Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 08:10

http://faussesvaleurs.unblog.fr/files/2010/01/thecell.jpg

 

On peut le dire officiellement, The Cell est de loin le meilleur travail de la courte filmographie de Tarsem. Issu de la publicité et de l’industrie des clips, notre bonhomme a fait son baptême du feu avec le présent The Cell. Il lui faudra 7 ans pour achever son long métrage suivant, magnifique conte tourné sans CGI au service d’une histoire gentillette sur un candidat au suicide retrouvant goût à la vie, d’une candeur confinant à la naïveté aveugle (le monde est beau, alors la vie est belle… Gné ?). S’enfonçant maintenant dans les abîmes du navet (le débile Immortels en string or massif et l’atterrant Blanche Neige à la gentillesse insupportable), le réalisateur a complètement révélé ses limites en franchissant le point de non retour, plus aucune surprise n’étant aujourd’hui possible de sa part. Et pourtant, The Cell nous laissait espérer autre chose, ouvrant la porte sur une richesse visuelle digne d’un OFNI.

L’histoire : Carl est un psychopathe notoire qui transforme les femmes qu’il tue en poupées de porcelaine. Catherine est une psychologue œuvrant sur une machine pouvant explorer les rêves de patients. Peter est un agent du FBI aux trousses de Carl. Devinez la suite…

 

http://24.media.tumblr.com/O3K1aR1ENqk3cgx26uvkPjSQo1_500.png

 

Clairement, The Cell peut facilement être catalogué comme un navet policier vaguement fantastique tant son traitement du suspense relève du mode d’emploi de n’importe quelle série policière. Rien ne nous est épargné. Lunettes de soleil des enquêteurs, séance de photos des cadavres, énumération complète de tous les indices, enquêtes auprès des proches en exagérant considérablement les mimiques de condoléances… Tout y passe et cela pour notre plus grand ennui. Le comble est atteint quand Peter, officiellement le héros du FBI du film, balance la tirade originale « Si on ne l’arrête pas, il ne s’arrêtera pas tout seul ! ». On a la désagréable impression d’être pris pour un con, ou alors pour un inculte n’ayant jamais vu la moindre série policière. Un constat qui alourdit considérablement le film, car entre chaque évasion onirique, nous retombons dans un réel cloisonné et d’un ennui mortel. Peter (Vince Vaughn) est ici l’un des héros les plus agaçants que j’ai pu voir dans un film, tant sa carrure de héros au service de l’ordre le rend antipathique dès sa scène d’exposition. Et ce n’est pas son mépris des psychopathes qui le rend plus tolérable, ô non… Même quand il sous entend avoir vécu une jeunesse difficile, comment peut-il encore cracher à la face de Carl au vu de son enfance traumatisée ? N’a pas dû voir M le maudit parce qu’un match de catch passait au même moment… Bref, un tiers du film est à jeter, ce qui est d’autant plus dommage… que le reste est réussi. L’exposition du psychopathe, digne d’un silence des agneaux, est un régal de plongée dans l’univers déviant de notre taré (et la scène de préparation et d’utilisation du cadavre est impressionnante). Et maintenant, on en vient aux fameuses séquences oniriques qui font tout le sel du film. Véritables délices visuels et seule vraie implication de Tarsem dans le film, elles sont toutes d’un dépaysement fabuleux, repoussant les limites de l’imagination bien plus loin que ne le laissait soupçonner sa quelconque facture de thriller lambda. Quand notre psychologue (Jennifer Lopez, supportable) revêt sa tenue ridicule, elle pénètre dans un monde formé soit de grands décors naturels d’une beauté séductrice, ou dans des locaux déviants aux ambiances variées. Eclatant complètement la temporalité (les ralentis succèdent aux accélérés, des stock shot débarquent au milieu de séquences sans prévenir), The cell passe d’une ambiance à l’autre en un fondu, se foutant de l’unité de temps et de lieu, repoussant toutes les limites, et s’offrant des visions cauchemardesques dont les rivaux se comptent sur les doigts d’une main (et ce n’est pas peu dire que The Cell rivalise avec Silent Hill au cours de quelques visions morbides dont la beauté saisit immédiatement à la gorge). Gavant sans cesse son film de visions tordues, de souvenirs fantasmés (l’enfance de Carl, vue par une porte de placard, pendant que ce derniers est envahie de bêtes repoussantes), de visions cauchemardesques (le cheval coupé en tranches) et de symboles forts (énormément d’éléments se recoupent, l’eau, les oiseaux, le chien, le sang, la religion…), The Cell fait éclater son potentiel au cours de visions aussi brèves que marquantes, qui élargissent à tout instant les possibilités d’une telle histoire. Matrix avait déjà débarqué un an avant, il fallait Tarsem et l’idée d’explorer l’imaginaire d’un psychopathe pour avoir un aperçu de l’étendue du phénomène, magnifique (et bluffante) démonstration de savoir faire technique et artistique dans l’élaboration d’un univers sans règles, en perpétuelle évolution, et sournoisement hostile. Intéressant (mais cliché) dans sa perception schizophrène du psychopathe (dominé par un roi monstrueux à la poursuite de son âme d’enfant qui se cache dans les recoins de son univers), le film parvient à rendre son psychopathe attachant, et à défaut de passionner, parvient à émouvoir pendant quelques séquences (la scène de la baignoire notamment). En s’offrant la scène de torture la plus kitchement gore qu’on ait vu au cinéma, The Cell, malgré ses défauts d’une banalité naveteuse, constitue un coup de poing filmique d’une rare inspiration, pas loin du coup de maître si il n’y avait pas cette intrigue policière dont nous n’avons que foutre. Une excellente surprise.

 

4/6

 

2000
de Tarsem Singh
avec Jennifer Lopez, Vincent D'Onofrio

 

http://horrorshow.toile-libre.org/wp-content/uploads/2010/12/cellblighter.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zogarok 12/02/2013 10:48

C'est assez frustrant de se dire que son auteur n'a jamais fait mieux... "The Fall" était tout de même très lourd, il tirait vers des aspects existant déjà dans "The Cell" (scénario au rabais,
emphase dégoulinante et puérile assez impropre).
C'est un film que j'aime énormément néanmoins, non pour sa complexité ou son intrigue (-prétexte) mais bien pour sa densité esthétique. Le chef-d'oeuvre d'un designer et un thriller somme toute
valide (je ne jetterais pas ce tiers - mais en lui-même il est limité, c'est clair). Il ouvre un univers mental, une architecture intérieure, qui sont traités avec toute la finesse et la furie que
j'en espérais.

voracinephile 12/02/2013 13:25



Complètement frustrant en fait. Le contexte psychopathique crée ici un foisonnement d'idées rares, qui cohabitent rarement entre elles en tout cas. Esthétique à la silent hill entrecoupé de
gigantesques décors naturels colorés... The Fall est tellement en dessous, à part s'émerveiller de la beauté, on se fout du conte qui nous est raconté, et de nos protagonistes dans l'hôpital...


Nous aimons The Cell pour les mêmes raisons (on avait abordé le sujet il y a longtemps, aujourd'hui, c'est confirmé). La totale liberté visuelle et du niveau de violence (parfois, le sang gicle)
bénéficie beaucoup au projet d'ailleurs, imprévisible. Pour ma part, je rejette violemment la partie thriller, d'une banalité affligeante, essayant d'instaurer un rythme qui nous gêne dans notre
immersion visuelle. Et pour le coup, je déteste le héros, dont le seul acte héroïque est de traiter le Tyran bourreau de fils de pute avant sa séquence torture...



borat8 09/02/2013 11:21

Bah regarde la J-Lo sur l'affiche avec le rouge à lèvres bien noire et son accoutrement. Après si tu dis que c'est kitsch je veux bien te croire!lol

borat8 07/02/2013 17:45

A vrai dire, la bande-annonce m'a assez décontenancé. Je ne sais pas à quoi m'attendre et d'ailleurs l'aspect visuel semble avoir vieilli. En d'autres termes, ça fait gothique de 99. Comme le
montre l'affiche.

voracinephile 09/02/2013 09:30



Gothique 1999 ? Je dirais qu'on est plutôt dans le kitch. En tout cas, impossible de savoir jusqu'où on va aller dans l'univers du psychopathe, c'est sans limites. Dommage qu'il y ait cette trame
policière et cette morale bienpensante qui guide le film...



Vince12 07/02/2013 09:24

D'habitude quand y'a JLO je le regarde uniquement pour mater son ... . Mais visiblement ici y'a plus d'intérêt et c'est un film que qualité

voracinephile 07/02/2013 12:53



Homme de goût, va ! Disons que la fièvre visuelle et symbolique donne au filmun charme inattendu, il est beaucoup plus envoûtant que ce qu'on aurait pu penser. Le problème est qu'il faut
supporter la partie enquête, d'une banalité atterrante.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche