Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 15:02

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/thriller/traque,0.jpg

 

Avec Traqué, William Friedkin donne dans le thriller violent, sous un angle plus divertissant que ne le sont d’habitude ses productions. En s’offrant un casting digne des grands thrillers, il marque déjà un bon point, et c’est en dévoilant peu à peu ses ingrédients qu’il se révèle être à la hauteur de ses modèles, parvenant à apporter suffisamment de fond pour soigner ses personnages et une intensité qui ménage des scènes de suspense qui ne faiblissent pas sur la longueur…

L’histoire : Après la guerre du Kosovo, un membre des troupes d’élite américaine se change en machine à tuer, qui décime les chasseurs d’une région forestière. Son ancien entraîneur, traqueur de profession, est contacté par le FBI pour retrouver sa trace.

 

traque-1.jpg

 

Traqué, c’est donc une histoire classique entre le maître qui doit affronter l’élève réticent, plus jeune, plus vigoureux, mais n’ayant pas les années d’epxériences ni la sagesse. Le coup classique en somme, d’ailleurs, l’allusion à Abraham dans l’introduction ne surprend absolument pas, plantant le décor avec un certain humour, mais disparaissant heureusement pendant le récit (en dehors d’un marque page, aucune dimension religieuse superflue). C’est alors qu’on pénètre dans le monde de Traqué, et que l’on découvre notre futur traqué en plein enfer du Kosovo. La scène de bataille, dantesque, enchaînant les exécutions sommaires sur les charniers, cite encore une fois Apocalypse now pour la folie qui anime les combats, brutaux. Une mission d’assassinat pure et simple, sans secours pour les civils se faisant massacrer par l’armée, et voilà que notre machine à tuer commence à perdre les pédales. Ce qui est intéressant, c’est le soin que place Friedkin à nous faire partager son état d’esprit, par l’intermédiaire de flashs halluciné où des images de cadavres se superposent à sa remise de médaille, ou de réflexions placides sur la société de consommation, débitées par un Benicio del Toro au regard vide approprié. Sans compter sa façade humaine qu’il préserve en conservant pour attache une mère de famille et sa gamine, pour lesquelles il tente d’incarner une présence masculine responsable. Pour le traqueur, Friedkin prend Tommy Lee Jones, lui donnant une étoffe de pisteur travaillant en parc naturel, et ayant travaillé comme entraîneur pour l’armée afin de former des soldats d’élites prévus pour des missions de nettoyage. Un personnage sobre, mais l’intelligence du montage relevant sans cesse de petits détails plante assez bien ses dons de traqueurs, et augure donc du meilleur pour la suite. Question violence, ça saigne souvent, notre machine travaillant, comme Rambo, avec un coutelas bien affuté. Mais c’est l’efficacité de rythme des traques qui rend le film si palpitant. Les deux personnages ne se ratent jamais, ils ont souvent l’occasion de se confronter, et dans chaque cas, les duels au couteau sont d’une intensité (et d’une lisibilité) bluffante. Le film use d’ailleurs des pistes qui sont rarement exploitées, par exemple avec l’arrestation rapide de notre psychopathe, mais commençant à faire entrer la politique dans l’affaire de justice… On retiendra surtout ce film pour les excellentes scènes de poursuite, et pour des duels au couteau qui tiennent vraiment leurs promesses. Avec en prime un vrai climax physique dans le dernier acte, qui met un point final à l’affaire comme on l’apprécie au cinéma. Sans prétentions, divertissant et brillamment mené, Traqué est un thriller intègre qui se révèle à la hauteur des canons du genre. Une vraie bonne surprise.

 

4,5/6

 

2003
de William Friedkin
avec Tommy Lee Jones, Benicio Del Toro

 

http://kingludo.unblog.fr/files/2012/09/William-Friedkin-The-Hunted.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 27/05/2013 21:33

Je te rejoins sur l'ensemble. Loin d'être parmi les titres les plus marquants de Friedkin, c'est plutôt un film d'action réussi. Un film de traque plutôt, genre dans lequel Friedkin a déjà démontré
tout son savoir faire. Del Toro et Jones assurent même s'ils restent dans un registre assez basique et connu (TLJ en vieux campeurs aux yeux de chien battu qui respire avec les arbres et a fait
castor première langue). Je trouve qu'il manque parfois un peu de la noirceur qui habite les meilleurs films de Billy le dingue.

voracinephile 27/05/2013 22:27



Effectivement, pas un cru très marquant de Friedkin, mais un divertissement très efficace. On pourrait même prendre ça pour une commande brillamment honorée... Un des meilleurs rôles de Del Toro
que j'ai pu voir en tout cas... Pour la noirceur, il aurait sans doute fallu développer davantage le personnage de Benicio (insister sur la solitude, montrer son pétage de câble pendant une
mission...)



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche