Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 08:04

The-Bunny-Game-poster.jpg

 

Nouveau film extrême qui a fait toutefois moins parler de lui que The Human centipede 2, The Bunny Game s’est frotté lui aussi au titre de film le plus trash de l’année, ce qui a visiblement échoué au vu du désintérêt général qu’il suscite (qui en parle encore aujourd’hui ?). Les ambitions étaient toutefois là puisque le film refusait de se vautrer dans le gore grandiloquent qui fait le quotidien des films extrêmes, désirant se restreindre à de la torture psychologique (et physique, mais pas impressionnante), et donc mettre en valeur le jeu torturé de ses acteurs. Ambitions ratées hélas.

L’histoire : une prostituée est séquestrée par un gars louche dans son camion. Ce dernier décide de la garder en captivité pour s’amuser avec elle.

 

http://1.bp.blogspot.com/-XNdaxMbTwDs/T_rujIWuBEI/AAAAAAAAA0E/u3PKzmRqA2k/s1600/bunny2.jpg

Un film où ça gueule...

 

Tout d’abord, l’exposition donne dans le trash complaisant en montrant le quotidien de la prostituée, composé en gros de ses errances dans une ville anonyme et de ses prestations. Mais si elle est réduite au rang d’objet par ses clients (le film cherche à capter tous les petits rabaissements psychologiques qu’ils lui font subir), cette dernière a des vestiges d’amour propre qui lui font pousser des remarques pathétiques. Une tentative de planter un personnage féminin en mode survie, hélas un peu ruiné par un montage épileptique et une musique particulièrement désagréable. Dommage car la performance de l’actrice, qui renie visiblement tout amour propre dans son rôle, se révèle plutôt convaincante. Mais arrive alors notre roméo (le camionneur) qui la kidnappe et l’enchaîne dans la remorque de son camion. Si on ne verra jamais de sang couler, le film commence à aligner les sévices de captivité bateaux (tonte des cheveux, ligotage douloureux, humiliations, viol…) en réduisant ses dialogues à un gars qui beugle et à une femme qui beugle. Si cette dernière est celle qui beugle la plus fort (et qui donc peut paraître la plus crédible), on n’avance pas dans l’histoire, pas plus que dans la prétendue psychologie du film… Ce ne sont toujours que des cris et des injures qui sont échangées, le malsain se contentant de rester toujours à l’écran dans l’ambiance sordide. Seule séquence notable qui donne son nom au film, la séquence du bunny game, où notre prostituée, aux bras ligotés dans le dos et revêtue d’une tenue SM de lapin, se fait poursuivre par notre ravisseur revêtu d’une tenue SM avec masque de cochon en poussant des grognements adéquat. Bon, il y a une vague idée visuelle, mais niveau psychologie, c’est le néant. Mais la séquence de pseudo-libération, sensée être marquante, est foirée puisqu’on n’arrive pas à croire à l’expression de l’héroïne, d’abord crédible dans son espoir béat, espoir qui vire en grimace mongoloïde de plus en plus ridicule au fur et à mesure que le plan dure… En voilà une qui n’a pas regardé Martyrs et sa sobriété du traitement des victimes. Et là… Fin. D’une inutilité sans nom, The Bunny Game est d’autant plus mauvais qu’il est nettement moins agressif que les derniers essais extrêmes de ces dernières années. POAK l’éclate, Grotesque l’éclate, A serbian film est plus riche thématiquement… The Bunny Game est un film de détention trash qui veut se donner un look un peu agressif avec un montage très expérimental (avec une musique braillarde de circonstance), sans pour autant repousser plus loin le genre. Peu d’intérêts, donc, même si le noir et blanc n’est pas mal géré…

 

1/6

 

2010
de Adam Rehmeier
avec Rodleen Getsic, Norwood Fisher

 

http://sinsofcinema.com/Images/Bunny-Game/Bunny-Game-Blu-Ray-10.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 13/02/2013 18:59

Ou alors on lui fout la migraine avec De Niro.

borat8 12/02/2013 23:12

Torse velu et lunettes oui mais surtout le cigare dans la bouche. Genre mafioso branché à deux francs! Et toi tu seras derrière en train de te demander "mais quel con y fait celui-là! Il se prend
pour le pape, il peut même pas se payer une chambre!" :D

voracinephile 13/02/2013 12:44



Pour le coup, un pape branché dans la mafia avec le look qui s'impose, je ne dirais pas non... Là, on se mettrait d'un coup à le respecter (sinon, tête de cheval dans le lit !)



borat8 12/02/2013 21:37

Mais on serait en pleine Dolce Vita, avec des filles que je prendrais pour te bercer la nuit, te faire des bisous... Il n'y a pas que la rigolade en Italie! Il y a aussi les plages où là on y va
franco!

voracinephile 12/02/2013 22:31



Con tééééééé partirooooooooo ! (avec Tino Rossi vendant des cachouètes sur la plage qui gueule à tue tête pendant que le Borat court sur la plage avec le torse velu et des lunettes de soleil...)



borat8 12/02/2013 20:45

Mais nous, on fera mieux! On se pavanera devant eux avec un microphone! "Allez les cardinaux regardez ce que vous ratez: l'AMOUR!"

voracinephile 12/02/2013 20:52



^^ J'aurai probablement mieux à faire une fois à rome (dévaliser Giolitti le glacier par exemple...). Et puis, vu qu'aucune femme ne te résiste, à quoi je ressemblerai si je te cédais aussi
facilement pour faire de la propagande homo... Nan, pas le premier soir !



borat8 12/02/2013 20:26

Mais moi aussi! Viens on va au Vatican s'éclater avec des nymphes devant les cardinaux!lol

voracinephile 12/02/2013 20:29



Pour ça, tu as déjà les Femen dans la cathédrale de Paris ! Le pape se casse, alors elles s'excitent un peu toutes seules... Elles revandiquent de ne pas être prise pour des objets, mais va leur
dévoiler ton torse viril, Borat, et elles vont redevenir les objets de plaisir qu'elles aspirent à être (qu'on les entende crier "Soumet nous, Borat !")



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche