Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 07:08

http://movieodyssey.com/files/2009/04/f_saturn3postm_13ff698.jpg

 

Pour combler nos envies de SF, on est parfois amené à chercher très loin dans les introuvables, et on tombe parfois sur de petites surprises, comme le fût en son temps Saturn 3, misant sur Kirk Douglas comme héros principal. Si sa passerait facilement pour un sous-alien, le film se révèle être intéressant à plusieurs niveaux, et parvient au final à faire pencher la balance en sa faveur, malgré des ingrédients un peu éventés.

L’histoire : Benson, suite à son échec de sélection à une mission sur Saturn 3, tue son remplaçant et embarque à sa place, pour développer un robot devant relever Adam et Alex, deux savants développant des solutions aux problèmes de carences alimentaires terriennes.

 

http://www.cinemastrikesback.com/news/new%20dailies/Saturn3/saturnthree4-1024.jpg


Un point de départ plutôt minimaliste, le film se proposant de faire un huis clos de science fiction avec 3 personnes. Le casting est cependant convaincant, nous avons droit à Kirk le viking en personne, avec Harvey Keitel dans le rôle du méchant et Farrah Fawcett dans le rôle de la Walkyrie Alex qui va taper dans l’œil des deux hommes en présence. C’est ainsi que commence le film, et nous sommes donc face à un trio amoureux où les personnages sont voués à être frustré (surtout le méchant). Cependant, on sourit devant la naïveté des dialogues, où les bonnes vieilles méthodes ancestrales amoureuses ont clairement l’avantage sur les nouvelles mœurs, directement affichées comme des relations dépravées où c’est la jeunesse et la vigueur des participants qui doit entrer en première ligne de compte. Bref, les sentiments passeraient à la trappe, ce qui n’est pas l’avis d’Adam et Alex, qui comptent vivre pleinement leur relation épanoui. On sourit d’ailleurs en les voyants aux cours de leurs ébats, d’un classicisme qui ne dépareille pas avec leur discours (de langoureux et longs baisers dans le cou…). Si sur ce point le discours peut sembler naïf, le film part vite dans d’autres directions, pour notre plus grand bonheur. Car ce film ne compte pas faire la promotion des valeurs traditionnelles uniquement sur le plan amoureux ! Il a aussi un message sur l’intelligence artificielle. Et là, il ne se prive pas ! Si il assure ses arrières en faisant programmer son robot par transfert direct du cerveau malade du méchant, le film tient quand même à montrer les limites de la technologie sur des enjeux purement humains : les sentiments. Le robot nouvellement créé ne contient que des parcelles d’humanité. Malheureusement, c’est un tueur qui l’a programmé, et certaines de ses obsessions se sont retrouvées inscrites dans la machine. Si le méchant efface soigneusement toutes traces de son meurtre dans la mémoire du robot, il ne se rend pas compte que ce dernier a mémorisé son obsession pour le personnage d’Alex. Et là, on a donc le sous alien qui commence à se mettre en place, le robot apparaissant vite comme une menace à la force colossale et au tempérament imprévisible. Cependant, parler de sous alien est largement exagéré, les deux films étant sortis la même année. Les ambiances sont proches, les points communs nombreux, mais les canons du domaine n'étant pas encore établis, le film peut se vanter d'être une petite surprise niveau ambiance. C’est l’un des rares robots psychologiquement déviant que j’ai pu voir dans un film (le seul cas comparable étant Hardware), et il est sacrément bien mis en scène. Cette production prend en effet grand soin de sa machine, en représentant son robot à l’image d’un corps humain bardé de tuyau de plastiques se remplissant de liquides tels des fluides vitaux lui apportant sa puissance. Une mise en scène efficace doublée de décors impressionnants, qui apportent vraiment beaucoup au huis clos. Formellement, l’univers est fonctionnel, et la SF a vraiment du charme (à part les plans ratés de l’éclipse). On retiendra particulièrement le vaisseau du méchant traversant les anneaux d’astéroïdes de Saturne, un trucage rendu possible par la superposition de plusieurs liquides de différentes densité, et à chaque interface des cailloux de densité équivalentes… Bref, si les rebondissements sont un peu mous, les décors et l’ambiance réussie font de Saturn 3 une sympathique série B de SF, qui compense la modestie de ses ambitions par un univers intéressant. Un film de divertissement plutôt correct !

 

4/6

 

de Stanley Donen
avec Kirk Douglas, Farrah Fawcett

 

http://www.moviecatcher.net/images/saturn-31.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nicos31 15/07/2011 11:17


un film de s-f honnête ... j'ai bien aimé pour ma part.


voracinephile 18/07/2011 08:38



N'est ce pas ? Un sympathique divertissement hélas oublié par le cinéma d'aujourd'hui. Une alternative à Alien intéressante, je trouve (avec un Kirk Douglas inattendu sur un tel projet).



2flicsamiami 12/07/2011 07:28


Connais pas mais il à l'air fort intèréssant, notamment la relation entre les personnages et le robot que tu décris dans ton billet.


voracinephile 12/07/2011 08:43



^^ Enfin, cette relation bizarre qui lie le robot et les humains est un peu bancale aussi (la programmation à l'aide d'un cerveau malade peut justifier bien des choses), mais le film possède une
certaine qualité, et fait revivre les ambiances d'antan, donc on aime !



Alice In Oliver 11/07/2011 13:14


la galaxie de la terreur ! Quant à Inseminoid, oui, il est relativement ennuyeux.


Alice In Oliver 11/07/2011 12:24


Alien a éclipsé bcp de films, la plupart étant tout de même de gros nanars, à l'exception de quelques séries B, parfois surprenantes


voracinephile 11/07/2011 12:59



L'autre que tu nous avais conseillé, c'était La Galaxie de la peur, un truc du genre... Il était vraiment sympa, avec son bestiaire assez riche. En revanche, j'ai eu beaucoup de mal avec
Inséminoïd, que je considère encore comme une série B mal torchée... Un jugement sans doute un peu dur, mais je m'étais bien ennuyé !



Alice In Oliver 11/07/2011 11:25


ouais, pas mal ! Petit, le robot de Saturn 3 m'effrayait énormément Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, le film ayant subi le poids des années. Une série B de SF sympathique toutefois.


voracinephile 11/07/2011 12:09



Je ne l'ai pas vu étant jeune, mais clairement, c'était un film de SF sympathique avec même 2 séquences gores ! Le soin apporté aux décors et au robot contribue à en faire un film sympatoche dans
un parcours cinéphile, une alternative à Alien qui a été éclipsée par cette référence ultime.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche