Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 15:19

film-The-Amazing-Spider-Man-le-destin-dun-Héros

 

A peine sorti de la salle que les idées se bousculent dans la tête. Le destin d’un héros confirme clairement les tendances de son prédécesseur, et enchaîne les idées, les bonnes comme les mauvaises. Ce qui donne un spectacle un peu étrange, qui déçoit clairement les promesses annoncées en cherchant à compenser par la chaleur humaine de ses protagonistes.

L’histoire : Peter Parker vient d’être diplômé, et Gwen envisage de poursuivre à Oxford, menaçant sa relation avec Peter. Pendant ce temps, un scientifique d’Oscorp met ses doigts dans la prise, pendant que Harry Osborn réapparaît pour prendre le flambeau de Norman.

 

photo-The-Amazing-Spider-Man-2-2013-1

 

Beaucoup de protagonistes secondaires pour cet opus, une tendance qui semble être en vogue. L’apparition de Stan Lee est bouclée dans le premier quart d’heure, et très rapidement, le film met en place son intrigue avec les indécisions de spiderman (hanté par le souvenir du père de Gwen et sa promesse de laisser sa fille tranquille alors qu’ils s’aiment), avec toujours cette petite piste sur son passé pour nous tenir un peu en haleine. En cela, le premier film s’appuyait déjà sur la liaison particulière de Parker et des araignées (qui légitimait un peu plus sa transformation), que cet opus explore gentiment ici (je dois toutefois dire que j’apprécie quand un laboratoire est laissé tel quel quand le scientifique qui y travaillait est porté disparu, desfois qu’il se repointe un jour comme ça pour reprendre ses recherches). En ce qui concerne les caractères des protagonistes, on retrouve une légère fraîcheur dans la relation entre Gwen et Peter, dont la franchise parvient à convaincre, et c’est sous cet angle qu’on peut effectivement se sentir un peu proche. Mais en aucun cas, au-delà d’une gentille empathie. On exagère considérablement la capacité de Marc Webb à créer des protagonistes touchants, moins d’ailleurs que dans The amazing spiderman. Peut être est-ce la facture de blockbuster qui anesthésie considérablement cette portée, mais les doutes des personnages sont lourds, et le ton hésitant. Les apparitions de spiderman, tout en humour et coolitude, ne sont fraîches en rien, et le portrait des méchants révèle ici de sérieuses limites. Rappelons qu’on nous promettait 3 méchants. Vous pouvez en enlever 2, qui apparaissent 5 minutes grand max chacun. Ecrire ça tel quel est un spoiler éhonté, je présente mes excuses au lecteur, mais la promo qui promettait de l’action à tout va nous a berné une fois de plus. Surtout que c’est à la chaîne, n’attendez pas des actions de groupe. Electro tient le devant de l’affiche, et tant mieux, on ne le connaissait pas encore. Et quand on voit sa personnalité, difficile d’être autre chose que mitigé. On nous sort le génie asociable transparent, qui flashe sur spiderman puis quand il a besoin de lui il ne l’aide pas alors il veut le tuer. Et on veut nous vendre ça comme de la fraîcheur ? Après un portrait de l’homme lézard un peu subtil, du cabotinage aussi éhonté. Commençant comme un clone pataud de créature de Tim Burton (un départ un peu lourd mais honnête), on vire de cliché en cliché, heureusement rattrapé par quelques scènes d’action spectaculaires.


 Arrive ensuite Harry Osborn/Bouffon vert. Le physique maladif et frêle de Dave DeHaan était bienvenu pour le rôle, et je dois dire que je plaçais quelques espoirs en lui. Surtout avec son cabotinage froid et assassin en face des avocats d’Oscorp, suivi de bribes de chaleur humaine en face de Peter. On nous annonçait un personnage un peu subtil, et surtout intelligent. Ben non, il veut quelque chose de spider man, mais spiderman ne veut pas le donner, alors il veut tuer spiderman… Pfff. Et autant vous dire qu’ils ont totalement foiré le bouffon vert. Un design dégueulasse, entre l’elfe mal lavé et l’orc fraîchement mis au monde, laid et puant avec des dents pas propres et qui veut faire souffrir Peter qui l’a trahi… Pitié, rendez nous Willem Dafoe ! Le pire, c’est que cette déconfiture arrive juste avant une révélation décisive. Un quasi tournant dans l’esprit Marvel, qui justement devrait donner de l’espoir au public mitigé de voir l’esprit évoluer vers quelque chose de plus… adulte. Mais encore trop de concessions handicapent l’envol de la bête. Inutile de parler du rhino, il n’est qu’un argument commercial. On pourrait relever les incohérences (Harry Osborn malade maîtrise deux gardes de sécurité armés à main nue, Electro fait disparaître et apparaître à son gré sa combinaison en métal solide), mais le blockbuster a toujours eu du mal à le supporter (à moins de s’appeler Paul Verhoeven). Restent quelques scènes d’action spectaculaires et un ou deux dialogues sentimentaux qui fonctionnent, le reste tient du cahier des charges honnêtement rempli, mais sans la fraîcheur promise. Le destin d’un héros déçoit néanmoins, sans pour autant susciter de haine à son égard. Pas ça qui nous fera oublier Sam Raimi…

 

2,8/6


2014
de Marc Webb
avec Andrew Garfield, Emma Stone

 

the-amazing-spider-man-le-destin-dun-heros-dane-dehaan

Dave DeHaan, encore victime malgré lui, mais en moins bien que Chronicle...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zogarok 19/05/2014 00:44

Tu as pris les photos les plus pourries, pour ce film qui n'avait pas besoin d'être ainsi enfoncé :'(

voracinephile 19/05/2014 18:28



Ca me gênerait de faire penser un seul instant que je soutiens cette pathétique relance de spiderman. Ne pas être de mauvaise foi, je veux bien, mais s'agirait de faire un constat objectif vu sa
scandaleuse popularité. Cette saloperie de bouffon qui nous laisse vert est davatage estimée que Willem Dafoe !



Xelloss 15/05/2014 12:25

Ce qui me fache avec Marvel, même si je suis un UberFan de Tony Stark, ce sont les Bluray et leurs 3D-yoyo

Pour les Bluray, les MakingOf sont juste ... euh... pitoyables
(exemple : Thor II)

Pour la 3D, il faudrait qu'ils ne bossent qu'avec une seule boite de prod' ou qu'ils arrêtent de changer de style...
Spiderman 1 et Thor II ont des 3D immondes, Spiderman II et Avangers ont de bonnes 3D Oo


Du coup, j'ai bien aimé cet opus qui ne nous refait pas le coup de l'histoire que tout le monde connait, mais entre direct dans le vif du sujet.
Les persos sont attachants et le fait que le film soit long permet de vraiment prendre en affection ceux qui deviendront Méchants.

Ah, et la pub Evian est enorme XD
(On voit de l'Evian partout dans ce film, mais c'est subtil :P )

voracinephile 16/05/2014 21:11



Quand on entend encore des gens râler sur le Pepsi de WWZ, ne rien lire jusqu'ici sur Evian était assez ironique. Merci de le relever ^^.


Comment ça, elle ne nous refait pas le coup ? Dans la mesure où le personnage est différent, non, mais franchement, rien ne respire l'originalité. Marvel fait à son style, misant tout sur la
légèreté et le divertissement.



Xelloss 11/05/2014 21:55

Vu en première fois dans une salle tellement "ghostée" que même la célèbre agence de capture de fantômes aurait fuie...
Un massacre visuel.
J'en informe le directeur qui m'invite à revenir pour une séance dans une autre salle...
Et là... une tarte visuelle qui me fait encore plus détester le premier opus et sa 3D "3mm de profondeur" >_

voracinephile 12/05/2014 19:55



Donc, tu as plutôt aimé cette suite nettement plus "comic" que son prédécesseur. De mon côté, elle a confirmé que malgré quelques divertissements de ci de là, je n'étais définitivement pas client
de Marvel. Si visuellement, des efforts ont été fait, l'histoire a échoué à créer la moidre surprise. Et les vannes à la chaîne, si effectivement c'est pleinement dans l'esprit comic (sans doute
avec les tope-là !), je jette l'éponge.



Kapalsky 09/05/2014 09:41

Je te rejoins sur le sujet de Marc Webb et sa capacité à créer des relations touchantes ou réalistes. Déjà que j'avais envie de baffer ses personnages dans (500) Jours plus tard.

voracinephile 12/05/2014 18:41



Je n'ai pas encore vu 500 jours ensemble, qui lui a donné ses lettres de noblesse. Il faudra vraiment que je la vois pour vraiment juger de la capacité de Marc à illustrer le caractère de ses
protagonistes. Car si il y avait encore quelques subtilités dans le premier Amazing Spiderman, le second a baissé toute exigence à ce niveau...



borat8 04/05/2014 19:07

Déjà publié James! Un beau dezingage de neuf pavés. Et encore je n'ai pas été cynique ou méchant, j'ai juste pris les défauts du film et il y en a plein.

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche