Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 11:23

http://moviemancave.files.wordpress.com/2011/08/cthulhuposter.jpg?w=430

 

Comme développé précédemment dans la chronique de The Artist, le film muet est quasiment toujours utilisé de nos jours comme un effet de style, un petit plus qui vient donner du cachet à une œuvre qui veut briller en citant ses aînés. Il y a probablement un peu de ça dans The Call of Cthulhu, un moyen métrage de 45 minutes sorti en 2005, et qui se propose d’adapter une nouvelle de H. P. Lovecraft, la fameuse « L’appel de Cthulhu », en reprenant des éléments assez classiques de l’univers de Lovecraft.

L’histoire : Le narrateur, interné dans une maison de fou, raconte à son médecin traitant la quête de son passé qui l’a amené à perdre la raison.

 

http://www.cthulhulives.org/CoC/images/sentinel1600.jpg

 

L’utilisation du muet est ici agréable, car le contexte historique des nouvelles se prête plutôt assez bien à l’utilisation de ce format, du moins en terme de noir et blanc et de dégradation de la pellicule. On se croit mieux dans les années 1900, c’est clair. Toutefois, le principal inconvénient de cette facture technique, c’est qu’on entend plus les personnages parler (c’est la définition même du muet). Or l’univers de Lovecraft, ne peut se faire sans longs dialogues, descriptions, flashs backs et lectures de documents d’époque. Ce qui demande un très gros effort au spectateur puisqu’il doit se coltiner au moins un paragraphe de texte tous les deux ou trois plans. Une formule qui saoule rapidement, l’appréciation du spectacle devenant difficile et nous faisant hésiter à carrément aller acheter le bouquin. Mais passé ce gros inconvénient, la magie de ce vieux cinéma sorti de la poussière opère. On apprécie beaucoup par exemple de trouver des acteurs qui jouent dans des décors en carton, animés de trucages de théâtre comme on n’en fait plus. Par exemple, la fuite de l’île de Cthulhu, à l’aide de barques, se fait sur un drap qu’on agite et qui crée l’illusion de l’eau de mer agitée. Et c’est le recours fréquent à ce genre d’effet qui apporte un certain charme au film, qui perd en réalisme ce qu’il gagne en reconstitution de film d’époque. On sent que le budget a un peu guidé le projet vers l’emploi de cette technique, mais voir en 2005 un monstre gigantesque animé en stop motion, c’est un plaisir qu’on ne connaissait plus depuis Haryhausen ! Ainsi, si le film se révèle moins effrayant et moins prenant que le jeu vidéo éponyme (réalisme des graphismes médiocre, mais une ambiance qui déchire et une véritable enquête palpitante, achetez le !), il se révèle être un petit plaisir pour le fan de Lovecraft, qui retrouve un univers familier, investis d’acteurs plus ou moins bons (le héros est beaucoup trop théâtral, mais certains seconds rôles sont tout simplement parfaits), et accompagné d’une musique au poil ! Un film muet assez intéressant pour la terreur qu’il cherche à mettre en place.

 

4/6

 

2006
de Andrew Leman
avec Ramón Allen Jr., Leslie Baldwin

 

http://www.animalattack.info/wordpress/wp-content/gallery/bestiolesdiverses/thecallofcthulhu/callofcthulhu02.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 03/07/2012 07:15

Oui en effet je voulais parler de "Castle Freak". J'ai écrit mon com à l'arrache et, en le relisant, toutes les fautes d'ortho et de frappe me fichent encore plus les pétoches qu'un bouquin de H.P.

voracinephile 03/07/2012 12:43



^^ Je m'en doutais.Rien de plus effrayant qu'une orthographe capricieuse (à part peut être un Shoggoth...)



princécranoir 02/07/2012 13:07

Adapter Lovecraft est beaucoup moins simple qu'il n'y paraît. L'horreur qui transpire des écrit tient beaucoup au talent de l'écrivain, à son style si fiévreux, avec une surabondance de
qualificatifs. Les meilleurs adaptations de Lovecraft on les doit selon moi à Stuart Gordon (Dagon, castle creep, Réanimator), voire à quelques apocryphes comme John Carpenter qui ont su (notamment
dans "l'antre de la folie") infuser leur film du même esprit. Le film dont il est question ici m'a longtemps intrigué (je l'ai vu passer sur e-bay, je ne sais pas s'il est accessible autrement).
J'aime bien le principe du film muet qui se veut donc un document vérité, raccord avec l'époque du récit (les décors très "Caligari" de la photo qui montre je pense la cité englouite de R'Lyeh).
Mais je crois que comprendre que les ambitions dépassent largement le budget alloué et donne un résultat plutôt médiocre.

voracinephile 02/07/2012 23:30



Ohoo ! Un amateur de Lovecraft ! Je n'ai jamais cru qu'adapter Lovecraft était facile, les multiples tentatives d'adaptation approximatives en sont la preuve. Tout à fait d'accord avec les
exemples que tu cites (Stuart Gordon est un de mes réalisateurs fétiches en grande partie avec ses tentatives sincères, et au passage, tu dois vouloir parler de Castle Freak, un drame familial
scabreux), je viens rajouter un de mes films bis favoris : Necronomicon (une bisserie film à sketch qui fait appel aux talents de Yuzna (mouais...) et Christophe Gans (Waow !)). Une tentative
imparfaite, aux effets spéciaux chaotiques, mais indubitablement jouissif.


Ce court métrage est sympathique, mais il est effectivement trop ambitieux au vu de ses maigres moyens. Il y a une certaine classe et le côté "ancien" dans l'usage du noir et blanc, mais Chtulhu
en stop Motion, sérieusement, ça ne le fait pas vraiment (à moins que les monstres de Dinosaur from the Deep t'aient terrifié). Tant que le film essaye de rester sobre, ça peut le faire, mais
parfois, étant trop démonstratif, il devient légèrement ridicule...



Duncan 23/04/2012 16:38

J'ai eu le jeu adapté la nouvelle,qui raconte peu ou prou la même histoire.
Il avait ete massacré par la Presse,mais les joueurs ont beaucoup aimé.
Un exellent Survival Horror,sur Xbox et PC,sortit en 2005.
PUB :)

voracinephile 23/04/2012 21:49



Ah, tu connais le jeu toi aussi ? Un excellent moment, c'est clair. L'ambiance des écrits de Lovecraft est magnifiquement retranscrite, et l'intrigue est passionnante, parvenant à faire oublier
des graphismes parfois un peu sommaires...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche