Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 19:32

http://www.lookiz.co/img/Trespass.jpg

 

Le home invasion revient en force avec l’attendu Mother’s day de Darren Lynn Bouseman, et plus récemment encore avec Trespass, où un vendeur de diamants voit sa maison investie de malfrats désirant les déposséder de leurs richesses terrestres. Un thriller nerveux nous était promis, d’autant plus qu’au niveau du casting, on avait droit à Nicole Kidman (le mémorable Calme blanc) et Nicolas Cage (Ghost Rider 2, le dernier des templiers). Le résultat à l’écran est… comment dire… plutôt mitigé, le script peinant vraiment à apporter du renouveau à une formule déjà connue (et sans avoir l’excuse de faire un remake comme pour La dernière maison sur la gauche), exécutée ici sans grande virtuosité.

L’histoire : Kyle Miller est un revendeur de diamants sur le point de réaliser une fructueuse affaire. Le soir même, alors qu’il s’apprête à sortir en ville avec sa femme et qu’il refuse que sa fille aille à une fête étudiante, leur maison est investie par des braqueurs vénères.

 

http://static1.purepeople.com/articles/3/65/40/3/@/488250-visuel-du-film-trespass-avec-nicole-637x0-2.jpg

 

Voilà pour les hostilités. Avec un début plutôt agressif (les braqueurs se déguisent en policier pour pénétrer chez les Miller), les enjeux sont vite posés : donne-nous ton pognon ou on vous exécute les uns après les autres (précisons que leur fille est partie sans leur accord à sa fête et qu’elle peut donc revenir à tout moment). En fait, la situation de tension se met tellement vite en place qu’on se demande comment le film va pouvoir tenir sur la longueur, certes raisonnable, de 1H30. Même si c’est Joel Schumacher qui est aux commandes (8mm, une des rares alternatives à Seven), on a quelques appréhensions bien compréhensibles, qui viendront hélas se confirmer pendant le film. Si les acteurs y mettent clairement du leur (Cage est parfait en capitaliste à lunettes refusant de céder ses richesses à une bande de voyous car tant qu’il ne donne pas le code, lui et sa famille resteront en vie), le film peine à renouveler régulièrement son suspense, à relancer l’intérêt du spectateur pour ce thriller finalement pas aussi énervé qu’on l’espérait (Panic Room reste toujours une belle référence). Si quelques bonnes idées parviennent à interpeller (l’offre de Kyle d’arnaquer les assurances en faisant croire que les diamants ont été volés), le tout reste finalement très conventionnel et très lent à avancer (l’entêtement de Kyle, les menaces stériles des hommes encagoulés…). Il n’y a qu’au retour de la fille qu’on a droit à un peu d’action, et là encore, après 5 minutes, c’est peine perdue, on recommence à se tourner les pouces en attendant le prochain coup d’éclat de nos victimes. A vrai dire, la seule petite originalité (qui n’en est pas vraiment une), c’est que ce braquage permet de révéler au grand jour quelques pratiques de Kyle, qui a hypothéqué la maison, remplacé les bijoux de sa femme par du fac-simile afin de rassembler un max de fric pour des buts assez louches. Mais sinon, on se tapera quelques bons poncifs, du genre  un des braqueurs qui tombe amoureux de Sarah (Nicole) et qui éclatera la notion de groupe pour la défendre dès qu’un autre encagoulé commence à la secouer un peu trop fort. On aura aussi droit à un « Ma mère s’est fait battre par mon alcoolique de père pendant toute sa jeunesse. Pourquoi ? Parce qu’elle pensait que si elle se faisait battre, on ne se faisait pas battre. Alors elle s’est faite battre jours après jours jusqu’à ce qu’elle ait une insuffisance rénale. Elle a besoin d’une greffe de rein maintenant » de la part d’un des bandits pendant un interrogatoire, suivi par la négative de kyle, de quelques coups et d’un autre « Tu crois vraiment ce que je viens de te dire ? Ma mère est morte parce que c’était une putain d’alcolo ! ». Comment décrédibiliser totalement nos braqueurs décidément peu enclin à faire face aux situations de ce genre. La police n’arrivera elle que bien plus tard, entre temps, les rapports de force seront peu ou prou restés les mêmes, et tout restera ainsi assez vague jusqu’au dénouement final. Personnellement, si la facture technique du film est plutôt jolie, il a grandement peiné à me divertir ou à me faire éprouver une quelconque angoisse (voire une quelconque émotion). Bien dommage que ce nouveau cru soit décevant.

 

2/6

 

2011
de Joel Schumacher
avec Nicole Kidman, Nicolas Cage

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche