Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 15:46

world-war-z-affiche-51500f599c4b0.jpg

 

World War Z ne semble définitivement pas susciter l’adhésion malgré la popularité du genre zombie (toutefois déclinante avec l’avalanche de comédie horrifiques désastreuses qui s’abattent sur nous depuis 5 ans). Il s’agit pourtant de la tentative la plus audacieuse depuis 28 semaines plus tard, puisque derrière le titre énigmatique se cache une volonté de suivre l’expansion de l’épidémie partout dans le monde. Fini le huis clos calfeutré au fin fond d’un supermarché ou dans une cave, l’heure est au mouvement.

L’histoire : alors qu’une épidémie provoquée par un virus inconnu s’étend partout dans le monde, un enquêteur des services spéciaux tente de mettre sa famille en sécurité. Pour cela, il est contraint de collaborer avec les militaires pour déterminer les origines du virus.

 

world-war-z-scene.jpg

 

Malgré la timidité globale du film dans la violence (pratiquement pas de sang, et beaucoup d’effets numériques pour les attaques de zombie), on ne peut que constater l’efficacité de son scénario, qui ne cesse d’avancer en renouvelant ses enjeux et en posant de nouvelles difficultés aux personnages principaux. Après un début commençant sur les chapeaux de roue, on vire au survival acharné dès que les zombies pointent leur nez. Traités comme des infectés de 28 semaines, leur hargne se révèle donc mortelle pour quiconque tente de s’enfermer. Car c’est bien une caractéristique de l’univers zombie de Max Brooks (l’écrivain à l’origine du projet) : la nécessité constante de se déplacer dans un univers envahi. Eviter les groupes de revenants, enquêter dans les derniers endroits encore sûrs à propos des origines du virus… Le cauchemar logistique, bien plus embrouillé que dans Alerte !, est le principal argument pour nous faire voyager en Corée, en Israël, tout en passant par une plate forme d’action de l’ONU organisée en plein océan pacifique pour établir des solutions afin d’endiguer le phénomène. Le réalisme du film vient aussi de son absence d’humanisme en temps de crise. Les militaires ne font pas dans le caritatif (sans pour autant apparaître comme des monstres froids et inhumains comme dans AvP 2), ils gèrent selon des priorités et si notre famille parvient à trouver refuge, l’expulsion menace toujours et des concessions doivent être faites pour conserver les précieuses places au sein du navire. Concernant les attaques de zombies, elles sont évidemment de plus en plus impressionnantes, avec un climax pendant l’épisode d’Israël, qui se révèle être la plus efficace du film avec la séquence du crash aérien. Du suspense méchant qui cloue au fauteuil. Malheureusement, malgré une idée plutôt innovante sur la manière de combattre le virus, la fin se prend un peu les pieds dans le tapis, au cours d’une séance d’injection très aléatoire qui laisse beaucoup trop de place à l’incertitude vu la prudence que tout le monde met à vouloir survivre. Le film aurait donc dû prendre un peu plus son temps pour conclure, et rajouter un peu de gore pour transcender le spectacle. Néanmoins, cet essai est d’un bel acabit, nous offrant un peu de sérieux dans un genre qui en avait bien besoin. Histoire de coller un peu plus avec la série des 28 jours & semaines, Muse se charge de la musique, façonnant un thème principal électro dans l’air du temps. Le résultat, loin d’être désagréable, s’accorde bien avec le dynamisme de l’ensemble, et réussit son pari de faire un film de zombie à grand public. On ne lui en demandait pas plus.

 

4,5/5


2013
de Marc Forster
avec Brad Pitt, Mireille Enos

 

21008784_20130528113637069-1.jpeg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 16/07/2013 18:17

Contrairement à l'autre bouse de Gavin Hood, cela semble avoir été d'autant qu'à la réalisation on a James Mangold qui est loin d'être le premier tocard venu.

borat8 15/07/2013 18:38

Christopher McCarrie n'a pas travaillé sur First class mais The Wolverine justement. Et franchement les images sont déjà visuellement supérieures à Wolverine. En dehors peut être du train qui n'est
pas très beau à voir.

voracinephile 16/07/2013 16:27



J'attends de lire les premiers échos, je reste indécis pour l'instant. Nous verrons ce que McCarrie a dans le ventre donc, en espérant que les producteurs n'aient pas fait trop pression sur
l'écriture...



borat8 14/07/2013 18:27

Les bandes annonces sont quand même très optimistes et depuis il y a eu First Class. Il y a de l'espoir au monde des mutants. Il suffit juste d'avoir un bon scénar (écrit par le scénariste d'Usual
suspects et réalisateur de Jack Reacher).

voracinephile 15/07/2013 18:30



First Class est le film qui a redoré le blason des x men, et pour ce "préquel", je valide complètement, le travail de divertissement est excellent, de même que la bonne exploitation des
thématiques. C'est ce même scénariste qui s'est occupé de ce Wolverine ?



borat8 14/07/2013 00:05

On est loin de GI Joe quand même. On peut même dire que l'on n'est pas du tout dans la même catégorie. C'est comme mettre sur un même plateau Ghost et Autant en emporte le vent (oui c'est
volontaire)!

voracinephile 14/07/2013 15:33



La comparaison est excessive, soit. Mais le premier Origins avec Wolverine est, disons... de triste mémoire.



borat8 12/07/2013 23:29

Oh non c'est bien pour novembre prochain tout du moins aux USA. Moi j'attends surtout Pacific Rim! "Ce soir nous anéantissons l'apocalypse!" Et puis après il y aura The Wolverine.

voracinephile 13/07/2013 18:32



Hmmm... J'ai très peur pour The Wolverine... De toute façon, depuis G I Joe 2, je suis extrêmement prudent avec les films d'action. Et je ne suis pas du tout convaincu. Pacific rim, en revanche,
j'attends comme toi.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche