Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 20:46

the collection

 

Débarrassés de leur poule aux œufs d’or (la saga Saw), Les scénaristes Melton et Dunstan ont dû se reconvertir, sans toutefois trop changer de rayon avec The Collector, qui traite d’un psychopathe posant des pièges plus vite que son ombre et sans plus aucun alibi moral (enfin si : trouver le surveyvor dans les lieux qu’il piège). Fort d’une première expérience en demi-teinte (très bon lors de la découverte, nettement moins lors du revisionnage), le duo de scénaristes remet le couvert avec une suite nettement plus ambitieuse que son prédécesseur. Enfin, si on part dans l’optique qu’une bonne suite reprend les ingrédients et les faiblesses du premier en poussant les curseurs encore plus loin…

L’histoire : Après une maison de particulier, le collectionneur, un psychopathe sadique collectionnant les hommes, piège une rave party en se mettant à exterminer la majorité des convives…

 

the+collection+3

 

Autant dire que si on n’a pas aimé The Collector, on aura du mal à aimer  cette suite… S’octroyant une liberté de ton aussi jubilatoire que gênante (personne n’est bon, tout le monde est pourri), The Collection reprend exactement les ingrédients de son prédécesseur et voit simplement les choses en plus grand, en s’accordant au passage des vision gorrissimes et barrées qui visent la réputation culte (un moissonnage de piste de danse avec un rouleau de moissonneuse batteuse bien affuté, qui sans égaler Braindead, vaut son pesant d’or). Les seules cohérences tiennent dans l’introduction de plusieurs personnages du précédent opus, comme Arkin qui devient officiellement l’homme indestructible de cette saga, ainsi que sa femme. Sinon, on découvre de nouveaux personnages comme notre héroïne malentendante, ainsi que ses potes qui seront assez vite équarri par le collectionneur. Comme le film sait que son concept ne peut jouer que sur l’urgence de la situation (hors de question de verser dans la psychologie) et le suspense, il ne cesse de filmer les différents parcours des personnages dans la boîte de nuit, qui cède bientôt la place à un dédale de corridors tous plus piégés les uns que les autres. Et pour augmenter encore le rythme, le collectionneur ne cesse de s’y promener en traquant les survivants pour mieux les équarrir à sa sauce. Toutefois, Arkin s’échappe assez vite, avant d’être enlevé par une équipe de sécurité (en gros, des mercenaires) qui sont payés pour retrouver notre héroïne, fille d’un papa millionnaire. On réintroduit donc de nouveaux personnages pour un nouveau massacre. Et le massacre repart, en pire. Les rares survivants sont devenus des zombies suite à l’injection de drogues de la part du collectionneur, et se font descendre comme des pigeons par les mercenaires, ces derniers trahissent Arkin, le pauvre bougre se retrouve traqué par tout le monde… Bref, c’est aussi débile que bien balancé, le rythme étant globalement mieux géré que dans le premier volet. Il est aussi intéressant de noter que The Collection se lance dans une petite audace esthétique qui augmente considérablement son capital sympathie. Si The Collector filmait une demeure impersonnelle et que la plupart des couloirs de The Collection sont laids, l’antre du psychopathe est une véritable récréation kitch, une atmosphère tout droit sortie d’un Masque de cire ou de ce genre de film d’horreur bigger than life. Alignant les œuvres d’art, les collections ichtyologiques avec un corps cloué au mur encore vivant, c’est une surprise inattendue, de même que les nombreux emprunts qui sont fait ça et là au giallo (éclairage fantaisistes, fétichisme des armes)… Malheureusement, si le film essaye de se rendre plus sympathique en se lâchant au niveau du ton et du visuel, les incohérences qu’il se permet ne sont pas vraiment jubilatoires… Les rebondissements concernant les personnages sont d’ailleurs agaçantes, le film montrant trop ostensiblement qu’il veut maintenir le suspense en se permettant tout. De même, abattre des drogués en sachant qu’ils n’agissent pas de leur plein grès, c’est un peu expéditif (ils sont traités comme des zombies au final). Je ne peux en tout cas m’empêcher d’en relever une que j’ai aimé, où un type, pour sortir d’une cage, se casse le bras pour pouvoir atteindre la poignée (pour avoir le bon angle pour l’atteindre en vrai ^^). C’est du bon, ce genre de liberté ! Bon, on ne va pas s’affoler pour beaucoup. Mais cette suite se montre plus entreprenante que son modèle, plus fun aussi, bien que la quantité d’incohérence augmente elle aussi en proportion. Pas nanar en tout cas, et amusant.

 

4/6


2012
de Marcus Dunstan
avec Josh Stewart, Emma Fitzpatrick

 

The-Collection-03.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 24/04/2013 14:21

d'ailleurs, qu'as tu pensé de la fin de the collection ?

voracinephile 24/04/2013 18:39



Disons que la fin, sans la spoiler, je l'ai trouvé un poil prévisible. Mais elle ouvre de nouveaux horizons, avec une mutation possible de la saga. Par contre, j'espère juste que les scénaristes
ne vont pas se remettre à jouer à Saw en prenant des personnages connus pour des twists malvenus. Fin sympathique, mais bon, pas très virtuose...



alice in oliver 20/04/2013 15:29

alors là, mystère... Par contre, j'attends avec impatience le N°3. Tu as des infos à ce sujet ?

voracinephile 20/04/2013 23:49



Aucunes infos ! J'ai scruté le web à ce sujet, pas la moindre rumeur... J'espère que les chiffres de vente justifieront la mise en chantier d'une suite, ou de projets aussi riches d'idées...



alice in oliver 19/04/2013 16:27

en même temps, le film se situe dans la logique du premier tout en étant plus sanglant. Force est de constater que cette suite est largement au dessus de la moyenne habituelle

voracinephile 20/04/2013 15:03



Espérons que le niveau va être maintenu par la suite.Maintenant, je trouve partout que le film a été fait en 2011, je me demande pourquoi il a mis autant de temps à nous parvenir...



titi70 19/04/2013 11:54

"Inutile de s'emballer comme Titi sur Naveton, mais c'est amusant, pris pour ce que c'est...", tu es sur qu'il s'agit de moi ? Parce que je n'ai vu ni le second, ni le premier épisode et ils ne
m'interesse guère.

voracinephile 19/04/2013 12:56



Damned ! Je me suis trompé ! Excuses immédiates de ma part, je vais rectifier immédiatement.



alice in oliver 19/04/2013 10:12

une suite qui tient toutes ses promesses et se révèle jubilatoire malgré (et je suis d'accord) de nombreuses incohérences

voracinephile 19/04/2013 13:01



Oui, tout àa fait. J'ai trouvé d'ailleurs ta chronique très élogieuse à son sujet, c'est ce qui m'a donné envie de le découvrir, et je suis un peu moins convaincu que toi au final. Tant qu'il
n'est pas pris sérieusement (et qu'il n'y a pas ce côté nanar qui fait le charme de mes films bis favoris), c'est un divertissement sympathique, un peu épicé, mais rien de très sérieux.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche