Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 06:45

http://www.imagesetmots.fr/images/seul_contre_tous.jpg

 

Dernier long métrage de Gaspar Noé sur mon blog avant de m’attaquer à ses courts métrages : Seul contre tous. Si Enter the void était la baffe visuelle, et Irréversible la baffe métaphysique, Seul contre tous est la baffe psychologique. Une plongée totale, profonde dans le personnage principal qui nous est présenté. A noter que ce film est le prolongement de Carne, un moyen métrage sorti quelques années auparavant. Malgré une jaquette dvd collector agressive, rien ne pouvait préparer au choc que ce film allait produire.

L’histoire : un boucher se débat dans les entrailles de son pays pour survivre.

 

http://www.lereveil.ch/IMG/jpg/seul-contre-tous.jpg


Déjà, le film s’ouvre sur un résumé complet de la vie du boucher, brodant en quelques minutes un portrait ultra dynamique, réaliste et attachant du personnage, résumant son enfant, puis aussi le moyen métrage Carne par l’intermédiaire de photos bien choisies. Le rythme de l’histoire, c’est celui-ci. Il ne se passe pas forcément de grand évènements, mais ils s’enchaînent tous avec un tel rythme que nous n’avons jamais le temps de voir passer. Alors que pourtant, il y a des plans où il ne se passe vraiment rien. Philipe Nahon est par exemple accoudé à un bar pendant 5 minutes avant de boire son verre de rouge. Mais là, c’est la voix off qui fait l’incroyable boulot de nous laisser pendu à ses lèvres, suivant son raisonnement comme si nous étions dans le même bar que lui, accoudé au même comptoir, et que nous le suivions avec nos tripes. Car c’est bien de ça qu’il s’agit : c’est un film fait avec des tripes. Le boucher, c’est un peu nous dans certains côtés. Il représente divers penchants de la société, et il ressasse des pensées pessimistes à longueur de journée, et absolument sur tout. Que ça soit sur les politiciens de droite ou de gauche, les étrangers, les français, les gosses, les femmes, et l’humanité en général. Comme je m’amuse à le dire, c’est un film tellement dépressif qu’il en devient souvent drôle, la noirceur du ton des explications étant tellement plombante qu’il ne reste que le rire pour pouvoir évacuer autant d’angoisse qui nous sont tombé dessus d’un coup. Le discours de Seul contre Tous marche, mais surtout avec les personnes qui ont le dos au mur, et qui perdent totalement foi en l’humanité. La force, mais aussi la faiblesse de ce film, c’est son manichéisme primaire, instinctif, qui pousse l’individu à favoriser sa propre survie. Peu importe les prétextes qu’on s’invente, qu’on se trouve ou qu’on réclame, c’est toujours la même chose. Le film ne sort jamais de ses rails manichéens (les nombreux personnages dans la rue, qui ne font que renvoyer le boucher dans sa merde) et ne prend jamais la moindre distance avec son protagoniste, ce qui permet à Gaspar de se lancer dans des discours purement provoquant (la philosophie du boucher déballée devant un film porno, les opinions homophobes et xénophobes surexposées, et le dérapage lent vers l’inceste). Car c’est là-dessus que part le film. Il s’aventure sur le terrain du tabou sacro-saint, en s’intéressant au propos dangereux de briser la loi comme dernière solution pour sortir de sa vie frustrante et oublier toute la merde qui l’entoure. Une conclusion vraiment intéressante, qui joue double jeu (on a la fin morale (enfin… façon de parler) et immorale), et qui s’affiche comme un plaidoyer vibrant pour l’inceste en société. Violent, mais un peu en rupture de ton avec le reste du récit, la seule évocation du thème étant dans l’introduction et un court passage lors des gardes de nuits à l’hospice. Tout ça, c’est un brûlot sans concession balancé à la gueule de la société (qui finira par s'auto détruire, le personnage affichant quand même de sacrés traits de caractères qui le rendent vraiment associable). Tout n’est pas vrai, tout n’est pas faux (chacun fera son choix dans les idées évoquées par le boucher), mais tout sent l’authentique. Un film qui a des couilles et qui l’affirme haut et fort, en nous faisant voir un monde effrayant, désespérément réaliste, parfois ponctué de vrais moments d’éternité, où le bonheur et la joie peut ressurgir de façon inattendue… avant d’être remplacer à nouveau par de la noirceur ou par un désir individuel. Un film extrême, vibrant et passionnant, d’une facture technique pas encore assez murie, mais le style Noé est déjà là. Un film culte. Comme le dit Jean Pierre Jeunet « A chaque fois que je regarde ce filme, j’ai la pêche pendant toute la semaine. »

 

5.5/6

 

de Gaspar Noé
avec Philippe Nahon, Paule Abecassis

 

http://www.zoo-city.com/guillaume.nicloux/img/nicloux_seul_contre_tous_1.jpg
http://4.bp.blogspot.com/_HUKLFgErsV4/SwDwoAnZa4I/AAAAAAAAANw/VoZXUkqD5Gw/s1600/00868470-photo-seul-contre-tous.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 16/04/2012 10:11

Jeunet dit même 15 jours! Un film choc un vrai uppercut de Mike Tyson en pleine poire, rarement vu un film aussi subversif. Un chef d’œuvre.

voracinephile 16/04/2012 22:27



J'avais acheté le dvd comme ça, au hasard, pour sa couverture violente... Putain quel choc ! Je ne connaissais pas encore Noé à l'époque, mais le premier contact a été pour le moins violent.
Rarement vu un personnage aussi attachant que révoltant. Un film qui parle à son spectateur, et qui l'amènera jusqu'aux limites de ses résonnements... Phillipes Nahon, c'est là ton meilleur rôle
avec Haute tension !



Ze Ring 06/07/2011 17:14


Putain de chef d'oeuvre absolu.
Le film le plus subversif réalisé en France.


voracinephile 07/07/2011 08:54



Clair, net et précis. Le commentaire parfait.



Alice In Oliver 06/07/2011 11:48


ah oui, je suis d'accord: ds un cinéma français aseptisé, ce genre d'ofni fait du bien !


voracinephile 06/07/2011 13:27



Espérons que Noé nous sortira son prochain d'ici 7 ans maximum...



Alice In Oliver 06/07/2011 10:23


probablement le meilleur cru de Noé avec Irréversible. A voir absolument, tout du moins, pr celui qui y est préparé...


voracinephile 06/07/2011 11:18



Evidemment, je ne conseille pas vraiment de découvrir le film comme je l'ai découvert, à savoir par hasard et sans rien connaître de Gaspar Noé. Cependant, c'est un film méconnu qui reste
vraiment atypique dans le paysage cinématographique, et qui devrait être vu au moins une fois par tous, et seuls.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche