Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 10:59

http://www.sevensept.com/sites/sevensept.com/files/imagecache/gallery/uploads/images/films/spiders-875.jpg

 

spiders2.jpg

 

C’est avec émotion que je vais maintenant aborder une série de films qui me tient vraiment à cœur, puisqu’il ne s’agit rien de moins que mon troisième premier dvd acheté, et qu’il s’agit de mon premier nanar de compet acquis à la sueur de mon front (pour la modique somme de 2 euros) : la saga Spiders ! Avec le premier film, Gary Jones (un habitué des séries B animales qui persistera avec le trop connu Mosquitos) nous balance à la gueule une araignée qui grossit un peu plus à chaque nouvelle génération, quitte à atteindre des proportions gargantuesques au cours d’un dernier acte tout simplement irrésistible. Généreux, totalement décomplexé et porte étendard de la culture nanarde (méchant nanar, effets spéciaux nanar, gentils nanars…), la philosophie du mauvais film sympathique m’est venue au bout du 15ème visionnage, et depuis, j’ai arrêté de compter les rediffusions à domicile. Moins jubilatoire que son prédécesseur, Spiders 2 tient quand même le bon bout avec quelques plans nichons (absents du précédents métrage) et une partie psychologie nanarde, avant de nous réserver un dernier acte tendu où les araignées sortent de partout, et surtout d’endroits où elles n’avaient aucunes chances d’apparaître. Bref, une saga très méritante que l’amateur ne doit en aucun cas négliger.

 

http://www.cinemafantastique.net/IMG/jpg/spiders1.jpg

 

Spiders : Si chaque individu devait se faire prophète d’un film, je postulerais probablement pour celui-là, mes multiples visionnages m’ayant assuré une connaissance complète du film. C’est simple, tout ce qu’on aime dans le nanar monstrueux est là dedans. On commence avec des astronautes (ou plutôt des stock shot d’astronautes et de navette spatiale) impliqués dans un obscur programme d’arme biologiques à base de mygales bien grasses. Manque de pot, ces expériences (devant se faire en orbite pour des raisons inconnues) foirent et la navette se crashe près de la zone 51. Or, déjà présents à la zone 51, on a des étudiants en journalisme qui flairent le scoop (ils ont été tuyautés par des extra terrestres, véridique !), et qui profitent du crash pour s’introduire dans l’enceinte et aller fureter, histoire de traîner l’armée dans la boue. Manque de pot, ils se planquent dans le camion qui sert à transporter les cadavres, et ils se retrouvent transporter au cœur même de la base 51 (non sans avoir vu précédemment notre méchant de service tirer sur un urgentiste du SAMU parce qu’il voulait emmener l’unique survivant contaminé dans un hôpital). Si la première génération d’araignée meurt connement (écrasée par le héros…), la seconde fait la taille d’une pastèque de 3 mètres de diamètre. Et là, on ne rigole plus. Après une séquence de sortie du corps de l’astronaute lorgnant beaucoup trop vers Alien (on en explose de rire), l’araignée s’attaque à tous les membres du personnel, qui ont l’air de se faire mordre par une araignée en plastique vaguement télécommandée. S’en suit une errance dans les dédales de la base où tous les militaires se font avoir, où notre journaliste et ses deux compères cassent un code de sécurité nationale en 2 minutes et accèdent à Roswell, mais mieux encore, à des clichés d’araignée génétiquement modifiée (alors que ce sont des photos d’araignée de recherche google). Et là, un des gars qui s’est fait mordre pète un câble, se met à courir dans les couloirs pour finir mangé. Avec des incrustations foireuses (la chute dans la cage d’ascenseur en mode « fond vert avec un ventilateur dans la gueule »), de la psychologie nanarde (une séquence flash back totalement hallucinante où on entend les deux compères de la journaliste dire des trucs qui s’éloignent de plus en plus du sujet, avant d’en revenir d’un coup aux hurlements…) et de l’action (le dialogue gentil/méchant) Spiders est un cru nanar hautement recommandable, d’autant plus que les effets spéciaux signés Robert Kurtzman bénéficie d’un certain soin qui ne gâche rien. Si la majeure partie de l’intrigue se déroule en sous sol, le dernier acte surprendra en lançant carrément la surenchère, l’araignée atteignant la taille d’un building et détruisant toute la ville alentour. Nos héros trouveront alors un hélico garé sur le parking de la fac avec dedans la bazooka avec le dernier des roquettes atomiques à uranium enrichi. Un régal, d’autant plus que notre héroïne devra abattre la créature en étant attachée au bout d’un câble d’acier suspendue à l’hélico qui perd du carbu. Totalement bordélique, Spiders est une réjouissance, un vrai plaisir coupable qui se mate à toute heure de la journée (son contenu léger permet une approche à tout moment) et qui apportera son lot de rire facile. Une de mes principales références nanardes.

 

1/6, mais un bon 18/20 nanar

 

2000
de Gary Jones (III)
avec Lana Parrilla, Josh Green

 

http://www.bloodsprayer.com/wp-content/uploads/2011/05/spiders10.jpg

Alien, mais en plus drôle...

 

Spiders 2 : Une suite que j’ai découvert sur M6 un samedi soir tard, et qui m’a apporté une certaine satisfaction même si comparé à son prédécesseur, le rythme a pris un coup. En effet, après une base labyrinthique, on aura droit à un cargo labyrinthique. On commence par une scène où des humains écrasent une araignée grosse comme la main dans leur petit bateau comme si c’était normal. Surgissent alors des hommes masqués qui les kidnappent, et qui nourrissent de gros trucs poilus à huit pattes avec leur cadavre. On se focalise ensuite sur nos héros, un couple en lune de miel sur un monocoque. Après avoir essuyé une tempête, nos héros tombent à l’eau dans une piscine pleine de vague et finissent par trouver refuge dans un gros paquebot en tirant des fusées avec… un truc fait à base de rouleaux de PQ. On embarque, et on commence par un examen médical, où un docteur dans le genre patibulaire les palpe en disant « Vous êtes en parfaite santé. Très beau spécimen. » « Spécimen ? » « Jargon médical ! » en guise de justification. Et paf. L’homme commence à suspecter quelque chose de louche (il se rend compte que certains passagers ont quatre paires de pattes, des yeux globuleux et qui claquent des mandibules dès qu’on passe trop près), et là, le personnel nous sort l’excuse en béton : il devient PA-RA-NO-ÏAC ! Et crac ! En quarantaine où on lui injecte des œufs sous la peau qui écloront en mode alien du pauvre (en passant l’image d’explosion de bide au ralenti, on voit qu’un ballon sort de la blessure, se gonfle avant d’éclater et de foutre de la peinture rouge partout. A vrai dire, on s’ennuie poliment pendant une heure, il faut attendre le dernier acte pour que les bêtes soient lâchées. Mais on ne sera pas déçu non plus, le film regorgeant d’astuces nanardes. Un exemple entre 1000 : notre héroïne poursuivie arrive dans un cul de sac, porte verrouillée, le plan s’arrête quand elle lève les yeux vers le plafond. Les types arrivent, ne voient personne et repartent. Et là, la caméra monte et on voit notre héroïne derrière une grille de ventilation soudée renforcée avec des barreaux de métal. Plus fort que Houdini ! Et que dire de la fin nanarde du méchant, qui nous laissera mort de rire tant elle est nanarde. Bref, si c’est bien nul, c’est quand même marrant à suivre, bien que les bestioles soient moins réussies que dans l’opus précédent. Sympathique nanar en somme.

 

0/6 et un correct 13/20

 

2001

réalisateur : Sam Firstenberg

avec : Stephanie Niznik, Greg Cromer, Richard Moll

 

217615-4846-clp-720.jpg

 

Mon prochain achat dvd :

http://www.dreadcentral.com/img/news/nov10/afmspider.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Nanar (modeste)
commenter cet article

commentaires

Leatherface 24/01/2012 21:16

Arachnophobie est avant tout un divertissement et non un film d'horreur. Le seul problème, c'est que comme il existe énormément d'arachnophobes, il est considéré comme tel à tort ! Les producteurs
ont eu énormément de mal à faire passer ça, peur que les gens ne viennent pas en le considérant comme un film horrifique ^^

voracinephile 24/01/2012 21:50



J'acquiesce : un série B sympathique qui ne cherche pas vraiment à faire peur, mais qui délivre la marchandise au niveau des araignées (si certains trucages sont moyens : la grosse araignée
finale est une fausse dont on voit les câbles sur la moitié des plans, je suis encore bluffé par le dressage excellent de toutes les petites araignées).



Duncan 24/01/2012 17:57

Arachnophobie,un bon film,seriously? :D

voracinephile 24/01/2012 20:51



Oui !!


Enfin, c'est pas vraiment un chef d'oeuvre, loin de là, mais c'est un film animalier sympathique qui ne se lance pas dans la surenchère de taille. Et c'est toujours bigrement sympathique de voir
ces araignées bien dressées. Petit bémol quand même pour l'exterminateur qui se croit rock'n roll.



Leatherface 23/01/2012 23:21

N'hésite pas à venir jeter un oeil ;) http://deadstillalive.canalblog.com/archives/2010/12/29/20367011.html

voracinephile 24/01/2012 20:47



Je n'ai pas grand chose à faire durant les minutes qui suivront, alors...



Leatherface 23/01/2012 20:25

Franchement pour ce qui est de films "sérieux", les meilleurs sont l'Horrible invasion (déjà chroniqué sur mon blog) et Arachnophobie ^^

voracinephile 23/01/2012 20:50



Perso, j'adore Arachnophobie, et j'aime aussi le côté année 50 de la comédie Arrack attack. Sinon, pas encore vu cette horrible invasion, mais je suis sûr de l'avoir téléchargé du temps de Mégaup
et stocké dans un endroit sûr. Les fouilles archéologiques commencent !



Leatherface 23/01/2012 11:44

Ah oui, trop fendard. Je n'ai vu que le premier à ce jour et ça valait son pesant de cacahuètes. Si un jour je tombe sur les autres, pourquoi pas.

voracinephile 23/01/2012 20:03



N'est-ce pas ? Un bon nanar qui fait du bien par où il passe ! Perso, je ne m'en lasse jamais, moi qui adore les araignées.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche