Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 07:04

affiche-Very-Bad-Santa-Santa-s-Slay-2005-2.jpg

 

Dans le genre politiquement incorrect à noël, dans le domaine bisseux, on pensera tous à Gremlins de Joe Dante, véritable merveille du septième art dans sa générosité totale niveau créatures (animées avec un réel talent) et dans ses idées assez osées, tapant sur les flics, les vieux riches, les chanteurs de chorale, et sur l’ambiance joyeuse couramment associée à la fête (l’épisode douloureux de l’enfance de Kate). Et depuis, c’était un peu la zone, malgré quelques films plus sérieux (A l’intérieur, Black chrismas 2006,…) pour immortaliser les fêtes. Et sort sans prévenir à noël dernier un évènement ultra anecdotique, ultra référencé mais d’une bancalité totale proche de la jouissance franche : Very bad santa. Une comédie incorrecte jubilatoire, au concept ultra simple mais plutôt bien exploité, fonctionnant sur un simple anagramme : Santa, et Satan.

L’histoire : Après un duel entre un ange et Santa, le fils de Satan, ce dernier est obligé de donner chaque noël des cadeaux à des enfants pendant 1000 ans. 2005 : fin du pari.

 

http://a10.idata.over-blog.com/3/85/36/69/Images-2/Image-6/Very-bad-santa-image-6.jpg


Totalement barge, ce film assez court (à peine une heure vingt), affiche une envie de devenir direct culte au court d’une introduction mémorable où quelques stars cachetonnent pour une scène familiale gerbante d’hypocrisie et un véritable massacre 100% jubilatoire. Dans ce film, le père noël est une sorte de viking impressionnant, barraqué, tendance métalleux bûcheron, balançant des répliques à deux balles avant de trucider tous les êtres vivants qu’il croise avec un maximum d’accessoires de noël. Autant dire que chacune de ses apparitions provoque des torrents de rire (même si certaines sont moins drôles, il faut l’avouer), le mythe du père noël étant à chaque fois détourné de la façon la plus jubilatoire qui soit. Ainsi, le traîneau se pare d’un look Drakkar du meilleur goût, et est tracté par un bison impressionnant et carnivore qui défonce les voitures n’avançant pas. Quand je l’ai vu, je n’avais aucune attente en particulier, alors, j’ai depuis une excellente impression pour cette comédie plutôt réussie, mais jamais exempte de défauts. Il va sans dire que tous les acteurs cabotinent comme des barbares, à commencer par nos deux héros adolescents. Le héros est sincèrement chiant, c’est un glandouilleur pas attachant, qui se fait dragué par Emilie de Ravin, et qui réussit à lui faire des reproches sur des idées de merde. On a carrément envie de le flinguer tant il est con et inutile et de prendre sa place afin d’honorer dignement Emilie. Car Emilie est dans ce film la copine adolescente idéale, celle qu’on a toujours eu envie d’avoir avec nous ! Elle offre un flingue à son copain, elle est mignonne, elle s’intéresse à toutes les conneries qu’on raconte, elle est décalée… Elle est juste parfaite. Le grand père cabotine lui aussi comme un dingue, quand au père noël, c’est juste inoubliable. Après, il y a des détails totalement inutiles, mais qui sur le coup font vraiment rire. Ainsi, le père noël, au croisement d’une rue, bouscule une personne, et pousse un grognement haineux en s’apercevant qu’il s’agit d’un juif. Totalement inutile et injustifié, mais aussi absurde et drôle. Le film enchaîne donc les gags et les situations avec rapidité (au moins, on ne s’emmerde pas), en iconisant à mort son personnage bourrin, qui défonce une porte blindée en 5 minutes. Malheureusement, la facture technique pauvrette du film ne donne jamais plus qu’un style télévisuel quelconque, les effets spéciaux numériques étant légion. On sera par ailleurs déçu par un final pas drôle et complètement fauché niveau idée (à part un clin d’œil à South park). Mais rester sur cette dernière mauvaise impression serait une erreur, tant ce film bancal et sincère rappelle le goût des séries B tendance années 80. Une bouffée de fraîcheur très maladroite, mais au potentiel sympathie éloquent.

 

4/6

 

de David Steiman
avec Bill Goldberg, Douglas Smith

 

photo-Very-Bad-Santa-Santa-s-Slay-2005-1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice In Oliver 24/06/2011 19:59


il fait partie des films qui viendront sur mon blog ! Sinon, il y a Amélie Poulain, ce grand film sur Naveton Cinéma !


voracinephile 27/06/2011 00:25



Cool ! Hâte de voir ton ressenti, même si je l'ai entrevu dans ton comm précédent.



Alice In Oliver 24/06/2011 14:26


tu devrais essayer de voir le père noël contre les martiens, mais ce n'est pas un slasher, juste une comédie fantastique nanardeuse


voracinephile 24/06/2011 15:20



Tiens tiens tiens... Un titre aguicheur. Je vais le mettre sur ma liste. Le père noël contre les martiens tourné en mode slasher, j'aurais quand même aimé voir ça...



Alice In Oliver 24/06/2011 11:47


Je l'ai vu celui là ! Oui, c'est sympa, plus ou moins bien exploité. Les amateurs de séries B devraient apprécier ce cru honorable.


voracinephile 24/06/2011 13:19



Exactement ! C'est inégal, mais foutrement jouissif !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche