Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 07:08

http://moniquedy.files.wordpress.com/2011/05/watch-sharpays-fabulous-adventure-online.jpg?w=354&h=500

 

Disney l’a bien compris, pour faire un film populaire, il faut du high school, et du musical aussi. On a ainsi la clef du succès, paradis des 12-13 ans qui rêvent de Star academy et autres émissions qui leur permettrait de devenir les nouveaux Justin Bieber de la nation. Non content d’avoir produit trois volets à la sincérité douteuse de High School Musical, la firme Disney Channel s’attaque à tout un programme : faire la genèse des jeunes stars de Highschool Musical. Et ça commence par Sharpay’s fabulous adventure. Une véritable merveille de guimauve moelleuse à en gerber, parfum rose bonbon aux anchois. Une œuvre indispensable au masochiste obstiné.

L’histoire : Sharpay a une voix, et décide de partir à New York pour passer des auditions. Mais voilà : son chien va être embauchée avant elle.

 

Ashley_Tisdale_Sharpays_Fabulous_Adventure.jpg


Je ne comprends tout simplement pas comment de tels projets arrivent à voir le jour. D’un simple point de vue d’estime en soi, à la place de l’actrice, je serai mort de honte en jouant l’héroïne d’un truc pareil. Avec une introduction chantée digne de la pire des séquelles Disney, on nous présente Sharpay, une pétasse fille à papa qui aime se faire mousser et qui sait qu’elle va devenir la plus grande vedette de New York. Ces parents sont tellement fiers de leur progéniture qu’ils sont à baffer (se rendent ils seulement compte qu’elle ne porte que des vêtements roses ?). Bref, cette conne de Sharpay débarque à New York les doigts dans le nez, et continue à dicter sa loi à tout le monde. Sauf qu’heureusement, plus personne ne l’écoute. C’est bien simple : on croirait voir Paris Hilton, sauf que Paris, elle savait faire la fête. Avec son chien, elle commence à passer des auditions, mais elle ne vaut tellement rien qu’elle se fait rembarrer à chaque tentative. Entre temps, elle s’est installé dans un petit appartement et exploite un garçon bien trop conciliant pour être honnête alors qu’il l’est, ce qui est franchement louche). Puis ont lieu les séquences d’anthologie. Sharpay passe une audition pour son clebs, et nous offre le numéro avec animal le plus pathétique qu’il m’ait été donné à voir de ma vie. Arrive alors un jeune crétin fier de lui avec un autre chien, et si son numéro est à chier, il a au moins le mérite d’en avoir préparé un. Mais comme c’est Sharpay l’héroïne, c’est forcément lui le méchant. Cette justification monstrueuse trahit totalement le niveau alimentaire de ce type de production disney, incapable de se rendre compte quel monde étriqué et en complet décalage avec la réalité ils sont en train de créer avec leur chaîne. Je dramatise, mais non seulement c’est vide d’intérêt, en plus ils érigent des échecs sociaux monumentaux comme exemples à suivre (Beastly était pas mal lui aussi). Ainsi Sharpay se fait sa guéguerre avec un garçon qui a 10 ans de moins qu’elle pendant que leurs chiens vivent une histoire d’amour tellement romantique qu’on en a les larmes aux yeux. Passé cet intermède volontairement naveteux, Sharpay se met au service de son actrice préférée, avant de la voir casser sur scène une apprentie de la profession. Sharpay se pointe alors et lui fait une leçon de morale, lui balançant à la gueule qu’elle est superficielle, que c’est une connasse et qu’elle est pas gentille. Ce à quoi l’actrice lui répond qu’elles sont pareilles toutes les deux. « Même pas vrai ! » Qu’elle lui répond ! Voilà, Sharpay a grandie, et elle a appris une grande leçon dans sa vie : il ne faut pas mettre que du rose dans sa garde robe. Madame file donc à la boutique de luxe acheter une robe bleue, et c’est parti pour le final dégoulinant de bons sentiments et d’affection mutuelle. J’ai bouché mes toilettes avec mon vomi le jour de ma découverte de l’objet. Vraiment, je ne demande toujours si ils vont oser vendre ça en dvd. Enfin, vu que je suis tombé sur le DVD du concert 3D des Jonahs brothers avec des bonus  qui dévoilent leur quotidien, je ne m’étonne plus de rien.

 

-10000/6

 

de Michael Lembeck
avec Ashley Tisdale, Bradley Steven Perry

 

Sharpay-014.png

 

http://3.bp.blogspot.com/_w6tWXtxYcb4/TBFjCYauuOI/AAAAAAAAADM/rH7JskdurvE/s1600/ashley-tisdale-sharpays-fabulous-adventures-movie-set-11.jpg

"Et on se plaint que les statistiques d'agressions augmentent sans arrêt..."

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Navet (prétentieux)
commenter cet article

commentaires

Alice In Oliver 28/07/2011 17:13


je veux bien te croire !


Alice In Oliver 28/07/2011 16:41


par contre, on ne doit pas s'en remettre facilement !


voracinephile 28/07/2011 16:49



Avec un kilo de Smecta, on arrive à repartir debout. Mais la gueule de bois est sévère...



Alice In Oliver 28/07/2011 14:54


quand j'ai lu l'article, je me suis dit: "mais qu'est ce que c'est que cette merde ?"


voracinephile 28/07/2011 15:08



Je suis pratiquement sûr que le réalisateur s'est pris pour Kubrick faisant Lolita, quand tu vois certains de ses plans. Le plus navrant étant l'humour gamin plus bas que terre, où tu ris
toujours 20 secondes après les blagues... du niveau des blagues. J'avoue que c'est clairement un plaisir pour moi de regarder ce genre de saloperie, car au moins, ça défoule lors de la chronique
(je prône la cure de violence dans les critiques de film !).



Alice In Oliver 28/07/2011 14:01


pas vu mais ça m'a l'air de bien puer du derche.


voracinephile 28/07/2011 14:50



Le mot est faible. C'est pas le mauvais goût ultime, mais on s'en rapproche. En tout cas, on tient là un navet de haute volée. Je le conserve quand même, histoire de balancer ça un soir à des
fans de nanars, avec qui on rira bien.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche