Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 13:39

qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-affiche-52e13866da5d1.jpg

 

Quoi, vous n’avez pas encore vu « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? » ? Mais secouez-vous, c’est la comédie de l’année ! Avec un casting carrément français et un sujet de comédie aussi peu traité que le brassage des cultures avec un doigt de communautarisme et une tonne de clichés, on ne pouvait que se réjouir d’un tel navet en perspective. J’y suis allé un peu en traînant les pieds, et pour ainsi dire, j’aurais aimé être l’avis dissident devant les excellentes critiques presses et publiques qui lui donnent le vent en poupe. Et voilà que je suis bien emmerdé, car si la beauferie transpire par tous les pores de cet objet… on rigole.

L’histoire : la famille Verneuil, catholique tradi, voit ses filles se marier respectivement avec un arabe, un juif et un chinois. Ces unions mettent le climat familial à rude épreuve, mais la dernière de la famille annonce bientôt la bonne nouvelle : elle compte se marier avec un catholique… noir.

 

qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-videos-52f90059ef672.jpg

 

Roh la la, je soupire devant un tel synopsis. C’est la grosse comédie française qui tâche, la vraie, celle qui fait la gloire de notre cinéma hexagonale et qui fait rire dans les chaumières, tout en se faisant se dire « mais au fond, comment je réagirais si j’étais dans cette situation ? ». La présence de Clavier n’est pas ici pour rien, c’est probablement le gros objet de divertissement national de l’année. Aussi traîne-t-il sa mine déconfite à chaque regard qu’il pose sur ses gendres, et que les remarques pointues fusent en s’appuyant sur les gros gros clichés des communautés. C’est à ce jeu que le film se révèle finalement drôle : il en accumule tellement, et les assène avec une telle gratuité (le chinois lèche-cul souriant, le juif qui répète « sa race ! »…) qu’on est sans arrêt dans une espèce de catch de celui qui aura le plus gros, le tout cohabitant finalement assez bien avec l’esprit complètement bon enfant et fraternel qui poussera, on le sait déjà, tout le monde à faire le gros câlin car c’est ça la France, la liberté, l’égalité et la FRATERNITE. La séquence de la Marseillaise, chantée par toutes ces communautés la main sur le cœur, est pourtant moins politique que prévue. J’aurais souhaité voir ce genre de scène sous un angle cynique, mais le contexte de navet franchouillard inoffensif parvient à la rendre drôle. Malgré son petit postulat polémique, lui aussi complètement inoffensif (en fait, toutes les communautés sont racistes les unes envers les autres), c’est constamment la bonne humeur et les gags clichés qui portent l’ambiance régressive de l’objet. Sans toutefois s’éviter quelques passages lourdingues (le prépuce bouffé par le chien, pour donner une idée du niveau où peut descendre le film, heureusement, le reste est quand même plus élevé). Mais voir Clavier qui coupe du bois pour se passer les nerfs, et surtout la famille africaine du futur époux qui se livre à du racisme anti-blanc complètement gratuit également, ça frôle le jubilatoire. La confrontation, attendue, est un régal de beauferie, un vrai plaisir coupable à elle seul, où chacun y va de sa mauvaise foi pour faire capoter le mariage. Mais autour d’un verre de calva et d’un steak frite, c’est les gloussements complices et les tapes dans le dos qui arrivent, et au final, dans la beauferie franchouillarde, on se rend compte que la vie est belle et que c’est pas si mal. Difficile de dire que j’ai aimé, mais impossible de nier que l’outrance ne m’a pas fait rire. Loin du niveau merdique d’un Les profs, les clichés à la chaîne finissent par payer, et on ne s’ennuie pas un instant. On peut en revanche déplorer l’usage de clichés énormes pour le façonnement du scénario. Nos tourtereaux ont beau tenter d’y insuffler des sentiments, le capotage du dernier moment et les rares tentatives sentimentales sont des échecs complets (mais on n’est pas vraiment surpris, on rigole de clichés, mais on en utilise d’autres pour être un peu sérieux). Et nous voilà en face d’un truc un peu inavouable, complètement lourd, mais qui retrouve l’humour gras de la sympathique comédie française. Foi de naveteur, malgré mon envie de le démolir, je lui trouve une sympathie inattendue, et puis, c'est une comédie qui fait rire...

 

2,9/6


2013
de Philippe de Chauveron
avec Christian Clavier, Chantal Lauby

 

02-bondieu-640.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jerome 13/04/2017 22:31

À mon avis, Philippe de Chauveron nous a concocté un long-métrage doté d’une excellente mise en scène. C’est une comédie française à voir en famille ou entre amis pour passer un bon moment de détente.

Xelloss Metallium 18/07/2014 11:21

Nom de Zeus, enfin une comédie Français qui va jusqu'au bout et s'assume complètement.

Il faut une seule chose pour bien apprécier cette oeuvre : ne pas être hermétique aux clichés en tout genres.
Le film repose sur les clichés !
La bande annonce (oui, je l'ai regardé une fois) nous promettait des clichés.
=> contrat tenu !

Et le film commence fort avec le logo UGC reprenant les trois logos des trois Grandes Religions Monothéistes.
Rien qu'avec ça, le film te poses ses couilles sur le front !

Par la suite, les clichés sont bien sentis et même la haine du père noir envers les Blanc fait écho au racisme du perso de Clavier.
Ces deux familles sont identiques et c'est bon.

Comme je le disais, j'ai adoré cette comédie car a aucun moment nous n'avons de passage tire-larme comme on aime à les faire dans l'Hexagone.

Le seule point qui fait tâche, et qui gâche un bon gag en devenir, est la soeur du perso black.
Les plans auraient mérité une bonne inversion chronologique ou alors, il aurait fallu supprimer ce perso dans les plans où elle apparait avant la séquence de l'hôtel-à-pute.
Le gag de la prostituée-black aurait été tellement plus fort et l'on aurai été plus du côté de la famille Clavier ;)
Mais là, non, on sait que c'est sa soeur et ça gâche le tout.

En attendant, je vais me faire une bonne Soupe au Choux et prier pour que les scénaristes et réal' Français nous pondent de bonnes comédies ;)

borat8 04/05/2014 20:23

Oh oui! L'autre jour j'ai vu un épisode peu avant de manger. Une histoire avec un vieux qui se faisait voler. Alors il soupçonnait le copain de sa petite-fille qui était d'origine modeste. Sa
petite-fille met des caméras cachées et voit que c'est la bonne qui volait. La bonne qui a déjà commencé à mettre son manteau prêt de la porte avant que la jeune ne vienne lui barrer le chemin.
Qu'est-ce que j'ai ri avec mon paternel!

voracinephile 12/05/2014 18:19



Ah la la... Moi, j'avais vu un épisode avec une élève de lycée qui tombe amoureuse de son prof particulier, et en fait la mère lui annonce qu'elle va se mettre en couple avec le prof. Trop
frustrant ! Je crois qu'ils sont régulèrement balancés sur youtube, un plaisir de naveteur.



borat8 30/04/2014 23:59

Et puis surtout ce spot amène des clichés vraiment débiles avant de se mettre les téléspectateurs dans la poche avec TF1 une télé qui vous ressemble. Elle t'emmerde la télé!lol

voracinephile 04/05/2014 13:57



Les clichés de toute façon, on les brise déjà dans Au nom de la vérité...



borat8 29/04/2014 23:14

Après encore une fois je trouve ce film franchement jouissif à la différence du dernier message de TF1 qui s'apparente réellement à de la propagande vulgaire. Si tu ne l'as pas vu essaye de la
trouver sur le net.

voracinephile 30/04/2014 21:25



Le dernier message de TF1 ? Oui, c'était à mourir de rire... Puant totalement que tu sens qu'on en a marre et qu'il faut rappeler à la populace que la télé, c'est bien.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche