Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:55

 

star-wars-holiday-special.jpg

 

Chronique exceptionnelle aujourd’hui, puisqu’il ne s’agit rien de moins que de l’évocation d’un document exceptionnel, que dis-je, un monument de l’histoire du cinéma. La rareté de l’objet est appréciable, puisqu’il n’est non seulement pas commercialisé, mais aussi traqué pour être détruit. Il ne doit rester que quelques copies VHS dans le monde, et si du temps de Megaupload, il était possible d’en trouver des rips, la tâche se révèle plus ardue aujourd’hui. Il s’agit de Star Wars, Holiday special. Un programme commandé par un Lucas alors soucieux de la promotion des objets dérivés, qui confie donc son univers (et ses acteurs) à Steve Binder, qui mise tout on the public cible : les moins de 12 ans. Le résultat est à la hauteur des attentes : un carnage d’une heure et demie…

L’histoire : la vie des Wookies, au quotidien, parfois malmené par les sbires de l’empire…

 

chewie.jpg

 

Si ce film est catalogué parmi les nanars sur nanarland, je le classe plutôt dans les navets tant les fautes de goûts à répétition de ce programme enfoncent le tout dans un ridicule abyssal. Dans ce programme télé long d’une heure et demie, c’est l’univers de Star Wars tout entier qui est à l’avenant. Le premier épisode rencontrant un vif succès, les premiers produits dérivés sont en train d’apparaître. Et pour en assurer la promotion, les scénaristes Rod Warren, Bruce Vilanch, Patt Proft et Léonard Ripps sont payés pour décrire ainsi le quotidien d’une famille de Wookie (la famille de Chewbacca en fait), en attente des nouvelles de la révolte. Et bien, dire qu’on dépasse King Kong II dans le registre des grimaces simiesques mongoloïdes relève de l’euphémisme. Les Wookies ne parlant pas, ils passent l’intégralité du film à émettre des beuglements tonitruants en faisant des grimaces avec leur masque mal animé. Cette parodie de famille, sortie tout droit du désastre nucléaire de Tchernobyl, est un florilège de comique involontaire. Les dialogues sont d’une répartie cinglante. Jugez : « Waaaaarrrrrg wwaaarrrggg wwaaarrroooo ? » « WAAAAARRR ! » « Grroooaaa… ». Pendant un tiers du film. Mais le désastre ne serait pas complet si les acteurs de l’épisode 4 ne venaient pas cachetonner un coup, pour bien justifier la trademark et lancer proprement la pub. Han Solo vient balancer quelques vannes pendant une nouvelle course poursuite avec l’empire, Luke vient nous offrir son sourire en gros plan, et Dark Vador marche dans un couloir. Mais le meilleur, gardé d’ailleurs pour la fin, c’est princesse Leia. Avec sa coupe de cheveux légendaire, celle-ci, voyant le triomphe prochain de la révolution, se met… à chanter. On se tape donc des vocalises dignes de Marie Poppins en plein space opéra, avec la dose de guimauve que ça implique. Pour ces chansons divines, on remerciera Mitzie et Ken Welch, deux personnes qui se sont chargées de l’écriture et qui semblent impliqués dans cette réalisation douteuse à bien des niveaux… Et ce n’est pas tout. Comme les Wookies n’ont strictement rien à faire de leur journée, on regarde la télé avec eux ! On se tape donc 10 minutes de cuisine matin avec une extra-terrestre, un concert de rock surréaliste à base d’halos lumineux mal incrustés et de gode lampe servant de micros, et surtout un dessin animé indien, dont je vous laisse seul juge de la qualité des graphismes. Bref du programme naveteux en tout point. Ce qui fait donc la valeur de Star Wars épisode 4 ½, ce n’est donc pas son contenu, mais sa rareté. George Lucas lance en effet des batailles juridiques pour faire retirer du net les rares copies disponibles et tente d’acheter celles qui restent pour les détruire. Mais les amateurs d’objets pourris existent et conservent religieusement ce trésor de mauvais goût. Assurément un truc à voir une fois dans sa vie.

 

-222/6

 

group.jpg

 

star-wars-holiday001-695x365.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Navet (prétentieux)
commenter cet article

commentaires

alice in oliver 27/03/2013 15:11

ça je n'en doute pas ! Ton article m'a convaincu de le mater de toute façon

alice in oliver 27/03/2013 08:31

le film est chroniqué sur nanarland. Il est également dispo en plusieurs parties (en VO) sur youtube. Faudrait que j'essaie de le regarder...

voracinephile 27/03/2013 14:23



Il n'est visible qu'en VO de toute façon, mais pas besoin de traducteur pour les wookies ^^ Tu devrais apprécier en tant qu'amateur d'objets irregardables !



borat8 26/03/2013 21:17

Oui initialement Lucas voulait un film tout joyeux, tout mimi. Si Kirshner, ses scénaristes et les producteurs n'avaient pas insister, il y aurait eu de la casse. Lucas ne réitera pas ça en mettant
les gentils ewoks dans le suivant. Indy 4 tout ce qui est ET vient de Lucas.

voracinephile 26/03/2013 22:53



Ah oui, à ce point...



borat8 26/03/2013 18:04

Donc tu as bien gardé le fichier si je comprends bien. Comme ça tu pourras en faire des copies au grand malheur de George!lol Qu'il parodie sa poule aux oeufs d'or, il le fera encore après avec sa
prélogie qui ne vaudra jamais la trilogie originale. Déjà parce que Lucas n'avait pas toujours la main dessus (preuve en est sur L'empire contre-attaque où Kirshner l'enverra chier plus d'une fois
avec ses idées guimauves), mais aussi parce que c'était une autre époque. N'oublions pas non plus Indy 4. Quant à Howard the duck quel beau nanar!

voracinephile 26/03/2013 19:11



Oh, pour ce qui est de diffuser des copies, il n'y a qu'à demander. Pour ce genre de choses, je partage sans soucis... En revanche, je ne connais rien sur les frictions entre Lucas et Kirshner,
il faudra que je cherche... Indy 4, je crois que les marmottes numériques, c'était son idées... Et les extra terrestres un peu aussi, probablement... Heureusement qu'il y a la séquence d'action
dans la jungle...



Vince12 26/03/2013 09:59

Alors là je dois avouer que je connais pas du tout, une rareté dont tu dois être fier

voracinephile 26/03/2013 15:38



^^ Très fier. Je la garde précieusement.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche