Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 19:38

affiche-copie-1.jpg

 

Shaolin soccer a été un relatif succès lors de sa sortie et a connu un excellent accueil critique de par le monde. Loué dans plusieurs festivals pour la qualité de ses effets spéciaux et les rebondissements astucieux de son scénario, il demeure toujours aujourd’hui une référence dans le domaine des fictions sportives, dont les qualités vieillissent comme un tonneau de picrate stocké derrière une chaudière au mazout. Un bon petit navet de derrière les fagots qui vous explose la rétine et le cervelet !

L’histoire : Tu fais du kung-fu ? T’as tout compris !

 

shaolin_soccer_big.jpg

 

Vraiment, depuis le temps qu’on me conseillait de jeter un œil à ce morceau de bravoure intégral, j’aurais dû écouter et me jeter dessus un petit gros sur des paquets de twix ! Shaolin soccer, c’est plus qu’un film, qu’un sport ou qu’un divertissement. C’est une école de vie. C’est une philosophie à part entière, une façon d’appréhender toute chose et d’y réagir en étant zen, mais ferme. Parce que le foot n’est qu’une faible démonstration, un exemple parmi tant d’autres de tout le potentiel du kung fu pour nous faciliter la vie. Le kung fu vous aide à garer rapidement votre voiture, il fout permet de tondre la pelouse, de cuisiner, de déplacer d’un coup de pied bien placer des centaines de kilos de matériel, de danser comme un dieu pour faire tomber la donzelle en pamoison… Le kung fu, c’est l’ami de l’homme, la technique la plus utile pour la civilisation depuis l’invention de la roue. Mais voilà, nos héros sont pauvres, et décident, pour retrouver leur gloire passée et humilier un méchant bonhomme qui drogue ses joueurs avec des produits américains et qui méprise ses congénères. Autant dire que Shaolin soccer voit les choses en grand, surtout quand il se lance dans les passages chantés. Bon sang, déjà qu’on sent des doublages calamiteux, voir les personnages pousser la chansonnette pour louer les bienfaits du kung fu et du foot, ça a des allures de what the fuck tellement géniaux qu’on en redemande. Et on croirait que le réalisateur entend nos appels, puisqu’il nous en redonne. Encore. Et encore. Et encore… Long d’une heure quarante-cinq dans sa version longue, Shaolin soccer est un beignet à la guimauve au piment d’un mètre de long. Un objet de destruction neuronique si puissant qu’il balaye immédiatement toutes les références déjà existantes dans le domaine du foot. Aux chiottes 3 zéros, aux vestiaires les Seigneurs, Shaolin soccer vous l’a tous mis profond, à grand coup de ballon enflammé et de gesticulations numérique à s’en décrocher la tête. C’est bien simple, pas vu un tel monument d’anthologie ! On se croirait dans Crazy kung fu, sauf que ce dernier, en plus du what the fuck, avait une direction artistique amusante et quelques références cinéphiles notables. Alors qu’ici, le mauvais goût du foot (la glorification des baskets Puma vaut son pesant de cacahouète, je vais aller m’en acheter de ce pas !) et la débilité intégrale du script et des enjeux est insupportable, sur toute sa longueur. La musique est à se crever les tympans (si les chansons des acteurs ne vous ont pas déjà explosé les oreilles), et chose curieuse, l’exposition prolongée au film fait tomber les cheveux, pour nous faire ressembler au Fabien Bartèz féminin du dernier match, anthologique à lui seul. C’est Rollerball chez les mongols, avec une surenchère si constante qu’on explose de rire à chaque nouvelle agression visuelle. Mine de rien, si les matchs de foot avaient cette gueule, on serait beaucoup à se remettre au sport. Exceptionnel !

 

 0/6 mais un 18/20 nanar bien mérité !


2001
de Stephen Chow
avec Stephen Chow, Zhao Wei (II)

 

shaolinsoccer1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Nanar (modeste)
commenter cet article

commentaires

Scion 15/03/2014 15:52

Ca fais longtemps que j'ai pas vu ce film. C'etait ( et c'est toujours) un sacré nanar, un nanar comique, et volontaire mais un nanar tout de même. Le film est peut etre moyen, pas bien ficelé et
les acteur pas trés credible, mais il faut avouer que pour l'epoque et pour le genre de film ( on va dire comique hein) ben les effet speciaux son pas mal quand même. Je veux dire dans un film sur
le foot , je m'attendais pas a voir des ballon en feu, des type faire des saut de 50m ect...

bon le truc qui m'avait gonfler et apparament je suis pas le seul, c'est les chanson genre comedie music a la sauce sauce curry des film Bollywood.

Petit truc je sais pas si vous avez remarquer la tenue du gardien et son apparence c'est exactement Bruce Lee dans " Le Jeu de la Mort "

voracinephile 20/03/2014 20:03



Je crois que personne n'était préparé pour le choc de la découverte. Le plus grave doit être les récompenses que le film a obtenu pour ses effets spéciaux d'une mocheté incroyable !


 


Les chansons... sont finalement dans le ton. J'ai été pris de fous rires pendant ces instants de portnawak discordant (la VF est une horreur, je la recommande en priorité).



Kapalsky 03/12/2013 11:49

Ah! P'tite réctification, je me suis trompé, la série de Jackie se nomme "Amrour of God"! Désolé, entre les traductions bizarres et les titres non-officiels, j'ai tendance à me perdre des fois!...

Kapalsky 02/12/2013 18:59

Critique très rigolote, meme si je n'aurais pas employé le mot "nanar" pour décrire le film...

La comédie chinoise populaire est tellement particulière, surtout en termes d'utilisation de slapstick et de jeux de mots intraduisibles, que le résultat sous nos contrées peut paraitre franchement
déstabilisant. J'ai apprécié le film très jeune, pour le Tex Avery en live-action qu'il est, sans grande prétention.

Si tu veux un vrai exemple de nanar chinois, je peux te recommander la série des "Mad Mission" ou la série des "Golden Armour", où le Jackie Chan des années 80 joue à Indiana Jones...

voracinephile 03/12/2013 10:44



Je justifie l'emploi du mot nanar par le postulat très improbable du film ainsi que ses effets spéciaux paticulièrement laids. Mais effectivement, j'ai noté qu'il y avait un débat à ce sujet, le
film assumant sa débilité profonde. Si le film se servait de son ridicule pour dire quelque chose, j'aurais dit "comédie", mais ce ridicule est tellement gratuit que finalement, il a rejoint le
club privé de mes plaisirs coupables ^^.


Golden armour ? Merci, j'attends de voir cela avec impatience !



Vince12 22/11/2013 20:36

Ha ha ! je te reconnais bien là ! il faut que je le vois celui là !

voracinephile 23/11/2013 00:35



Ah, ça faisait longtemps que je n'avais plus été moi même devant ce genre de perle ! Une pointure dans son genre ! Après, il y a matière à avoir un débat, car comme le souligne Borat, le film
cherche à faire rire de par son ridicule... Faut-il le considérer réussi pour autant ? Je réponds non, mais j'y ai pris plaisir !



borat8 21/11/2013 12:11

Moi aussi ça ne m'empêche pas de mettre un 3 ou 2 sur 6, nanar ou pas. Je te conseille de voir le dernier épisode du Joueur du grenier. Dans le genre morale à deux balles et coups spéciaus débiles
ça se pose là.

voracinephile 21/11/2013 16:23



Je vais voir cela ! Merci pour le conseil !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche