Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 19:27

http://img4.hostingpics.net/pics/979073lesduellistes.jpg

 

Ridley Scott s’est lancé non pas avec Alien, mais avec un petit film qui ne fait plus beaucoup parler de lui : The duellists. Un film très classique à la hauteur de l’époque qu’il veut illustrer : le règne de Napoléon Bonaparte, vu par un Hussard de cavalerie, ou plutôt deux hussards qui seront amenés à recroiser régulièrement le fer au cours de duels régulièrement programmés.

L’histoire : le capitaine d’Hubert est un jour mandé par son supérieur de mettre aux arrêts un autre capitaine de cavalerie : Feraud. Ce dernier le prend alors à parti, et lors de son arrestation, le provoque en duel avant de l’attaquer.

 

http://www.lepoint.fr/images/2010/10/15/181666-duelliste-une-jpg_78878.jpg

 

Il y a dans ce film un je ne sais quoi de Kubrickien (on pense à la mise en scène très réaliste de Barry Lindon) qui le rend immédiatement agréable à l’œil. Que ce soit dans les magnifiques décors choisis par le film ou dans sa brillante reconstitution d’époque (si on exclut quelques éclairages visiblement artificiels, tout est très réaliste et fonctionnel), Ridley Scott veut manifestement livrer un travail bien fait, et ça se sent. Un vrai plaisir pour l’œil amateur de belles scènes pendant deux heures. Mais l’enjeu du film se situe plus dans l’affrontement quotidien des deux personnages sur lesquels il se focalise, et plus particulièrement sur les raisons qui les poussent à faire jaillir le sang de l’autre. Le premier duel, au sabre, se fait sur un coup de sang du capitaine Feraut, qui attaque le capitaine d’Hubert suite à l’humiliation de sa mise aux arrêts en plein salon mondain (et devant les yeux de l’organisatrice que le capitaine Feraut convoitait). Le capitaine d’Hubert a le dessus, ce qui met Feraud dans une fureur noire et qui lance probablement la récurrence des duels que nous allons suivre. Les duels sont considérés souvent comme un moyen de laver son honneur. Mais ici, il n’est jamais question d’honneur. Il apparaît clairement que le capitaine Feraud (qui prendra du grade au même rythme que d’Hubert) est un batailleur impulsif qui lance des duels à tort et à travers pour une conception de l’honneur qui lui appartient et qu’il fait évoluer selon ses envies, alors que d’Hubert se voit régulièrement contraint (tout du moins au départ) de croiser le fer avec ce rival qu’il n’a jamais souhaité se faire. Il n’a pour ainsi dire aucune envie de porter atteinte à son honneur en refusant un combat, et il n’aura jamais l’excuse de la différence de grade (règle qui interdit tout duel entre partis de grade militaire différent). Mais au fur et à mesure que leurs duels deviennent réguliers au grès des campagnes militaires (les ellipses temporelles sont fréquentes, on voyage jusqu’en Russie), la réputation de duelliste de d’Hubert pèse de plus en plus sur les décisions de ce dernier, qui se doit maintenant d’honorer une réputation qu’il n’a jamais voulu (le duel en hommage à la cavalerie est un très bel exemple de cette situation). Après, il faut dire que le film prend vraiment son temps pour développer ses idées autour du duel. Si Barry Lindon, tout au long de ses trois heures, faisait une critique complète de la quasi-totalité des autorités du XVIIIème, Les Duellistes ne traite vraiment que du duel, et il enrobe beaucoup ses personnages en détaillant leur parent et leur vie, en rajoutant des minutes plutôt que de coller au sujet. Si le film est beau, il n’en est pas moins long, mise en scène appliquée ou pas. Le casting est quant à lui impeccable, dominé par un Keith Carradine plutôt élégant en capitaine français et un Harvey Keitel parfait en Bonapartiste ferrailleur qui vit pour se battre. Si le film s’égare parfois un peu, sa beauté et son classicisme restent de bons atouts pour cette œuvre ma foi tout à fait recommandable.

 

5/6

 

1977
de Ridley Scott
avec Harvey Keitel, Keith Carradine

 

large_502536.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alice in oliver 01/02/2012 08:09

peut-être que la notation sur 6 n'est pas assez large. Perso, j'aime bien la notation sur 20 même si cela a un côté très scolaire

voracinephile 01/02/2012 21:07



Je vais réfléchir à cette notation. Si un boulversement s'opère, mes chroniques seront les premières à l'annoncer. Déjà que je vais être plus prudent...



alice in oliver 31/01/2012 08:02

attends, tu mets la même note à ce film qu'à Pitch Black ??? Décidemment, la logique de ce blog m'échappe de plus en plus...

voracinephile 31/01/2012 17:33



Inexcusable, en effet. J'en ai profité pour rectifier mon jugement sur Pitch Black par la même occasion. Toutefois, n'ayant jamais été encadré sur les critères pour l'évalutation d'un film, j'ai
tendance à les noter chacun individuellement (en fonction de mes impressions, de ce que je vois dans le film et de l'intérêt que je lui ai porté pendant tout le visionnage), ce qui peut donner en
effet des aberrations comme celle que tu as souligné. Je fais tenter de faire un effort là dessus en cherchant des méthodes pour évaluer objectivement un film (enfin, pour partir sur une base
objective, car comme je suis parfois imprévisible, les notes ne seront jamais vraiment objectives).



Duncan 30/01/2012 21:50

Tiens,j'ai bien aimé celui-là.
Non,je deconne :D
Il y a les Chevaliers du Ciel qu'est pas mal dans le genre bouse avec des avions dedans.
Et puis Magimel avec une moustache ridicule,ça ne se refuse pas :)

voracinephile 30/01/2012 22:00



Je crois que tu t'es trompé d'article pour ce comm, mais je le laisse quand même, parce que le coup des moustaches peut également faire rire, nos français duellistes en affichant de belles !



Duncan 30/01/2012 21:45

Jamais entendu parler de ce cru de Scott,ça m'a l'air interessant.
Il est trouvable facilement?

voracinephile 30/01/2012 21:53



Un bon petit film classique en tout cas, très beau mais peut être un peu lent dans son histoire. En grande surface, ça va peut être être dur, mais sur Priceminister, il est trouvable pour 6 €
sans frais de port). Faut y mettre le prix, mais assurémment, il se défend (d'autant plus qu'il avait reçu quelques récompenses à sa sortie.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche