Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 06:45

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/drame/sa_majeste_des_mouches,0.jpg

 

Il est des films qui sont de véritables monuments et dont on ne parle plus vraiment aujourd’hui. C’est par exemple le cas de Sa majesté des mouches, une petite merveille du cinéma d’aventure doublée d’une direction de jeunes acteurs exemplaire, que ne doit pas renier un certain Vinyan comme sous d’inspiration majeure. Une petit claque inattendue et magnifiquement filmée.

L’histoire : après le crash de leur avion sur une île déserte, des dizaines d’enfants fuyant la guerre se retrouvent sans adultes pour les diriger. Ils se retrouvent livrés à eux même et commencent à organiser leur survie.

 

3507-5-sa-majeste-des-mouches.jpg


L’efficacité de ce film n’est jamais remise en question, car à part un générique un peu faiblard, ce film est une excellente adaptation, parfaitement cohérente sur des thèmes autant psychologiques que sociologiques. Le générique visé, c’est le contexte historique de cette histoire, d’abord sur le vieux continent où les enfants sont bien encadrés. Puis vient leur départ en avion puis leur crash. C’est probablement cette partie qui est la plus bancale, car ce servant de photographies d’avions et de mouvements de caméra superflu pour dynamiser la scène. Le film n’ayant pas de budget pour organiser un crash, on les pardonne quand même, surtout quand on découvre la suite de l’histoire. En effet, dans ses débuts, ce film a tout pour enthousiasmé le public, en commençant comme un film d’aventure débrouillard où des mômes vont devoir survivre jusqu’à l’arrivée des secours. Les robinsons suisses en différent ! Il y a d’abord l’élection d’un chef, puis les différentes idées qui sont avancées sur la conduite à tenir. D’abord se situer géographiquement, puis faire un feu pour être repéré. Mais l’ambiance change peu à peu, des tensions étant clairement palpables entre   et    , le chef de la chorale présent dans l’avion. On assiste peu à peu à une bipolarisation du groupe, qui tend peu à peu à rejoindre le plus âgé des deux, dont les promesses sont assez alléchantes quand on est jeune : aventure, nourriture, jeux… Des tendances qui ramèneront peu à peu les gosses à un état de sauvagerie, la violence prenant peu à peu l’ascendant sur le bon sens (rester auprès du feu et l’alimenter pour être repérable). L’évolution des protagonistes est particulièrement bien dépeinte, les enfants étant bien caractérisés en première partie de film, et devenant méconnaissable sur la fin. Le film prend alors des allures de survival (j’ai un peu pensé aux Chasses du comte Zaroff) avec des enfants impitoyables comme tortionnaires, animé par cette même joie enfantine qui les a poussé dans l’aventure, et qui les a peu à peu ramené à des états primaires de sociabilité (d’abord un groupe, puis une bande de chasseurs, puis une meute). Si la violence n’est pas trop mise en valeur, elle reste néanmoins présente, en se montrant diablement efficace (la fin atroce de Piggy). Indéniablement subversif, ce film porte un message assez éloquent en son sein : l'Homme a naturellement tendance à recourrir à la violence et à être victime des superstitions. Ces enfants qui fuyaient la guerre, et qui logiquement devraient être sensibilisés contre cette situation, reproduisent les mêmes erreurs que le reste de l'humanité, d'abord en se divisant, puis en laissant la peur envahir leur esprit (la bête sauvage introuvable) et la violence établir les rapports sociaux. Ce film, c’est un condensé de ce qu’on a pu faire de mieux sur l’enfance, et une expérience psychologique formidable, certes romancée, mais jusqu’auboutiste dans son propos, et qui devrait marquer à jamais l’imaginaire du spectateur. C’est bien simple, en une seule vision, je sais déjà qu’il fera partie de mon top « enfants méchants » cinématographique. Une référence tout simplement indispensable.

 

6/6

 

de Peter Brook
avec James Aubrey, Tom Chapin

 

majestedesmouches.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 18/07/2011 18:37


tu m'étonnes !


nicos31 18/07/2011 11:24


Un film que j'aborderais très bientôt sur mon blog. Dernièrement j'ao abordé "L'Exorciste" et "Fletch".


voracinephile 18/07/2011 12:09



Je jetterai un coup d'oeil dès que possible. Malheureusement, j'ai d'énormes problèmes avec internet ces temps ci, les réseaux auxquels je me connectais bugguant sans arrêt.



Alice In Oliver 18/07/2011 10:09


c'est clair ! Je te conseille évidemment le roman de Golding.


voracinephile 18/07/2011 11:37



Que je n'avais pas lu étant plus jeune, mais que je vais me faire un plaisir de rattraper !



nicos31 17/07/2011 11:39


Un film vraiment bien construit.... l'intrigue, la mise en scène, l'interprétation,... tout y est parfait. Un grand moment de cinéma.


voracinephile 18/07/2011 08:41



Décidément, j'ai bien fait de tous vous écouter et de le prendre en dvd. Une belle petite perle du ciné en noir et blanc.



Alice In Oliver 13/07/2011 12:26


ouais, c'est quand même assez violent pr les gosses. Certes, pas de sang montré à l'écran, mais je trouve la violence psychologique plus éprouvante (souvent) que la violence physique.


voracinephile 18/07/2011 08:37



Ah, mais je suis entièrement d'accord avec toi ! Ce film, ce n'est pas à montrer aux enfants pendant leur plus jeune âge. Ils s'entretuent quand même ! C'est subversif comme pas permi, ce film
(presque autant que Dogville ou Manderlay).



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche