Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 18:48

http://img.clubic.com/0156015600040525-c2-photo-oYToxOntzOjU6ImNvbG9yIjtzOjU6IndoaXRlIjt9-dvd-the-unknown-origine-inconnue.jpg

 

Unknown, origine inconnue est un cas intéressant dans le domaine du DTV. Sorti en 2002 et tourné pour une bouchée de pain, le film lorgne clairement du côté de The Thing, mais qu’il essaye d’accommoder à la sauce Blair Witch. Des ambitions intéressantes, mais qui laissent plutôt le spectateur mitigé au vu du résultat final.

L’histoire : des étudiants en biologie (ça veut tout dire) effectuent leur thèse sur l’évolution d’une forêt russe dévorée par un gigantesque incendie. Lors d’une de leur ronde, ils découvrent les restes carbonisés d’un animal inidentifiable.

 

http://films.cultes.free.fr/photos/photos%20the%20unknown-origine%20inconnue/camping%20sauvage.jpg

 

Le premier choix étrange dans le film, c’est l’utilisation d’un caméscope standard (comprendre : pour un usage grand public). On émet facilement l’hypothèse que c’est pour donner un aspect « vécu » à l’œuvre, mais pourquoi alors filmer l’histoire comme un film classique ? Car personne ne voit le caméraman ou ne lui parle, on a un vrai film devant nous, mais tourné avec une qualité d’image médiocre et une caméra portée à la main qui tremblotte assez souvent. Dans mes souvenirs, j’avais retenu ça comme un found footage, mais c’est un film tourné avec du matériel d’amateur. Point positif du film : les décors naturels. Tourné dans une forêt qui a effectivement été ravagée par un incendie, certaines portions de forêt calcinée parviennent à créer une ambiance angoissante, et crédible (les relevés des scientifiques sont simples). Mais rapidement, les choses se gâtent un peu. Si on se moque un peu de nos différents personnages (problèmes de cœur, théories gratuites, mode d’emploi du parfait campeur…), ils découvrent bientôt le cadavre d’un animal qu’ils ne parviennent pas à identifier. Ils le rapportent au campement pour tenter d’en faire la dissection. Mais ils découvrent à l’intérieur un petit truc qui remue, et qui disparaît rapidement dans la caravane (utilisation propice du flash d’un appareil photo). Le problème du film, c’est qu’il n’est pas vraiment généreux avec nous. Il n’est pas famélique (on a une charogne bizarre et l’intervention régulière d’insectes et créatures grouillantes dans le récit), mais il filme très mal ses maigres ambitions monstrueuses, mention spéciale aux « trucs » (qu’on ne verra jamais) sensés se placer dans la gorge des victimes. Ainsi, avec toujours ce manque de moyens évident, le film tente de reproduire les grands temps morts de The Thing en zappant les effets spéciaux, tentant de se concentrer sur le climat de suspicion de tout le monde. Nous aurons donc la détention sans preuve d’un membre du groupe supposé infecté, l’extension du fléau à plusieurs membres des scientifiques, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un gentil couple. Mais hélas c’est bien peu pour entretenir le suspense, qui peine à être illustrée par une caméra qui se fout de la stabilité de l’image. On notera toutefois que le film a quelques idées crasseuses intéressantes (le coup des règles sanglantes, des personnages infectés disparaissant dans les bois...), mais la trame principale se révèle finalement beaucoup trop simple, et le dénouement (pessimiste) ne surprendra pas grand monde, sautant allègrement le pas là où John Carpenter préférait l'ambiguité... Chiant au demeurant, le film reste à éviter en tant qu'achat, mais si la connerie est faite... e bien vous savez que c'est facile de faire du cinéma.

 

1/6

 

2000
de Michael Hjorth

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Epouvante ( qui stresse)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche