Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 13:18

supershark-poster.jpg

 

sharknado_610x856.jpg

 

En cette fin d’été, rien de mieux que de conclure par le visionnage de deux films made in Asylum pour poursuivre la décontraction et oublier la rentrée scolaire ou les autoroutes bondés. On enchaîne donc avec Supershark et Sharknado, dont les trailers nous avaient tous enthousiasmés. Pour ma part, j’avais de sérieux espoirs dans Supershark, qui nous promettait un requin nageant, marchant, volant, et faisant du catch avec un tank. Au final, nous avons une bouse et un nanar monstrueux.

 

Sharknado_film_tra_2615692b.jpg

 

Super shark : Je ne compte pas m’étendre sur son cas. Contentons nous de dire que c’est une grosse daubasse, et que tous les temps forts du film sont contenus dans la bande annonce. Rien de nouveau en dehors, tout est là, résumé en 2 minutes. Un vrai gâchis et une insulte au nanardeur endurci. Remboursez !

 

0/6


2011
de Fred Olen Ray
avec John Schneider, Sarah Lieving

 

super-shark.jpg

 

Sharknado : Ah, ben là, on en a pour notre argent ! Commençant direct sur les chapeaux de roue, Sharknado révolutionne le concept du film animal en osant l’impossible. On commence avec une série d’attaques de requin, où ils semble que toutes les espèces se soient massivement dirigées vers les côtes pour en finir avec les baigneurs. Et là, le climat se dégrade, et un cyclone commence à se créer. Ca nous change du Tsunami naveteux. Mais, alors que ce dernier aspire l’eau  de surface, il aspire aussi tous les requins du coin… On se retrouve donc avec un cyclone qui casse tout, qui balance de l’eau partout et qui largue régulièrement des requins affamés un peu partout en ville ! Mais reprends en, mec, elle est trop bonne ! Et c’est parti pour la surenchère ! Afin de faciliter au maximum l’intégration du spectateur, nous avons droit au père patron de bar, au fils sportif et au gendre viril, avec en plus une serveuse du bar bien décidée à survivre dans ce climat d’apocalypse. Alors que les premiers requins commencent à pleuvoir, les habitués désertent l’établissement proche de la plage. Un gars se défend d’une attaque de requin avec un tabouret, puis l’emporte avec lui, en se disant que maintenant qu’il lui a sauvé la vie, ils sont liés… Mais pas de temps à perdre, il s’agit d’aller récupérer les femmes qui sont restées dans la maison familiale et de se mettre en lieu sûr. Car le cyclone prépare le terrain en cassant tout puis en larguant ses requins… Après un duel sans merci à coup d’étagères, la famille est sauvée,  mais la maison détruite. Qu’à cela ne tienne, ils décident d’aller en ville et d’aider ceux qui en auraient besoin (la bonne vieille solidarité américaine). Avec au programme secours d’un bus scolaire complet pris d’assaut par les squales sur une autoroute inondée. Petit faux raccords, une fois sortis du bus, les enfants disparaissent du film sans qu’on sache trop pourquoi… Mais vu qu’on a notre quota de requin, on ne va pas s’en plaindre. Et bientôt, ils décident de s’attaquer au vrai problème : comment arrêter cette salope de tornade ! Le  fils prône la méthode avisée, à savoir balancer une grosse bombe au milieu de la tornade pour l’exploser sévère et briser le cycle des vents, alors que le père veut continuer à aider les autres américains dans la tourmente. Ils se séparent donc en deux équipes, le fiston grimpant dans l’hélicoptère (il a passé sa licence de pilotage la semaine dernière) et le père dans un Hammer à l’égal de la puissance américaine. C’est que maintenant, il faut s’approcher du cœur de la tornade pour la faire péter, le tout en évitant les requins qui donnent des coups de mâchoire à droite et à gauche pour bouffer tout ce qui passe à portée. Bref, pendant les 20 dernières minutes, on est dans le moment de bravoure complet, avec les requins qui pleuvent et qui volent pendant que nos héros font face. Je ne peux m’empêcher de noter le requin qui, par un coup du hasard, se retrouve projeté dans un restaurant japonais (moi, j’appelle ça la vengeance de la Nature, et c’est beau). Bref, quand la tornade s’arrête, on croit que c’est fini, mais non ! Tous les requins se mettent à pleuvoir sur Los Angeles ! Nous offrant un climax à la hauteur des attentes (grand blanc vorace vs paternel armé d’une tronçonneuse), Sharknado transcende nos attentes nanardes en nous offrant du rêve. On peut dès lors oublier les effets spéciaux parfois approximatifs, les faux raccords nombreux (les images de requins prises chez national geographic alors qu’on est dans grand max 20 cms d’eau en ville) et les transitions foireuses, Sharknado est un des meilleurs Asylum qui soient sortis récemment, en termes de folie et de promesses tenues.

 

0/6 mais un bon 15/20 nanar


2013
de Anthony C. Ferrante
avec Ian Ziering, Tara Reid

 

au-secours-une-tornade-de-requins.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Nanar (modeste)
commenter cet article

commentaires

borat8 21/09/2013 22:07

Au fait, tu n'as toujours pas trouvé quel appareil ménager de You're next. J'attends tes propositions! :D

borat8 19/09/2013 22:45

Ah non les marseillais et les ch'tis c'est sur W9!lol NRJ 12 c'est encore mieux c'est trois saisons de L'île des vérités (avant c'était des inconnus maintenant c'est des couillons venant des
anges.. soupirs...), cinq et bientôt six saisons des anges et bientôt le show de Nabilla! Comme dirait Patrick ça va être génial, on va en tourner des serviettes!

voracinephile 21/09/2013 21:19



Mais quel programme fantastique !



borat8 16/09/2013 21:31

En l'occurence NRJ 12 est plus réputée par sa médiocrité que par ses audiences. J'adorais également le pseudo procès d'NRJ 12 envers W9 parce que la petite chaîne d'M6 n'était pas censé diffuser
des séries et émissions plus que de la musique. Or, depuis qu'NRJ a une autre chaîne (NRJ Hits), il n'y a plus du tout de musique sur la chaîne!lol

voracinephile 19/09/2013 22:10



Oh, ça, j'en suis convaincu ! Le nombre d'émissions débiles que j'ai regardé avec ma soeur pendant cet été sur cette chaîne a fait de nous un public fidèle... Les marseillais à Cancùn, mon Dieu
que c'était nul/bon !



borat8 14/09/2013 22:58

En tous cas, je l'ai vu sur NRJ 12, cette grande chaîne de la TNT! Morandini débarqué, revoilà Nabila! Ah bah merde alors le racolage est toujours là!

voracinephile 16/09/2013 20:06



^^ Il faut bien fairte de l'audimat !



Vince12 13/09/2013 21:13

Moi j'avais aimé Super Shark en mode nanar. Pour Sharknado faut que je le vois. Et Sand Shark ? Ca aussi c'est du gros nanar !
Mais maintenant vivement le Moby Dick d'Asylum, parce que là ils ont les couilles de nanardiser un mythe !

voracinephile 15/09/2013 22:29



Bof ! Le problème, c'est que tous les temps forts du film étaient dans la bande annonce, facile de nous apâter et de ne plus rien nous donner après. Ca parle beaucoup sans qu'on se marre. Aux
chiottes ce super requin !


Sand sharks en revanche, c'est du très lourd ! J'étais mort de rire du début à la fin, le fils du maire est mon perso préféré ! Sa mort est d'une connerie à la hauteur de son personnage ! Il
faudra réussir à faire un nanar avec uniquement des personnages de ce calibre !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche