Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 09:15

the-conjuring-poster.jpg

 

The Conjuring est l’attraction d’horreur officielle du moment. Oubliant les huis clos classiques et autres tronçonnades en 3D du moment, le nouvel effort de James Wan louche, comme son film précédent, sur Poltergeist. Mais pas que. Moins outrancier dans son final et utilisant intelligemment quelques trucs pour ménager d’authentiques moments de tensions, il parvient à éviter de s’auto-remaker et livre un effort tout à fait honnête dans le genre.

L’histoire : alors que le couple Warron étudie la démonologie et donne des conférences sur plusieurs affaires célèbres sur lesquelles il a pu enquêter, la famille Parron s’installe dans une nouvelle maison. Rapidement, des phénomènes étranges ont lieu…

 

The-Conjuring-Review.jpg

 

The conjuring se veut être un film d’horreur classique, davantage qu’Insidious (qui allait crescendo jusqu’à un imprévisible dernier acte). Plus d’acte de bravoure fendard, mais une gestion efficace des moments effrayant, calqué sur une intrigue amusante. Effectivement, dans l’introduction, on étudie d’abord le cas de personnes ayant eu affaire à une poupée qu’on avait cru possédée. Le couple Warron élucide l’affaire en expliquant que les démons ne peuvent posséder que des êtres vivants, mais qu’ils peuvent utiliser des objets comme conducteurs. A l’arrivée de la famille Parron, on repère très vite la petite boîte au joli carillon. Et partant de là, le film s’amuse donc par petites touches de suspense, qui jouent beaucoup sur ce qu’on ne voit pas. Des recoins sombres d’une chambre aux commodes encombrées d’affaires, l’esprit est plutôt discret, mais participe régulièrement aux parties de cache cache de la famille, quitte à secouer le public et les enfants au passage. Wan a recours encore au jumpscare, mais les siens ont l’avantage de surprendre, et d’éviter les conneries habituelles type un tuyau qui grince beaucoup trop fort. Quand on sursaute, ce n’est pas pour rien. Le scénario abandonne le twist pour un petit retournement de situation qui évite la redondance des situations, le tout en se pliant à la contrainte du fait divers qui s’est authentiquement produit. D’où probablement la volonté de détail technique et le générique passant des photos des authentiques témoins de l’affaire. Sans surprendre, le film parvient donc à ménager quelques pointes d’angoisse, et parvient avec son dénouement à faire une scène d’exorcisme qui ne lorgne pas trop sur un certain film de Friedkin. La lévitation de meuble n’est pas une nouveauté (dommage que les possédés se manifestent rarement pendant les déménagements, ça serait bien utile), mais elle est ici utilisée avec suffisamment d’efficacité pour impressionner sans taper dans l’œil. Un honnête effort, qui finalement parvient à accomplir honnêtement sa besogne tout en s’ouvrant au grand public.

 

4/6


2013
de James Wan
avec Vera Farmiga, Patrick Wilson

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

borat8 16/09/2013 21:28

On est déjà plus dedans avec le couteau électrique mais ce n'est pas tranchant. C'est même ça qui rend la scène totalement jouissive.

borat8 16/09/2013 08:28

Cherche encore en tous cas c'est sur prise.

voracinephile 16/09/2013 20:08



Je n'ai pas fait le couteau électrique ni le gaufrier castrateur... Il y a aussi l'éventuel siphon broyeur (classique), mais relativement peu commun en France



borat8 14/09/2013 22:54

Non, non moins évident. :D Et puis pour la fritteuse, il suffit de lancer de l'huile sur le feu dans la gueule d'un gars. Allez je te laisse deviner.

voracinephile 15/09/2013 23:30



Un grille pain pour brûler les mains ! Un micro onde bourré de couteaux ! Une machine à laver remplie de clous !



borat8 12/09/2013 22:37

Disons que tu verras certains appareils ménagers d'une autre manière! Pour faire plus simple cela peut s'apparenter à Die Hard en plus gore et au féminin. Perso j'ai vraiment pris mon pied avec la
chose.

voracinephile 14/09/2013 15:25



Si tu veux parler des batteurs à oeufs, ou des fritteuses, j'ai déjà eu de bonnes idées quand j'étais jeune... C'est marrant, javais piégé tout un couloir menant à ma chambre. Problème, ma mère
n'était pas avertie... Heureusement que j'étais mauvais bricoleur.



borat8 11/09/2013 22:33

Mes potes et moi on s'est vraiment bien éclaté. La musique est un peu soulante mais au niveau de l'inventivité c'est Maman j'ai raté l'avion rencontre Massacre à la tronçonneuse! Certaines scènes
d'exécutions sont tellement inventives que l'on se demande encore comment font les scénaristes pour chercher ça après tant de slashers.

voracinephile 12/09/2013 20:28



Ah, c'est amusant, ça... The collector en différent donc. Pourquoi pas, je tenterai si je trouve un créneau...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche