ailleurs, car elle instaure une distance entre nous et le personnage principal, pourtant au cœur de l’intrigue, et dont les sentiments nous touchent. Mais difficile de dire pourquoi, le réalisateur voulait donner un penchant méchant à l’histoire, quitte à sauter beaucoup d’échelons dans la gradation de la violence, pour culminer face à un Robin Williams armé d’un couteau de chasse qui détruit finalement tout ce en quoi il croyait, dans une folie certes bien jouée (la performance de Williams est impeccable), mais clairement disproportionnée vue la carrure du personnage (déjà, vu son absence totale de recours à la violence, le couteau est une erreur impardonnable). Photo obsession, c’est donc une fin ratée, et quelques fautes de goûts formelles (nombreux décadrages, filtres de couleur pas très appropriés). Mais le contexte psychologique est finalement à l’égal d’un Willard, ou d’un Voyeur de Michael Powell. Beaucoup pourraient citer Hitchcock dans cette approche très psychologique du quotidien, et l’approche très tranche de vie du métier de développeur photo. Les profils des différents clients (dont les pornographes amateurs, traités avec la même bienveillance et soucis de qualité que les jeunes mariés et leurs photos de bébés braillards), la technique de développement, le souci de qualité… Sy Parish nous fait l’éloge de son travail, pour ainsi dire sa raison de vivre. Car la vie de Sy est bien vide en dehors du boulot. Employé dans un supermarché où le chiffre passe avant le soin, résident d’un appartement vide où la télé diffuse les Simpsons (connotés ici comme une parodie de la dégradation des liens familiaux), Sy n’a aucune récréation. Et comme support affectif, il a placé tous ses espoirs dans une famille banale, dont chaque rouleau de pellicule lui apporte une joie quotidienne. Les détails des fêtes d’anniversaire, les joies des voyages familiaux, le bonheur animant la maison… Chaque tirage illumine ses journées, et faisant régulièrement des copies, il collectionne dans son appartement les photos de cette famille modèle, qu’il n’a jamais pu avoir dans la vraie vie. Photo Obsession, c’est un film sur l’attachement naturel d’une personne seule à l’idéal qu’il n’aura jamais, et dont il se déclare l’observateur bienveillant, souhaitant apporter sa contribution à leur bonheur. Toutefois, le film n’approuve jamais son personnage principal (toujours cette distanciation avec l’ambiguité, alors que les sentiments sont limpides et les attentes purement affectives) dans son attachement, alors que celui-ci se révèle être purement désintéressé, et que les sentiments de Sy sont toujours mis en avant. Aussi, quand Sy découvre l’infidélité naissante (la maîtresse du père de famille apporte ses photos à développer), son univers vole en éclats, et sa détresse s’aggrave quand il est licencié pour avoir imprimé des doubles de photos par centaines. Commence alors le harcèlement moral de la mère, à laquelle il envoie les photos de l’infidélité, et qu’il commence à suivre lui-même pour guetter ses réactions. Utilisant pour seule arme un appareil photo, le film tenait jusqu’ici la route. Puis Sy s’empare d’un couteau, traque le mari juste sur le lit de l’adultère pour lui faire la morale… La distance a l’air d’atténuer la légitimité de l’attachement de Sy à la famille, mais en cherchant toujours à expliquer ses réactions, à croire qu’il ne se fait pas confiance dans l’exposition des sentiments (si on est seul, n’est-il pas normal de tout transposer sur un idéal, même banal ? Et sa disparition est-elle moins douloureuse ?). Des hésitations rageantes pour un film possédant un potentiel certain, que les erreurs limitent hélas à un simple thriller psy de modeste envergure.

 

3,6/6


2002
de Mark Romanek
avec Robin Williams, Connie Nielsen

Partager cet article

Repost 0

commentaires

chloe 22/06/2016 14:26

solution à tous vos problèmes
Je veux juste partager ma joie avec vous car j'ai trouvé enfin un MARABOUT honnête. Finir avec les problèmes dans vos familles et vivez maintenant en paix et en joie. Mon mari m'a quitté pour une autre et un autre problème que je ne pourrais dire publiquement , nombreux sont ceux que j’ai contacté qui malheureusement ne m’ont pas satisfait. Toujours dans ma recherche, j'ai retrouvé le sourire et grâce à un GRAND MAÎTRE MARABOUT très efficace et honnete . Je vous conseille tous , vous qui aviez des différents problèmes de ne plus vous tromper de personne car le vrai marabout est là. Je publie ce message parce que ce GRAND MAÎTRE MARABOUT m’a fait du bien que je ne pourrais jamais oublier. Alors je vous conseille sans arrière penser de le contacter vous qui aviez des problèmes sentimentaux ou sociaux . Son e-mail : abibmarabout@gmail.com

alice in oliver 12/12/2013 10:07

oui c'est finalement lui qui porte le thriller sur ses épaules

alice in oliver 10/12/2013 22:11

Robin Williams est plutôt convaincant dans le rôle du psychopathe, mais l'ensemble est beaucoup trop classique pour réellement retenir l'attention

voracinephile 11/12/2013 23:47



Complètement d'accord. Même si le côté classique ne m'a pas dérangé (l'approche psychologique, plutôt intime, est respectueuse des personnages), le film ne parvient pas à tenir sur la distance.
Bien dommage vu l'implication de Williams dans son rôle...



borat8 10/12/2013 21:18

Pas vu depuis son premier passage sur le câble, mais j'en ai un bon souvenir. Un thriller qui joue jusqu'au boutiste avec le voyeurisme, au point que le personnage principal en est venu à en faire
sa propre vie. Une obsession comme le traduit le titre français. Cette famille est devenue la sienne et voyant qu'il y a un problème, il en vient à essayer de la sauver de la pire des manières.
Williams signe une de ses meilleures prestations, une des plus mémorables selon moi.

voracinephile 11/12/2013 23:45



C'est effectivement une des meilleures prestations de Williams. D'ailleurs, je pense que Williams a davantage compris son personnage que le réalisateur, la personnalité qu'il lui donne pendant la
première heure est admirable, c'est exactement sous cet angle que le personnage se devait d'être vu (et son déchirement sentimental suffisait à intéresser). Mais non, le script se gâche peu à
peu, jusqu'à un final moralisateur assez gênant. Vraiment dommage, on tenait là un potentiel petit chef d'oeuvre psychologique... Content que tu en gardes un bon souvenir. Le film a un très bon
fond, hélas, l'enchaînement des évènements est de plus en plus laborieux au fil de l'histoire...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche