Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 09:44

The-Rover2.jpg

 

Avec the Rover, on pensait se lancer dans un récit Mad Maxien à souhait, d'autant plus que les ingrédients (post apo, australie, road movie) avaient tout pour attirer le cinéphile dans les salles. On ajoute à cela la présence de Guy Pierce dans le rôle principal (grand acteur qui parvenait à se rendre sympathique même dans une bessonnerie de bas étage) et de Pattinson, et on tenait un projet solide. Le résultat est largement à la hauteur des attentes, se hissant sans peine dans les meilleurs de l'année.

L'histoire : 10 ans après la chute, l'Australie est toujours une terre aride, où toute forme d'autorité a disparue et où survivre implique de se défendre. Alors qu'il se rendait dans un bar miteux, un homme se fait voler sa voiture par un groupe de 3 fuyards armés. Il se met à leurs trousses, en récupérant le frère d'un des voleurs.

 

Robert-Pattinson-and-Guy--017.jpg

 

Ce qu'il y a de fascinant avec The Rover, c'est qu'il n'a pas de scénario. Le vague prétexte de la voiture volée ne sert qu'à faire ponctuellement avancer le récit, permettant de relancer l'action au moment où on parvenait à la fin d'une scène ou d'une séquence. Ainsi, the Rover est une compilation de vignettes, illustrant chacune des aspects de ce futur proche réaliste où tout s'est effondré, et où l'homme survit comme il le peut. Il y a bien une armée, ridicule de par ses moyens, mais qui tente de maintenir un semblant d'ordre pour garantir son salaire depuis la capitale, dernier bastion de la civilisation. Il y a les petits bidonvilles, qui ne prennent que les dollars américains et proposent de tout. Et dans de rares cas, les médecins, en situation dangereuse de par la préciosité de leurs compétences. Il y a des éléments par dizaines, qui forment tous un tableau cohérent et parfaitement équilibré, trouvant la part juste entre le thriller promis et le contemplatif langoureux, qu’on pourrait comparer sans peine au petit classique de John Hillcoat La Route. Sec dans l’usage de sa violence, complètement amoral (le caractère bien trempé du personnage de Guy Pierce nous cloue définitivement la langue au fond de la gorge dès les 15 premières minutes), le film se focalise essentiellement sur les protagonistes principaux (simples, des portraits granuleux et intéressant, le charisme naissant de leur naturel (ils sont parfaitement implantés dans le décor) et pas vraiment sur autre chose. Les quelques interactions avec les locaux qu’ils rencontrent dans leur parcours, les souvenirs qu’ils trainent, la relation qui unit les deux protagonistes se substituant à la fraternité initiale du personnage de Pattinson… Globalement, le film offre peu d’éléments à analyser, il est même carrément minimaliste et d’un premier degré jamais démenti (c'est aussi pourquoi les chroniques qui en traitent, celle-ci y compris, sont aussi courtes). Mais l’immersion fonctionne si bien que son heure quarante passe en un éclair, le film possédant une spontanéité à toute épreuve, qui évacue la moindre prétention (ce que ne parvient pas à faire Refn par exemple) pour laisser parler la poussière et le regard abrupt de Guy Pierce. Il n’en a pas l’air, et pourtant, on tient un joli poids lourd de l’année.

 

4,8/6


2014
de David Michôd
avec Guy Pearce, Robert Pattinson

 

the-rover03.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 05/07/2014 18:46

Enfin vu! Un bon mélange de post-apo et de thriller qui fonctionne encore plus par son duo d'acteurs impérial. Une grande réussite qui confirme après Animal kingdom que David Michôd est vraiment à
surveiller.

voracinephile 13/07/2014 15:14



Content que tu ais pu le voir ! Je viendrai donc lire ta chronique



borat8 01/07/2014 14:56

J'ai hâte de le voir et j'espère que mon cinéma de quartier le diffusera d'ici la semaine prochaine, car si j'attendais sur mon multiplexe je n'aurais que l'affiche.

voracinephile 13/07/2014 15:09



Sinon, en dvd ^^ Mais en attendant que le projet de suite de Mad Max se concrétise, un parfait petit hors-d'oeuvre.



alice in oliver 01/07/2014 12:26

J'ai lu d'excellentes critiques sur différents mags et blogs: à voir donc !

voracinephile 13/07/2014 15:08



Je pense qu'il va marquer, et pourtant, c'était clairement inattendu de sa part...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche