Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 20:04

http://1.bp.blogspot.com/-jIjodFb2T48/Tnj84vus3pI/AAAAAAAAQRc/bbawb-aFJUY/s1600/Une%2Bhistoire%2Bvraie-affiche.jpg

 

Il y a un certain temps que je recherchais Une histoire vraie de David Lynch. Ce film, issu d’une collaboration avec Disney (what ?), m’était promis comme un cru à part dans sa filmographie, quelque chose de bien plus calme et posé qu’à l’accoutumé. Si c’est en effet le cas, on voit clairement des petites touches de Lynch qui arrivent ça et là, au service d’une histoire sereine qui fait clairement plaisir à voir.

L’histoire : Alvin Straight, apprenant que son frère vient d’avoir une attaque cardiaque, décide de traverser deux états pour aller le retrouver. Victime de plusieurs problèmes de santé l’empêchant de conduire une voiture, il décide de partir sur sa tondeuse à gazon.

 

http://www.lequotidienducinema.com/critiques/unehistoirevraie_critique/3.jpg

 

Autant dire tout de suite qu’Une histoire vraie a été un coup de cœur quand je l’ai découvert. Pour le coup, il s’agit d’un intéressant investissement de Disney, puisque c’est effectivement un bon film pour la famille, et un bon film américain. C’est un film qui respire la bienveillance, qui traite de la vieillesse avec réalisme, mais sans amertume. Comme souvent dans le cinéma de David Lynch, Une histoire vraie, après son intro plantant les personnages avec un humour poli, vire vite au road movie traversé de rencontres (c’est la principale touche Lynchienne avec la récurrence des lignes dans les paysages (la route, les champs…)). Mais loin des folies d’un Sailor and Lula, il pose des personnages simples, prévenants, authentiques en somme. Le monde n’est pas hostile, il est même accueillant, hospitalier, prévenant… En fait, la seule touche de noirceur, en dehors de l’état de santé dû à la vieillesse et du destin tragique de la fille d’Alvin, consiste en l’évocation de la guerre (conversation chargée d’émotion, et qui évite d’ailleurs le manichéisme du patriotisme américain avec l’anecdote d’Alvin, bouleversante. Voyageant à la vitesse d’un escargot au milieu de magnifiques paysages américains (un vrai film qui respire), Alvin progresse vers son but, et se contente souvent de répondre à ceux qui engagent la conversation, intrigués par l’incongruité de son mode de déplacement. Débarrassé de toute expérimentation (inutile au vu du sujet), le film développe son message, faisant l’éloge d’une vie simple, apaisée, en bref, la parfaite petite vie à la campagne et le regard lucide mais bienveillant sur la vie. Aucun méchant à l’écran, des personnalités américaines clichées et crédibles, ce film fait le portrait d’une amérique rurale apaisée (limite canadienne ^^), ce qui constitue son principal argument de film pour la famille. Une paisible évasion d’une heure quarante-cinq.

 

5/6


1999
de David Lynch
avec Richard Farnsworth, Sissy Spacek

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vince12 11/03/2013 18:37

Parce qu'il faut que tu le revois dans les meilleures conditions ;)
Ce film mythologique sur le franquisme.

Vince12 11/03/2013 14:26

Bah le week prochain au pire, pour être sur que tu pourras le voir dans des bonnes conditions.

voracinephile 11/03/2013 17:49



Ou dans la semaine... Pourquoi remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même ?



Vince12 09/03/2013 10:36

Oui j'avais vu à travers ta chro que J'irai comme un cheval fou t'avait conquis (même si tu semblais avoir encore quelques réserves).
J'espère que tu appréciera cette seconde vision de ce qui a mes yeux est le chef d'oeuvre d'Arrabal.

voracinephile 10/03/2013 22:29



Et bien je n'ai toujours pas revu Viva la muerte ! Pas bien... Mais il est sur le bureau de mon ordi, j'attends simplement un petit temps mort pour le revoir.



Vince12 09/03/2013 08:48

Redis moi quand tu l'as vu ! parce que si tu n'as pas aimé moi et Oliver on va te tomber dessus !
Lol non plus sérieusement, peut être que la vision du cheval fou entre temps t'aidera à mieux apprécier.
Mais comme tu me disais qu'il t'a fallu trois visions pour apprécier Santa Sangre de Jodo ;)

voracinephile 09/03/2013 10:10



Je subis des pressions ! C'est intenable ! Non sans rire, j'avais adoré j'irai comme un cheval fou, donc je vois d'un bon oeil cette révision.



Vince12 08/03/2013 22:03

Oui enfin je le disais surtout en déconnant lol ! Surtout que je pense pas que conformisme ou bon goût soient les adjectifs qui qualifient le mieux Viva La Muerte

voracinephile 08/03/2013 23:44



^^ Même de mauvais goût, je n'en reste pas moins accro au brainstorming !! Les Elmer cinématographiques sont mon péché mignon !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche