Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 06:56

http://freddyforever.files.wordpress.com/2010/02/crazies_6.jpg

 

http://www.unificationfrance.com/IMG/jpg/Freddy_Les_griffes_de_la_nuit_Une_nouvelle_affiche_1.jpg

 

Soirée remake ! Jugeons des qualités de nos petits artisans actuels à s’inspirer fortement de chefs d’œuvres du septième art pour sortir de petits films, bien souvent vilipendés par les cinéphiles cultivés. Au programme ce soir : un pédophile aux ongles mal taillés (Freddy : les griffes de la nuit) et l’agent 47 qui se bat maintenant contre des contaminés (The crazies). C’est parti pour une soirée qui s’annonce mémorable !

 

http://www.cinereves.com/photos/the%20crazies%2033.JPG

 

The Crazies : Bon, et bien le constat n’est pas si mauvais que ça pour ce remake. Certes, l’histoire est beaucoup moins fine que celle de Romero, qui excellait à montrer la situation du point de vue des militaires, dont la démarche parfaitement logique glaçait au vu des conséquences sur les populations civiles. Ici, on ne s’intéresse à la situation que du point de vue des civils, choix logique pour toucher le public lambda, qu’on pourrait presque dire démagogique. Cependant, le rythme de l’histoire, sa logique (on découvre pour le coup beaucoup plus d’éléments que dans le film de Romero) et son budget lui permettent d’en mettre plein la vue et de réussir sur le plan du spectacle, chose que ne tentait jamais vraiment son prédécesseur (focalisé sur sa reconstitution logique). Si The Crazies contient quelques facilités (j’ai du mal à croire qu’un avion de cette taille se soit crashé dans une rivière aussi étroite), son intrigue est parfaitement fonctionnelles, et quelques séquences arrivent même à être impressionnantes (la séquence dans la laverie pour voiture, dans la morgue). L’ambiance est convaincante surtout après le débarquement des militaires, quand les civils commencent à être rassemblés, et que nos personnages principaux se perdent alors de vue. Les intrigues se multiplient et le suspense augmente, jusqu’à ce qu’ils parviennent à nouveau à se retrouver. Pour le reste, le film ne sort pas tellement des sentiers battus, et évoque la saveur d’un 28 semaines plus tard sans jamais en retrouver la pêche. Pour la contamination, l’ambiance n’est pas très paranoïaque sur le sujet, se contentant de vagues inquiétudes bien vite esquivées par nos héros afin de se concentrer sur leur survie. Vraiment dommage aussi pour le passage où l’on découvre (oh, surprise !) que l’un des membres du groupe est infecté, un fait qui ne fait aucune ambigüité là où Romero se montrait plus réservé et plus efficace sur le domaine. The Crazies a quand même le mérite d’avoir la fin qu’on voulait voir dans le Romero, mais a au passage considérablement simplifié son histoire, sacrifiant au passage une bonne partie du discours sur l’armée (qui n’est ici qu’une force aveugle dont les individus peuvent être influencés) à un spectacle parfois impressionnant, parfois maladroit (le couteau planté dans la main qui égorge un contaminé : pas peur du virus, celui là !). Un remake moyen donc, mais qui en l’état n’a pas salopé le boulot.

 

4/6

 

de Breck Eisner
avec Timothy Olyphant, Radha Mitchell

 

the-crazies-2010-16626-45202269.jpg

 

Freddy, les griffes de la nuit : Décevant, c’est bien le mot. Si le mythe de Freddy est abordé sous un nouvel angle, on constate rapidement que les quelques légères innovations qui sont insufflées dans ne film servent surtout à camoufler un scénario assez pantouflard, qui apparemment sans le vouloir bousille la carrure de boogeyman impitoyable qu’était Freddy. Il n’y a qu’à voir la scène d’introduction pour s’en convaincre : dans ce rêve, il n’y a aucune originalité, et d’ailleurs aucune ambiance glauque dans cette cuisine. Seul le nouveau petit geste de Freddy est sympathique, sinon, rien qui vienne vraiment nous impressionner. Et ne parlons pas de la première mise à mort, un petit égorgement au rabais qui a de quoi scandaliser avant même l’apparition du titre. Pour la suite, Freddy est montré comme un pédophile et plus comme un tueur d’enfant, ce qui n’arrange pas vraiment sa réputation, le faisant dès lors passer pour une tafiole qui fuit devant le mécontentement des parents alors qu’il était une sorte d’icône du Mal absolu dans l’original de Craven. Un coup dur à sa réputation, amplifié par toute une partie du scénario absolument aberrante, où les adolescents voient dans les apparitions de Freddy et dans ses meurtres sanglants des manifestations d’un innocent tué à tort par les parents… pour finalement découvrir que non, c’est bien un méchant qui les harcèle pour les buter. Une fois encore, Freddy parle trop, ce qui se rapproche plus des suites de Freddy que de l’original, d’autant plus qu’il jacte parfois à tort et à travers (alors que Nancy s’enfonce dans un parterre de sang, Freddy arrive et balance « Ah… Tes rêves te font mouiller… » Heu, quel rapport ?). Et il devient même gênant d'énumérer les procédés de peur utilisés tant ils ne lorgnent de vers le sursaut instantané et l'abscence d'ambiance. Cependant, techniquement, le film n’est pas si mal. La photographie est bien éclairée, l’action est assez lisible, les jeunes ne sont presque pas agaçants… A part la blondasse qui gueule dès que Freddy lui balance une réplique, et qui mourra dans la scène du fameux meurtre de la chambre, en faisant des cabrioles au plafond. Une scène considérablement aseptisé par rapport à l’original, qui étalait sur les murs des litres de sang. De meurtre énervé, on reviendra surtout l’éventrage du jeune suspect en prison, d’un impact modéré, mais palpable (au même titre que le dénouement atrocement numérique du film). On a également quelques petits détails qui auraient pu faire la sympathie du remake (les micro-sommeil, la persistance d’activité cérébrale après l’arrêt du cœur…), mais qui sont hélas mal gérées, balancées un peu au hasard dans le script sans réel traitement virtuose. En bref, c’était vraiment limite, on s’est ennuyé pendant 20 bonnes minutes, et à part numériser ses effets spéciaux, le film n’apporte rien au mythe de Freddy. On en retrouve certes un ton sérieux, mais la mise à mort de notre boogeyman aura de quoi frustrer le fan. Un remake vraiment, vraiment mineur de cette saga.

 

1.5/6

 

de Samuel Bayer
avec Jackie Earle Haley, Kyle Gallner

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/33/6/freddy-les-griffes-de-la-nuit-de-samuel-bayer-4206336gsyjv_1731.jpg?v=1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 04/07/2011 10:51


la version de Romero est un film fauché: franchement, les acteurs sont tellement mauvais que les séquences d'action ne sont guère crédibles. J'ai vraiment été déçu par ce film, d'autant plus qu'il
jouit d'une sacrée réputation.


voracinephile 04/07/2011 11:36



... Peut pas te contredire, le film est super fauché, ça se sent. Mais il s'accroche à son histoire avec un sérieux inébranlable, ce qui n'est pas banal, et qui honore plutôt les intentions du
film. Après pour le jeu des acteurs... Je vais tenter de le revoir pour me persuader, mais je n'ai pas de souvenir si mauvais que ça.



2flicsamiami 04/07/2011 10:42


Très bon remake de The Crazies, bien que, comme tu le dis, il se laisse aller dans les raccourcis (j'ai aussi tiqué pour l'avion, et également pour l'explosion à la fin).

Pour Freddy, ni vu l'original ni celui ci. Donc no comment sur ce sujet.


voracinephile 04/07/2011 11:26



Oui, ce final nucléaire est politiquement incorrect comme on le voulait, mais j'ai du mal à croire que le camion résiste aussi bien à l'onde de choc (et je ne parle pas du front de flamme, mais
ils ont le bénéfice du doute sur la distance avec le point d'impact). Mais comme on le dit, le rythme fonctionne bien mieux que chez Romero !



Leatherface 04/07/2011 09:58


Remake de The Crazies très sympathique et toujours pas vu le remake de Freddy (en même temps pas pressé du tout).


voracinephile 04/07/2011 10:46



C'est bien mieux comme ça, abstients toi pour Freddy. Le remake de The Crazies est sinon plutôt efficace, il est vrai.



Alice In Oliver 04/07/2011 09:35


et bien, pour une fois, je préfère le remake à l'original: je parle de the crazies ! Je l'ai déjà dit mais je trouve le film de Romero mal joué, mal foutu et ennuyeux.
Quant au remake de Freddy, aucun intérêt ! Rien de plus à dire !


voracinephile 04/07/2011 10:45



Oui, je me doutais que tu viendrais poster là dessus. Le remake est plus dynamique, certes. En revanche, qu'est-ce qui est mal foutu chez Romero ?



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche