Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 06:40

http://www.moviesonline.ca/movie-gallery/albums/userpics//woods_2005_poster.jpg

 

Après un May (2002) qui en aura traumatisé plus d’un, Lucky McKee s’est essayé au film de sorcière, avec une imagerie aussi belle que bancale. J’ai nommé The Woods, un film fantastique sorti en 2006 assez intéressant, puisqu’il mélange des éléments du fantastique espagnol et du cinéma américain. Avec une histoire au départ complexe, McKee parvient à nous faire un film assez audacieux visuellement, mais qui peine parfois à bien être clair avec son public. Retour au pensionnat des sorcières.

L’histoire : Heather, une adolescente fascinée par le feu, est envoyée dans un pensionnat de jeunes filles après avoir déclencher un incendie chez ses parents. Rapidement bizutée, elle commence alors à avoir d’étranges visions pendant son sommeil.

 

http://s.tf1.fr/mmdia/i/53/0/3912530fzred.jpg?v=1


On parvient assez vite à identifier les choix artistiques pris par Lucky, dont les aspirations sont assez évidentes. Que dire de cet orphelinat en pleine nature, si ce n’est qu’il semble tout droit sorti d’un film de fantôme espagnol ? Et ces visions qui parasitent le quotidien de l’héroïne ? De l'Argento tout craché ! Des inspirations tout à fait honnêtes qui sont plutôt bien mélangées avec le reste des éléments traités avec une mise en scène plus américaine (l’héroïne, sa famille, les bizutages…). En effet, notre personnage principal m’a toujours donné l’impression d’être dirigée comme un garçon, et pas comme une fille. Dialogues percutants et allant droit au but, ton cassant, légère tendance bagarreuse, elle a ce qu'on appelle une personnalité forte qui aimerait prendre la vie à bras le corps, ce qui n’est pas vraiment possible vu le climat qui règne depuis son arrivée. En effet, elle est victime d’un bizutage sévère de la part d’une fille blonde qui surjoue un peu trop son rôle (les actes de bizutages se suffisent à eux même). Bref, l’intrigue nous introduit dans le quotidien de l’établissement, frustre de plus en plus son héroïne (son premier cours est un beau fiasco) au fur et à mesure qu’elle progresse dans la découverte du passé. D'un point de vue psychologique, cette agressivité du monde environnant n'est pas vraiment un hasard, Lucky McKee adorant brosser des portraits de personnalités atypiques et d'individus uniques. Aussi il est vraiment sincère en nous présentant une héroïne directe : il veut à tout prix nous la rendre attachante, et c'est exactement ce qu'il se passe (pour peu qu'on soit sensible aux intentions du réalisateur). Le fantastique est alors un argument supplémentaire pour mettre en avant le caractère unique du personnage. En effet, assez vite, Lucky nous balance l’histoire de trois sœurs sorcières anciennement dans l’école, qui après leur bizutage auraient décimé leurs camarades avec l’aide de la forêt. La sorcellerie, ça fait du dégât. Mais Heather semble entretenir un lien étroit avec cette histoire. Et puis, le spectateur n’est pas dupe : son test d’obtention des bourses est un poil trop suggestif pour qu’on passe à côté. Bref, niveau intrigue, on ne s’ennuie pas, et c'est peu dire que les rebondissements sont assez sympathiques, à défaut d'être surprenant (sans rien spoiler, on sentait venir le coup à partir du milieu du film, l'anecdote des trois soeurs connues). Les effets spéciaux sont très bien gérés. La manifestation de la sorcellerie étant ici manifestée par la lévitation d’objets, les effets spéciaux (numériques) sont bien amenés, et possèdent un design original du meilleur effet. La forêt maléfique est elle aussi une vraie réussite, la présence de Bruce Campbell au casting (encore une icône du fantastique horrorifique américain) donnant des airs de revival de Evil Dead à l’intrigue, qui se délocalise en dernier acte dans la forêt malfaisante. La peur prend différents visages, notamment par l’intermédiaire de plusieurs protagonistes louches dont on connaîtra mieux l’histoire dans la deuxième moitié du film, qui gagne en ampleur avec le temps. Le film tient donc autant du projet fantastique presque culte (le casting annonçait déjà la couleur) autant que de l'oeuvre engagée d'un auteur. En effet, la perception de la sorcellerie est très personnelle, de même que la mise en place de l’histoire, où McKee tient vraiment à retranscrire un contexte psychologique dans une ambiance de plus en plus contaminée par le fantastique. Des choix toujours intéressants (indéniablement, le ton du film est original), traités avec une franchise engagée qui fait plaisir, du moins en ce qui concerne les fans de fantastique (ce qui, en soi, est un but hautement louable ^^). On a retrouvé Ash et on a quelques scènes gores appréciables sur la fin. Un projet qui remporte vraiment notre adhésion, et qui compense une approche parfois un tantinet clichée de ses personnages (la blonde) par une générosité sans borne dans le fantastique.

 

5/6

 

de Lucky McKee
avec Lauren Birkell, Agnes Bruckner

 

thewoodsmovie01xc2.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nicos31 02/08/2011 08:32


Je ne l'ai pas encore vu celui-ci mais j'en ai eu de bons échos. Si je peux je le regarderais.


voracinephile 03/08/2011 11:24



Disons qu'il contient quelques bons éléments du registre fantastique.



Leatherface 30/07/2011 00:56


J'avais été vachement déçu. Faudrait peut-être que je le revois...


voracinephile 01/08/2011 20:32



Ca ne m'étonne pas non plus beaucoup, le film utilisant quand même des protagonistes assez clichés, mais qui fonctionnent pas si mal. A réévaluer !



Alice In Oliver 29/07/2011 10:32


comme tu veux. Perso, je lui attribue 4/6: pas mal mais pas inoubliable.


voracinephile 29/07/2011 11:13



Note correcte. J'ai conscience que mes sentiments ont pris un peu le dessus, mais globalement, le film est sympathique (mais moins surprenant que May).



Alice In Oliver 29/07/2011 09:33


oui, une bonne surprise et un bon film de genre: après, je te trouve bien généreux envers cette production , certes de bonne facture, mais pas transcendante non plus.


voracinephile 29/07/2011 09:53



Je l'ai revu hier, et c'est Bruce qui m'a fait un peu relever ma note. Après, je peux le faire retomber à 4,5 mais je laisse encore mes sentiments prendre le dessus.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche