Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 15:48

http://img.over-blog.com/540x399/0/59/31/96/Blog-2011/Blog-2011-2/Tintin-film-affiches.jpg

 

http://static1.purepeople.com/articles/7/96/60/7/@/802329-image-du-film-cheval-de-guerre-637x0-2.jpg

 

La contribution de Spielberg au cinéma est indéniable. Depuis Les Dents de la mer (son premier chef d’œuvre), il a toujours marqué au box office, et si ses derniers succès ont été moins marquants que ses productions dans les années 80 (l’âge d’or de Spielby), il reste toujours une référence incontestée du septième art. Si il prépare ses successeurs (Captain américa, Super 8…), il continue néanmoins à nous produire de jolis morceaux de bravoure, comme les deux derniers qu’il nous a offert à quelques mois d’intervalle : Les aventures de Tintin et Cheval de guerre, deux visages assez différents du cinéma Spielberg, mais réussissant chacune, à sa manière, à divertir.

 

fauxtintindm2.jpg

 

Les aventures de Tintin : L’adaptation était attendue au tournant, et alors que le film était au cinéma, elle a relancé toute une campagne marketting autour de tintin, des albums jusqu’aux produits dérivés (pour ma part, j’ai trouvé dans une galette des rois une effigie du professeur Tournesol). En l’état, le film se propose d’adapter plusieurs volumes, en compressant les intrigues et en évinçant du casting tous les personnages secondaires. En découle un produit hybride, qui prend de belles distances avec le matériau d’origine. Le soucis du film (et c’est revenu dans de nombreuses critiques) tient dans le fait qu’il y a trop d’action dans ce film, que l’aventure avance trop vite, se révélant par exemple beaucoup plus rythmée que Les aventuriers de l’arche perdu. A l’époque, la comparaison avec Tintin était plus évidente, en tout cas plus pertinente, le rythme favorisant davantage les explications et le contexte historique que l’action pure et dure. Dans le nouveau Tintin, les explications sont réduites au minimum, et l’action trouve ici la part belle, nous gratifiant de courses poursuites trépidantes, de plans séquences ébouriffants et de morceaux de bravoure étonnants (le capitaine Haddock tirant au bazooka…). L’univers est planté, les personnages sont là (encore que le capitaine Haddock soit ici un véritable soiffard, pire que dans la bande dessinée, malgré le passage de l’hallucination supprimé) et ont leur caractères plutôt fidèles à l’esprit de la Bande dessinée. Si le rythme bouge trop vite, impossible cependant de s’ennuyer, le résultat est tout simplement enthousiasmant, ménageant quelques arrangements de script qui permettent à l’intrigue de nous réserver encore quelques surprises, comme un duel final inattendu et frappadingue de combat entre grue de cargo. On en viendrait presque à douter du potentiel d’action de The A team ! Après, point de grand génie dans le récit, mais affranchi de conditions de tournage réelles, Spielberg s’éclate à mettre en scène des travelling d’actions qu’’il n’espérait plus nous offrir. A défaut d’un Tintin respectueux, on a un Indiana Jones dans la fleur de l’âge qui va aller en découdre pour le Sceptre d’Ottokar !

 

4.5/6

 

2011
de Steven Spielberg
avec Jamie Bell, Andy Serkis

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/51/3/les-aventures-de-tintin-le-secret-de-la-licorne-de-steven-spielberg-10546513hyphl.jpg?v=1

 

Cheval de guerre : Spielberg l’a prouvé avec ses premiers films (La couleur Pourpre…) et son chef d’œuvre (la Liste de Schindler), le drame fait partie de son cinéma, et il sait très bien le mettre en scène. Avec Cheval de Guerre, il se propose de filmer un parcours à la fois humain et animal pendant la guerre de 14-18. Avec un casting assez hétérogène (les nationalités des acteurs sont variées, on y verra d’ailleurs quelques acteurs français) et un bel animal en dressage, voilà un film qui s’annonçait pour le moins classique. Et en effet, tout au long du film, Spielberg nous offre un film à l’ancienne, avec de magnifiques scènes de combat et quelques moments de cinéma sympathiques. Il faut comprendre par là que le film est bon, mais que les bons sentiments deviennent parfois envahissants, aussi nobles soient-ils. On commencera avec une introduction agricole, un père grincheux achetant ledit cheval pour faire la nique à son propriétaire, mais étant incapable de le dresser, il laisse à son fils le soin d’effectuer la tâche. Ainsi se tisse les liens sentimentaux entre la bête et l’homme, qui devront par la suite subir les épreuves de la guerre. Si la partie agricole tire un peu sur la corde (l’agriculteur au champ, c’est beau, c’est besogneux, mais pendant une demi-heure, ça tire un peu sur la corde, même pour s’achever par le malheur de notre famille de héros (à la mère autoritaire). Voilà la Guerre, la grande dévoreuse d’hommes, qui réquisitionne les chevaux pour les armées de cavalerie. Il faut reconnaître au film qu’au niveau des séquences équestres, il assure, en nous offrant régulièrement de magnifiques plans de chevauchées et une reconstitution d’époque largement à la hauteur. Il insiste aussi sur quelques réalités historiques intéressantes, comme l’évolution de l’art de la guerre, qui a connu un tournant avec le début de la première guerre mondiale. Avant, c’était une guerre de mouvement, avec des déplacements de troupes et des combats à découverts. Avec l’arrivée d’armes plus meurtrières (canons performants, mortiers, mitrailleuses…), les soldats devaient fortifier leur position, et c’est ainsi que sont nées les tranchées. Avec un massacre des forces de cavaleries, le film annonce déjà le bouleversement des stratégies guerrières, et chose inespérée, nous fait découvrir la guerre dans les deux camps, les chevaux changeant souvent de main au fur et à mesure des mouvements de troupe. Mais si les parties guerrières sont plutôt intéressantes (notre dresseur entrant bientôt lui aussi dans la mêlée), le film s’attarde aussi sur des épisodes gentillets, mais dispensables (la petite fille française qui dresse les chevaux, c’est 20 minutes qu’on aurait pu abréger, ou encore le loooong final où on tente de nous faire stresser avec la mise à mort du cheval… suspendue par le sifflet du dresseur qui retrouve enfin son cher cheval, que tout le monde se met instantanément à aimer et à soigner). Le défaut des grandes œuvres de Spielberg, c’est qu’il en fait parfois trop en se regardant filmer, comme c’était parfois le cas dans Il faut sauver le soldat Ryan. Mais malgré ces quelques longueurs, les intentions sont là, et elles sont honnêtes. Ce n’est pas le meilleur Spielberg, mais c’est à mettre dans le haut de la pile, c’est clair.

 

4.9/6

 

2011
de Steven Spielberg
avec Jeremy Irvine, Emily Watson

 

http://nicolinux.fr/wp-content/2012/02/spielberg-cheval-guerre.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Aventure (la mine d'or)
commenter cet article

commentaires

borat8 22/07/2012 18:23

Avec le fils se faisant sucer par une ma.. Une momie voyons!lol

borat8 22/07/2012 12:51

Bah justement le passage de la jungle est bourré d'sfx à chier et puis LaBeouf en Tarzan mon Dieu. Perso je n'attends rien d'Indiana Jones et le mystère de la maison de retraite.

voracinephile 22/07/2012 15:46



Excellent scénario, ça ! C'est un coup à se retrouver avec une momie suceuse d'âme en tant qu'adversaire...



borat8 21/07/2012 13:19

Pour moi Indy 4 est complètement boursouflé par un scénar à chier et surtout des sfx affreux tant ils sont reconnaissables. On se demande même si on est pas dans un film de Michael Bay.

voracinephile 22/07/2012 11:39



Le scénario avec les extra terrestres est en effet un peu trop Lucas sur les bords, et les sfx numériques sont visibles, mais certaines séquences d'action (type le début ou la traversée dans la
jungle) sont largement sympathique. J'attends le 5ème avec curiosité...



princécranoir 21/07/2012 10:32

Beau doublet Spielbergien ! j'ai pour ma part préféré "Cheval de Guerre" aux trépidantes aventures de Tintin. Ca doit être dû à mon côté ciné-classique puisqu'il lorgne plus quà son tour sur John
Ford (et j'espère qu'il le fera encore pour son "Lincoln" !). C'est en tous cas un très beau film de guerre qui reste accessible aux enfants contrairement au "soldat Ryan" dont la violence
traumatisante leur barrait le chemin. Il s'agit donc, comme pour son film sur le débarquement, d'une autre traversée des lignes qui vise à cibler l'absurdité du conflit à travers le prisme d'un
conte joliment narré. La preuve en tous cas que Spielberg est le plus grand entertainer actuel, voire de toute l'histoire du cinéma.

voracinephile 22/07/2012 11:37



Le cheval de guerre a cet aspect conte assez sympathique en effet, en filmant le parcours du cheval. Ca donne parfois lieu à des scènes un peu longues, mais c'est en effet un des rares films de
guerre actuels qui puisse être montré à un jeune public. Beau compliment pour Spielberg en tout cas, il n'a pas perdu son talent avec l'âge !



borat8 20/07/2012 01:11

Après trois années d'attente, revoilà le Spielby des grands jours et qui redonne goût à l'aventure après un Indy 4 pour le moins lamentable et déjà moins drôle que ton scénar James. Voilà donc un
Tintin fidèle tout en donnant du neuf à l'intrigue de mon album préféré. Techniquement le film est remarquable enchaînant les magnifiques morceaux de bravoure (scène de bataille navale foutant
celles de Pirates des Caraïbes au gnouf, magnifique course poursuite dans la ville) et puis Andy Serkis est énorme en Haddock. En tant que fan de Tintin, j'ai adoré et Spielby confirme qu'il n'a
pas besoin d'être un européen pour adapter une BD franco-belge.
Cheval de guerre est un peu moins puissant pour le coup mais est un des plus beaux morceaux de ce début 2012. Un film de guerre émouvant avec une scène de no man's land moins dégueulasse que celle
du Soldat Ryan mais pas triste quand même. L'acteur n'est peut être pas excellent, la gamine fait tire larme bêtement mais le reste du casting est sublime à l'image de Peter Morgan, émouvant au
possible.

voracinephile 20/07/2012 22:37



^^ Merci pour le clin d'oeil ! Même si le quatrième opus craint du boudin, il conserve encore quelques belles séquences. Clairement Tintin est d'un meilleur niveau, avec un Haddock vraiment
déchaîné et des travellings d'action impressionnants... Pour Cheval de guerre, je suis d'accord que Spielby donne dans le grande film d'aventure, et ça, c'est louable. Après, il a parfois
tendance à en faire beaucoup (je trouve l'intro un peu longue, le petit final avec le médecin ne cesse de se rallonger avec des dialogues sensés mettre du beaume au coeur (oui, sauvons le cheval
pendant que les poilus attendent sur des civières)), mais la qualité du film est évidente, et la partie suivant l'animal est très bien organisée.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche